Covid-19 : Sanofi investit dans la biotech française Novadiscovery et sa simulation d'essais cliniques

 |  | 476 mots
Lecture 2 min.
Selon Novadiscovery, les flux de travail de sa plateforme Jinkō sont conçus pour ressembler étroitement à ceux des études cliniques réelles. Les scénarios représentent des variations de la maladie, des options de traitement et d’autres facteurs liés à l’étude, qui, combinés aux caractéristiques propres du patient virtuel, constituent l’entrée d’une simulation de modèle.
Selon Novadiscovery, les flux de travail de sa plateforme Jinkō sont conçus pour ressembler étroitement à ceux des études cliniques réelles. Les scénarios représentent des variations de la maladie, des options de traitement et d’autres facteurs liés à l’étude, qui, combinés aux caractéristiques propres du patient virtuel, constituent l’entrée d’une simulation de modèle. (Crédits : Nova)
L'information est jusqu'ici passée inaperçue: le laboratoire pharmaceutique français vient d'investir 2,5 millions d'euros dans une biotech lyonnaise qui a développé une technologie unique de médecine prédictive dite "in silico" c'est-à-dire recourant à la modélisation bio-informatique pour effectuer des simulations d'essais cliniques. Sanofi y voit un atout énorme pour accélérer sa R&D sachant que les délais de développement d'un médicament sont souvent extrêmement longs, de l'ordre de la dizaine d'années.

Le 16 février, la jeune biotech lyonnnaise Novadiscovery a annoncé, dans un silence quasi général, avoir levé 2,5 millions d'euros auprès de la "Big Pharma" Sanofi, un financement de "série A2" (phase d'optimisation) qui va permettre de faire progresser JINKO, sa plateforme de simulation d'essais cliniques pour prédire l'efficacité des médicaments et optimiser le développement d'essais cliniques.

Il y a un peu plus d'un an, le 9 janvier 2020, le Pdg de Novadiscovery, François-Henri Boissel, annonçait avoir levé 5 millions d'euros auprès de Debiopharm Innovation Fund, un fonds suisse spécialisé dans les solutions numériques appliquées au domaine de la santé. Et, sans attendre, le Pdg de la medtech lyonnaise annonçait, pour franchir l'étape suivante de son développement, son besoin de 2 millions supplémentaires, que Sanofi vient donc de concrétiser.

Avec ses modèles mathématiques prédictifs, Novadiscovery, maximise les chances de succès des études cliniques. Les fonds récoltés avec cette dernière levée de fonds seront utilisés, dit le communiqué de la biotech, d'une part pour faire progresser la plate-forme de simulation d'essais cliniques Jinko, d'autre part pour faciliter l'expansion de la société aux États-Unis (l'ouverture d'un bureau à Boston est prévue pour juin 2021); et enfin, pour développer un modèle de maladie Covid-19 en collaboration avec Sanofi.

De la découverte à l'accès au marché

Jinko est conçu pour simuler "étroitement" les flux de travail des études cliniques réelles, l'application se présentant en fait comme une suite intégrée d'applications allant de la découverte à l'accès au marché.

L'objectif actuel est d'écrire un modèle numérique de la maladie à Covid-19 qui permette de lutter efficacement contre les nouvelles souches du virus, et qui prenne en compte "la complexité de la physiopathologie de l'infection" mais encore "les incertitudes entourant la modification des calendriers d'administration de la vaccination".

"Transformer la R&D pharmaceutique"

Le communiqué cite les réactions conjointes des dirigeants des deux entités. François-Henri Boissel, Pdg de Nova, a ainsi déclaré:

« Cet investissement stratégique [de Sanofi] reflète la force de la technologie de simulation d'essais cliniques de Nova et la prise de conscience croissante de son potentiel de transformation de la R&D pharmaceutique en accélérant et en réduisant les risques du développement clinique. »

"Supprimer les retards"

Quant à lui, le président de Sanofi Olivier Bogillot, explique, dans le contexte de la contribution de son groupe "à l'effort national de recherche pour tenter de vaincre le SRAS-CoV-2", les motivations qui ont conduit à investir dans cette plateforme in silico :

« La technologie d'aide à la décision de Nova pour le développement des essais cliniques a le potentiel de supprimer les retards dans l'apport de traitements indispensables aux patients."

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 19/02/2021 à 13:09 :
"sachant que les délais de développement d'un médicament sont souvent extrêmement longs"

Pourtant c'est pas un sujet qui la concerne.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :