Alstom : Siemens veut des précisions, Arnaud Montebourg demande des comptes

 |   |  501  mots
Siemens a la préférence d'Arnaud Montebourg depuis le début mais le ministre a rappelé qu'il fera passer les intérêts français avant tout. (Photo : Reuters)
Siemens a la préférence d'Arnaud Montebourg depuis le début mais le ministre a rappelé qu'il fera passer les intérêts français avant tout. (Photo : Reuters) (Crédits : reuters.com)
Le ministre de l'Économie et Patrick Kron, le PDG du groupe français, étaient auditionnés mardi devant la commission des Affaires économiques de l'Assemblée nationale à propos de la vente de la branche énergie d'Alstom.

Siemens a écrit mardi à Alstom pour obtenir des précisions en vue de lui soumettre éventuellement une proposition de rachat de son pôle énergie.  "Siemens continue son travail", a déclaré le ministre de l'Economie, Arnaud Montebourg, devant la commission des Affaires économiques de l'Assemblée nationale.

"Nous avons compris cette détermination comme étant constante, sérieuse, appliquée", a ajouté le ministre, expliquant dans un tweet que le courrier de Siemens précisait "les axes d'une alliance" avec le fabricant français de turbines électriques et de TGV.

"Plus facile d'avoir une préférence quand il n'y a qu'une seule offre"

Le conseil d'administration d'Alstom s'est donné jusqu'à la fin mai pour étudier des offres de rachat, tout en marquant sa préférence pour celle de General Electric, son autre grand prétendant qui est le seul pour l'instant à avoir formellement déposé une proposition pour l'instant.

Pour Patrick Kron, PDG du groupe français, cette offre de GE est "une excellente option pour garantir l'avenir des activités énergie d'Alstom, l'avenir de ses sites et l'avenir de ses employés".  Assurant un processus "rigoureux, équitable et transparent", il souligne:

"C'est d'autant plus facile d'avoir une préférence qu'aujourd'hui nous n'avons qu'une seule offre. Lorsqu'il y aura une deuxième offre, si deuxième offre il y a, le conseil l'examinera."

Pour Arnaud Montebourg, "rien n'est plié"

Le ministre de l'Economie appui plutôt une reprise par Siemens. Mais il a précisé:

"Pour moi, pour l'instant, ma préférence, mon choix, c'est Alstom, et c'est les intérêts industriels, technologiques, économiques de notre pays."

"A General Electric, 'je leur ai dit 'faites-nous de nouvelles propositions, parce que pour le moment, ça ne marche pas'. Et nous avons dit exactement les mêmes choses à nos amis allemands de chez Siemens".

Le gouvernement est soucieux de préserver l'emploi et l'avenir des activités de transports d'Alstom sur lesquelles le groupe veut se repositionner, a-t-il rappelé, soulignant qu'il ne "peut pas préjuger de ce que sera la meilleure alliance (...) Mais ce que je sais, c'est que grâce à ce décret, (...), rien n'est plié, tout est à décider".

Échange d'amabilités 

L'audition des deux hommes à l'Assemblée générale a donné lieu à quelques échanges secs. Le PDG d'Alstom s'est ainsi à nouveau fait tacler par Arnaud Montebourg pour son manque de coopération, lors d'un échange rapporté par Les Échos. 

"Patrick Kron, je le vois beaucoup parce qu'il me demande toujours de l'aide : pour vendre ses TGV, pour vendre des diesels de secours à EDF, pour vendre des centrales..., et c'est normal c'est mon travail [...] Mais Alstom n'a jamais voulu coopérer." 

Ce à quoi le dirigeant a répondu que son silence vis-à-vis du gouvernement n'avait "rien à voir avec la confiance mais avec la confidentialité", arguant qu'il ne s'était passé que "quelques heures" entre "le moment où [il] a pris conscience qu'un accord était possible" et la fuite dans les médias. 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 22/05/2014 à 8:22 :
Q'une seule solution, que l’état rachète suffisamment de parts pour maîtriser l'entreprise, Dans les deux scénarii actuels, la France perd beaucoup de son savoir faire,et pas cher payer pour 60 années de retour d'expérience.Son indépendance, nucléaire civile t militaire, l'énergie, son haut niveau de technicité, comme pour les TAG sous surveillance et contrôle.Que l'argent public serve a maintenir nos besoins régaliens chez nous, sinon ce sera la déchéance, nous serons réduits à des emplois de bas étage au service de ceux qui nous ont acheté à bas prix.
a écrit le 21/05/2014 à 21:15 :
Dérouler le tapis rouge aux Allemands tous ça pour soulager l'ego de Montebourg, ulcère de ne pas avoir été mis dans la boucle. Au fait je prends tous les jours un train SnCf fabrique par une boîte canadienne !
a écrit le 21/05/2014 à 16:57 :
Siemens n'est même pas une ambulance, c'est un corbillard. Le trajet en action d'un corps de métier composé de branches mortes. Vouloir traiter avec cet acteur sans moyens serait de la dernière ineptie. Espérons que le but poursuivi est surtout électoral pour faire croire à cet autre moribond qu'est l'euro et que le Ministre fait mine de défendre encore au travers de l'idée européenne des airbus imaginaires.
a écrit le 21/05/2014 à 11:25 :
Depuis des semaines que Siemens est censé avoir déposé une offre... et en fait toujours rien. Siemens n'avait rien prévu mais en profite. Juste des demandes d'information pour que Siemens connaisse tout des paramètres de fonctionnement d'un concurrent et donc soit bien positionné pour le concurrencer très efficacement. Et qui plus est avec la bénédiction de Montebourg et du gouvernement français. C'est bien la peine d'exiger que les salariés respectent les règles minimales de confidentialité. C'est du grand n'importe quoi.
a écrit le 21/05/2014 à 9:54 :
Les industriels Français de l'armement ont fait état de leur inquiétude sur la perenite de la filiere armement suite au coupe dans le budget de la Defense. A la clé des usines, des emplois, des exportations pour le territoire Français - contrairement a Alstom energie dont 80% des sites de production sont deja a l’étranger. Pourtant la dessus silence radio, aucune marque d’intérêt de la part de Montbourg
a écrit le 21/05/2014 à 9:47 :
J'ai regarde l'audition de P Kron devant les membres de la commission économique de l’assemblée. On pourrait s'attendre a ce que les parlementaires siegant dans cette commission aient une expertise de la chose économique un peu superieur au Francais moyen. Eh bien sans vouloir être méprisant j'ai ete frappe par leur ignorance sur le fond du dossier (quels sont les metiers- les marches d'Alstom- quelle strategie). Just un grand cirque mediatique. Triste et inquietant
a écrit le 21/05/2014 à 9:28 :
A la Franc des allocataires et des fonctionnaires, on ajoute maintenant la France des autoritaires ...En d'autres époques et autres endroits, ce la s'appelait .... mais je vous le laisse deviner .

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :