À Toulouse, l'explosion d'AZF effacée du paysage

 |   |  557  mots
(Crédits : Jean Philippe Arles)
En septembre 2001, l'agglomération toulousaine est secouée, puis traumatisée, par l'explosion de l'usine d'engrais, classée Seveso seuil haut. Depuis, le site pollué fait l'objet d'une transformation.

Quand une forte déflagration résonne sur l'agglomération toulousaine, le 21 septembre 2001, la population pense à un attentat... Finalement, la plus grande catastrophe industrielle de l'histoire en France vient de se dérouler sur le site de l'usine AZF, classée Seveso seuil haut. En cause, l'explosion d'un stock de nitrate d'ammonium. L'usine appartenant à l'entreprise Grande Paroisse, elle-même propriété du groupe Total, produisait en grande partie des ammonitrates agricoles et des nitrates d'ammonium industriels.

Le bilan est lourd pour la Ville rose où l'on dénombre 31 victimes et 2500 blessés. « Il aurait pu être bien plus important, car, à côté de l'usine AZF, se trouve encore aujourd'hui un site d'Ariane-Group, l'ancien site industriel de la Société nationale des poudres et explosifs où sont produits les principaux composants du propergol, le carburant pour les lanceurs Ariane », précise Jean-Luc Moudenc, le maire de Toulouse et adjoint à l'urbanisme au moment des faits.

Au coeur de l'agglomération

Autrefois, ces deux sites étaient à l'écart des habitations, mais l'étalement urbain les a, au fil des années, englobés au coeur de l'agglomération. Après cette catastrophe, aux...

Article réservé aux abonnés

Achetez l'article
Pour
0.49TTC
J'achète
Abonnez-vous
Accéder
Déjà inscrit ou abonné ? Connectez-vous
Se connecter

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 24/10/2019 à 16:52 :
L'explosion d'AZF éffacée du paysage.Mauvais souvenir notre appart était dévasté on habite à coté.Mais maintenant c'est 1 camp de gitans c'est trés joli non quel paysage.
Vivement les panneaux voltaïques.
a écrit le 18/10/2019 à 17:37 :
Et au lieu de dépolluer le site on pose des panneaux photovoltaïques et laisse la facture aux générations à venir ...
a écrit le 18/10/2019 à 11:48 :
"la population pense à un attentat... Finalement, la plus grande catastrophe industrielle de l'histoire en France vient de se dérouler sur le site de l'usine AZF, classée Seveso seuil haut."

Finalement? On sait quoi au final ? rien ! un déséquilibré ? En tout cas le tas était instable...
Réponse de le 19/10/2019 à 3:18 :
Le tas de Nitrate d'ammonium d'AZF n'était pas du tout instable. Comme tous les tas d'engrais, il n'avait aucune raison d'exploser sans la réunion de deux conditions sur trois (confinement, choc brutal et apport de chaleur élevée). Il n'était pas confiné et aucun choc ne devait arriver.... La version chimique officielle du sandwich NA-DCCNa-NA est impossible et idiote. Seul un choc électrique violent ou bien un explosif placé au cœur ont pu déclencher cette énorme détonation. Le dossier judiciaire montre bien la survenance d'incidents électriques importants quelques secondes avant l'explosion... il existait de plus un réseau électrique militaire souterrain entre AZF, la SNPE et la colline de Pech David, ainsi qu'une conduite d'eau conductrice borgne tout le long du tas du NA à 1 m de profondeur.... Le plan de l'usine AZF d'avril 2001 le montre, les experts judiciaires et le groupe Total l'ont caché aux procès !
a écrit le 18/10/2019 à 8:44 :
Où l'on se rend compte qu'une usine seveso liée à l'agro-industrie a fait plus de victimes qu'une seveso liée au secteur pétrochimique.

Une coïncidence ? Peut-être...
Réponse de le 18/10/2019 à 12:12 :
et donc?
Réponse de le 19/10/2019 à 3:03 :
AZF a fait beaucoup plus de victimes, car elle possédait des produits détonnant et non déflagrant. Au moins 100 tonnes de Nitrate d'Ammonium sur les 300 tonnes du hangar 221 d'AZF ont détonné le 21-9-2001, soit un équivalent TNT de 15 à 40 tonnes... et un impact sismique nécessairement inférieur à une magnitude de 2. Pourtant la magnitude 3.4 a bien eu lieu ce jour là, elle est issue d'une première explosion souterraine sous les installations militaires de Larrey à 2 km à l'Est du site, à 10h17'56 neuf secondes avant celle d'AZF qui a eu lieu à 10h18'05. Rien de tout cela à Rouen, heureusement.... mais à Toulouse il reste encore un produit détonnant : le Perchlorate d'ammonium. Si un camion de 19 tonnes brûlait dans le hangar où se trouvent les 70 tonnes de stockage quotidien, c'est un nouvel AZF qui surviendrait ! Mais ça M. Moudenc et la préfecture ne vont surtout pas l'évoquer... malgré les demandes d'explications des riverains et malgré le passage scandaleux de la grosse conduite d'eau potable de Toulouse provenant du confluent de l'Ariège et de la Garonne dans le site même de l'usine ArianeGroup.avant d'arriver à Véolia.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :