L'Opep abaisse encore sa prévision de demande de brut en 2012

 |   |  408  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
L'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) a revu vendredi à la baisse pour le deuxième mois consécutif sa prévision de demande mondiale de brut en 2012, toujours inquiète pour la croissance dans les pays développés, notamment dans la zone euro, et le niveau des prix.

Les inquiétudes de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) persistent. Dans son rapport mensuel, l'Opep a revu à la baisse, pour la deuxième fois consécutive, sa prévision de demande mondiale de brut en 2012. L'organisation évalue à 88,63 millions de barils par jour (mbj) la demande de brut pour 2012 contre 88,76 mbj il y a un mois. Cela représente encore une hausse de 0,86 mbj par rapport à 2011, où la demande a atteint 87,77 mbj, selon un chiffre légèrement revu à la baisse. 

"La faible croissance dans les économies de l'OCDE (Organisation de coopération et de développement économiques) affecte négativement la demande de pétrole", a relevé le cartel dans son rapport. "Bien que les données économiques américaines montrent des signes d'amélioration, la situation en Europe ainsi que les prix du pétrole plus élevés conduisent à des incertitudes considérables pour la demande future de pétrole sur le reste de l'année", ont souligné les douze pays de l'organisation, qui pompent environ 30% du pétrole mondial.

Incertitude politique en Grèce et en France

Le cartel note que la situation s'est améliorée dans la zone euro ces dernières semaines, mais pointe les aléas encore attendus avec les changements politiques, notamment avec les élections en Grèce en avril et en France en mai. Les mesures d'austérité ont rassuré, mais l'économie réelle en souffre et la plupart des indicateurs reste volatile, a relevé l'organisation.

L'Opep est également pessimiste envers des pays hors de l'OCDE, la Chine notamment, dont la croissance va ralentir d'un point de pourcentage par rapport à 2011, et la demande s'affaiblir dans la foulée. La consommation au Brésil et en Iran, deux acteurs régionaux majeurs, est aussi prévue à la baisse. Les prix du pétrole ont continué leur ascension en février, a relevé l'Opep. Le panier de référence de l'organisation a enregistré un prix moyen supérieur de 5,1% au mois précédent.

Cette hausse est soutenue par "des facteurs géopolitiques" liés aux tensions entre l'Iran et la communauté internationale, et "amplifiés par un accès d'activités spéculatives sur les marchés futurs du brut", explique le cartel, qui note que ni la faiblesse de l'Europe, ni les révisions à la baisse de la demande de brut, ni le début du 2e trimestre, traditionellement faible, n'ont pu enrayer cette hausse.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :