La France se situerait au 9e rang mondial pour la compétitivité énergétique

 |   |  329  mots
Copyright Reuters
Selon une étude publiée lundi par l'institut Choiseul et le cabinet KPMG, la France se classerait dans le peloton de tête de la première édition du baromètre mondial sur la "compétitivité énergétique" des États, ex-æquo avec la Finlande.

Voici une nouvelle qui tombe à pic pour le gouvernement. Alors que doit s?ouvrir le 29 novembre prochain le grand débat pour la transition énergétique, qui a été sous le feu des critiques les semaines passées, une étude vient louer la compétitivité énergétique de l?Hexagone. Réalisée par l?institut Choiseul et le cabinet KPMG, celle-ci affirme que la France se classerait 9eme au niveau mondial, ex-aequo avec la Finlande, devant le Royaume-Uni ou l'Allemagne.

L?étude a cherché à évaluer la "compétitivité énergétique" de 146 pays, à travers une combinaison de critères mêlant qualité du "mix" énergétique, accès des citoyens à l'électricité, et la "compatibilité des politiques énergétiques eu égard aux problématiques d'environnement". Le bon classement de la France s?explique grâce à un très bon score en ce qui concerne "la qualité de l'électricité, sa disponibilité et son accès". Ainsi, le pays arrivant en tête (aux côtés de la Corée du Sud) pour ce critère. L'étude y voit le fruit de son parc nucléaire important, une caractéristique qu'elle partage d'ailleurs avec la Corée du Sud. La France arrive ainsi devant le Royaume-Uni et les Etats-Unis (11e ex-aequo), ou encore l'Allemagne, qui se classe 13e.

Des "émissions de CO2 élevées et peu de renouvelables"

Toutefois, l?étude juge que la France affiche une position  moyenne en "matière de compatibilité avec l'environnement", avec des "émissions de CO2 élevées et peu de renouvelables". D?après les auteurs, l?Hexagone pâtit par ailleurs de sa forte "dépendance à l'égard des énergies fossiles".

A noter que sans surprise, "le podium mondial consacre les pays de l'hémisphère nord" conclut l'étude. Les pays "nordiques" au sens large (Norvège, Canada, Islande, Danemark, Suède et Finlande), habitués aux sommets dans les indicateurs de développement, accaparent ainsi 6 des 10 premières places.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 26/11/2012 à 21:03 :
Augmenter la part du nucléaire dans le mix énergétique de la France est la seule solution. Malheureusement, pour l'instant, ce n'est pas d'actualité, mais cela changera à partir de 2017. Comment voulez-vous que la cinquième puissance mondiale s'alimente seulement à l'aide de panneaux solaires et d'éoliennes, qui sont très coûteux et trop intermittents? C'est absolument idiot.
a écrit le 26/11/2012 à 17:55 :
Il y a bien une solution pour améliorer notre compétitivité au niveau du prix de revient du kwh aussi bien que pour réduire les émissions de CO². Tout le monde la connaît : c'est d'augmenter encore la part du nucléaire, mais ce n'est pas politiquement correct. Alors on se fourvoie dans des impasses idiotes comme le photovoltaique dans un pays sans soleil en hiver ou l'éolien qui s'arrête lorsqu'il y a trop peu de vent.
a écrit le 26/11/2012 à 14:48 :
La compétitivité au diesel du grand n'importe quoi !
a écrit le 26/11/2012 à 13:13 :
Des "émissions de CO2 élevées et peu de renouvelables" ... comment peut-on arriver à un tel resultat avec la part de nucléaire dans le mix énergétique français ???!! On peut certainement reprocher plein de chose au nucléaire, mais certainement pas d'émettre du CO² (surtout si on compare avec des centrales à charbon !)
Réponse de le 26/11/2012 à 14:04 :
l'énergie, ce n'est pas que l'électricité!
transport et chauffage consomment fuel et gaz!
Réponse de le 26/11/2012 à 14:43 :
Ben justement : on est le pays qui consomme le plus de chauffage électrique !!! (et les pays scandinaves doivent plus utiliser des cheminée à bois que nous ..! non?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :