EDF doit-elle engager des travaux à Fessenheim ? la Cour des comptes appelée à se prononcer

 |   |  432  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : © 2009 AFP)
Denis Baupin, député EELV, demande au président de la Cour des comptes, en tant que « garant du bon usage des fonds publics » de s'exprimer sur « la pertinence » d'engager des dépenses à Fessenheim alors que la centrale doit fermer fin 2016.

Denis Baupin, vice président de l?Assemblée nationale, élu Europe Ecologie Les Verts, vient d?adresser un courrier au président de la Cour des comptes Didier Migaud, afin de l?interpeler sur Fessenheim. Il s?interroge sur la « pertinence » qu?il y aurait pour EDF d?engager des millions d?euros de travaux dans cette centrale vouée à la fermeture d?ici à la fin 2016 par la décision du président de la république. Il demande à la Cour des comptes de se prononcer en tant que « garant du bon usage des fonds publics » sur cette dépense prévue par EDF, détenu à 85% par l?Etat français.

Des travaux nécessaires pour fonctionner 10 ans de plus

L?Autorité de sûreté nucléaire impose en effet à EDF de réaliser un certain nombre de travaux avant juin 2013 pour continuer à exploiter le réacteur 1 de Fessenheim qui a eu 34 ans en janvier dernier. Une décision de même nature est attendue en janvier prochain pour la prolongation de la durée de vie du réacteur 2 (qui passerait donc de trente à quarante ans). Entre temps, François Hollande a décidé de fermer la centrale fin 2016. De nombreux opposants au nucléaire redoutent qu?une fois les travaux effectués EDF mette en avant leurs coûts pour demander le report de la fermeture de la centrale.

Une facture qui varie entre 20 et 200 millions d'euros, selon Baupin
« En l'absence de transparence, les évaluations du montant des travaux qu'il est prévu d'engager varient entre 20 et 200 millions d'euros selon les sources », écrit Denis Baupin. « En tout état de cause, sachant que la centrale cessera de fonctionner entre maintenant et la fin 2016, l'engagement de telles dépenses pose la question d'un usage pertinent des fonds publics. Plutôt que d'engager ces dépenses potentiellement à fonds perdus, la question pourrait être posée de les investir prioritairement pour faire de Fessenheim une vitrine pour développer une filière d'excellence en matière de démantèlement nucléaire », poursuit le député EELV.

Les indemnités exigées par Proglio s'alourdiraient d'autant
Il ajoute que ces dépenses pourraient, en outre, venir alourdir le montant des indemnités que prévoit de demander à l?Etat le PDG d?EDF en contrepartie de la fermeture de la centrale. « Pour toutes ces raisons, il me semble pertinent qu'en tant que garant du bon usage des fonds publics, la Cour des Comptes s'exprime au plus vite sur la pertinence de ces dépenses, avant qu'il ne soit trop tard?, conclut Denis Baupin.
 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 24/10/2012 à 18:42 :
Je tiens à signaler que les 200M? de dépenses estimés (fourchette haute) seront largement (mais alors très largement) rentabilisé d'ici fin 2015, c'est un faux problème.
a écrit le 24/10/2012 à 18:38 :
@Arnaud: tu réfléchis en TWh (donc en énergie) mais c'est en TW que ça coince (puissance installée). Lors du pic de consommation l'an dernier, il restait 1800 MW de marge sur le réseau avec de devoir faire des coupes quelque part, 1800 MW, c'est ce que Fessenheim apportait sur le réseau.

Cela sans compter que plusieurs centrale thermique vont fermer fin 2013 (ou 2014, je ne c'est plus exactement, mais c'est prévu depuis un moment). Bien sûr, comme tu dis, d'autres centrales vont produire d'ici là, mais pas assez par rapport à ce que Fessenheim produit. Et ce ne sont pas les PV et éoliennes qui seront utiles lors des pics de consommation.

Donc en gros, pour le moment, on a bien besoin de Fessenheim, et EDF continuera à engager les travaux que l'ASN dit de faire, même si elle devra fermer en 2015 (ce qui est loin d'être sûr).
Réponse de le 25/10/2012 à 19:50 :
On a besoin de Fessenheim pour le moment, oui, mais aussi pour plus tard, et pas d'éoliennes ou de panneaux solaires!
a écrit le 24/10/2012 à 17:28 :
Franchement, si c'est le soucis de déplaire aux voisins qui retient EDF de fermer Fessenheim, je dois dire que ce n'est pas la peine: ils passent tous au renouvelable. Et l'envie d'avoir une vieille centrale usée à leur frontière ne les enchante pas plus que ça...
Genève consomme 88% de renouvelable, Basel 100%, les Allemands ont généralement des surplus. Voir: http://blog.mondediplo.net/2011-05-30-Une-Suisse-toute-renouvelable
a écrit le 24/10/2012 à 13:42 :
Fessenheim est nécessaire, non seulement pour la France, mais aussi pour les pays frontaliers qui, malgré leurs paroles, sont bien content d'avoir de l'électricité grace aux centrales françaises frontalières.
Bien tristement, son sort semble être scellé (grossière erreur de la fermer). Dans ce sens, j'estime qu'EDF n'a pas à dépenser de l'argent dans une centrale qui n'a malheureusement plus d'avenir.
a écrit le 24/10/2012 à 11:57 :
On peut fermer Fessenheim aujourd'hui. D'une part on exporte 55TWh donc les 12 de Fessenheim ne sont pas plus utiles que cela et d'autre part la transformation de l'usine Georges Besse fait que les 3 réacteurs pour 18TWH de tricastin qui l'alimentaient sont disponibles sur le réseau en surplus.
Donc on n'a AUCUN problème d'approvisionnement.
En plus Flamanville va venir ajouter 13TWH si un jour on arrive à finir ce chantier. Et nous avons mis en service en solaire de quoi faire 4TWh et en éolien de quoi faire 15TWh, et il y a encore entre 2 et 10TWH de PV attendus pour 2017, et 4 à 6TWh d'éolien, 1TWh de biomasse et 1TWH d'hydro en plus. Coté économies dénergies, ce sont pas moins de 10TWh qui devraient être économisés avec le plan bâtiment et la directive efficacité énergétique d'ici à 2020.
Donc AUCUN besoin de Fessenheim.
a écrit le 24/10/2012 à 9:44 :
Avant d'envisager de fermer Fessenheim, il serait prudent de démarrer Flammanvile. Aucune centrale de technologie EPR n'a jamais encore fonctionné. C'est un principe de prudence industrielle avant d'être un principe de prudence comptable.
Fessenheim produit 12 TWH par an soit un chiffre d'affaire de 1,2 milliard d'euros.
a écrit le 24/10/2012 à 9:14 :
Des travaux de sécurisation sont nécessaires selon l'ASN et doivent etre entrepris avant juin 2013. Deux choix s'imposent alors:
1- on effectue ces travaux et on continue d'exploiter Fessenheim jusqu'2016
2- on effectue pas ces travaux et on ferme Fessenheim en 2013.
Ce que suggère M. Baupin n'est pas acceptable à savoir pas de travaux et continuer l'exploitation jusqu'en 2016 et la sécurité entre 2013 et 2016 on s'en fiche ?
La problème c'est que si on stoppe Fessenheim en 2013 on aura une pénurie d'electricté dans la mesure ou Flammanville ne sera pas encore fonctionnelle.
a écrit le 23/10/2012 à 20:14 :
Rajout. Ou dégout. Il existe même des sites de presse sérieux qui osent relayer...
a écrit le 23/10/2012 à 20:12 :
Plus ridicule qu'un écolo qui veut surtout profiter du système : deux.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :