Ardian toujours aux côtés de Suez, mais sans projet de « contre-OPA »

 |  | 1058 mots
Lecture 6 min.
Nous ne croyons pas à un capitalisme hostile, a souligné Dominique Senequier, en insistant sur le fait que les entreprises ne sont pas des concepts, mais des collectivités, et que la majorité des fusions, notamment celles hostiles, ne réussissent pas.
"Nous ne croyons pas à un capitalisme hostile", a souligné Dominique Senequier, en insistant sur le fait que les entreprises ne sont pas des "concepts", mais des "collectivités", et que la majorité des fusions, notamment celles hostiles, ne réussissent pas. (Crédits : CHARLES PLATIAU)
Auditionné au Sénat, le fonds français Ardian a répété vouloir soutenir une solution négociée entre Suez et Veolia, visant à garder deux acteurs « puissants ». Le fonds Meridiam, lui aussi auditionné au Sénat, a pour sa part assuré vouloir faire de Suez un concurrent autonome de Veolia.

"Aujourd'hui", Ardian "ne travaille pas à un projet de contre-OPA" par rapport à celui présenté à l'Autorité des marchés financiers le 8 février par Veolia afin d'acquérir la totalité du capital de Suez. La présidente du fonds français, Dominique Senequier, l'a affirmé mercredi 17 février devant les commissions "de l'aménagement du territoire et du développement durable" et "des affaires économiques" du Sénat, qui l'entendaient dans le cadre des travaux du comité de suivi du projet de fusion de Veolia avec Suez.

> Lire : Suez-Veolia : qui est Ardian, le fonds dirigé par la puissante Dominique Senequier

Au contraire, Ardian serait favorable à la nomination d'un médiateur, afin de trouver une issue au conflit qui oppose les deux leaders français de l'eau et des déchets depuis la publication par Veolia de son projet, le 30 août, puis le rachat, le 5 octobre, de 29,9% des parts de Suez à Engie. Une solution récemment prônée par le ministre de l'Economie, Bruno Le Maire, soutenue par plusieurs parlementaires et acceptée par Suez, mais sur laquelle Veolia ne s'est pas encore prononcé.

"Pas de meilleur avenir pour Suez que celui qu'elle s'est choisi"

Ardian, qui - avec le fonds américain GIP - a adressé le 17 janvier une lettre d'intention au Conseil d'administration de Suez, en promettant de le soutenir dans la recherche d'une issue amicale avec Veolia, reste en effet "prêt à accompagner Suez dans une solution négociée", malgré l'OPA hostile finalement présentée par Veolia. Ce choix a surpris Dominique Senequier, puisque le PDG de Veolia, Antoine Frérot, l'avait appelée le 2 février pour solliciter son soutien dans des discussions amicales avec Suez, avant de rencontrer le DG de Suez Bertrand Camus le 5 février, a expliqué la présidente d'Ardian aux sénateurs. Le fonds affirme toutefois garder deux convictions.

"Il existe une "voie permettant de garder un Veolia et un Suez puissants et mieux armés pour investir et se développer, en les recentrant chacun sur leurs points forts".

Et "iI n'y a pas de meilleur avenir pour Suez que celui qu'elle s'est choisi elle-même", selon Dominique Senequier, pour qui sa vision stratégique à l'horizon 2030 semble solide et "pertinente".

Un accord indispensable

Le soutien d'Ardian reste toutefois soumis à plusieurs conditions : la préservation d'une capacité de recherche et développement permettant à Suez de continuer de poursuivre sa vision, ainsi que le soutien de ses parties prenantes. En tirant les enseignements de son échec dans le troisième acteur de l'eau français, la Saur, dont Ardian était actionnaire lorsqu'en 2013 celui-ci a été repris par ses créanciers, le fonds insiste néanmoins sur la nécessité que Suez - bien que centré en France - garde un relais de croissance à l'international :

Le marché français de l'eau est "mature et en décroissance structurelle", a rappelé le responsable d'Ardian Infrastructures, Mathias Burghardt.

A propos du périmètre qui pourra être négocié avec Veolia, Ardian s'est également dit "surpris" par les actifs de Suez auxquels Veolia dit ne vouloir absolument pas renoncer, qui représentent 30% du chiffre d'affaire de sa cible (4,6 milliards d'euros) :

"A quoi bon une opération hostile sur 100% du capital si on est intéressé seulement à 30%?", s'est interrogée Dominique Senequier, en soulignant par ailleurs qu'aucun des actifs français n'est considéré par Veolia comme stratégique.

Mais la recherche d'un périmètre "viable" ne dépend pas d'Ardian, a-t-elle admis, et dépend de la principale condition du soutien du fonds : soit la conclusion d'un accord entre Suez et Veolia. "Nous ne croyons pas à un capitalisme hostile", a souligné Dominique Senequier, en insistant sur le fait que les entreprises ne sont pas des "concepts", mais des "collectivités", et que la majorité des fusions, notamment celles hostiles, ne réussissent pas.

"Nous sommes part de la solution, et pas du problème", a insisté le responsable d'Ardian Infrastructures, Mathias Burghardt.

Un projet "à long terme"

Ardian, a également insisté devant les sénateurs sur sa capacité d'accompagner des "champions français" de l'industrie "à long terme", via des fonds à 15 ans dans le secteur des infrastructures, voire la possibilité de créer des "fonds de continuation" permettant de détenir des sociétés stratégiques au-delà de ce délai.

"Meridiam (le fonds auquel Veolia compte céder Suez Eau France en cas de fusion, afin de répondre aux exigences de la concurrence, ndlr) n'a pas le monopole de l'investissement à l'échelle de 25 ans", a lancé Dominique Senequier.

Quant à GIP, censé intervenir à parité avec Ardian aux côtés de Suez, il pourrait soutenir l'entreprise française dans son développement aux Etats-Unis, où elle investit déjà 40% de ses capitaux, a expliqué Mathias Burghardt. Le fonds français et celui américain ont des visions proches en matière industrielle et de RSE, et ont déjà été coactionnaires, ajoute Ardian, en affirmant croire dans les avantages d'une gestion partenariale par rapport au contrôle unique dans le domaine des infrastructuresSans compter que les entreprises françaises cotées en Bourse, dont Veolia, sont déjà largement détenues par des fonds étrangers, a souligné Dominique Senequier, en répondant ainsi aux critiques d'Antoine Frérot vis-à-vis de l'intervention d'un fonds étranger.

Meridiam veut aussi créer un "acteur international"

Auditionné également mercredi matin au Sénat, le fonds Meridiam a lui aussi assuré sa volonté de faire de Suez Eau France, qu'il compte racheter à Veolia, un "acteur international" apte à jouer le rôle de concurrent autonome de Veolia. Toutes les capacités de recherche et de développement de Suez seront transférées à la nouvelle entité, le projet sera porté avec le management et les salariés de Suez, et la dette sera maintenue à un niveau soutenable pour ne pas obérer ses capacités d'investissement, a promis Thierry Déau, président et fondateur de Meridiam, qui a également répété son engagement à maintenir tous les emplois pendant 5 ans.

Alors que la guerre judiciaire entre Suez et Veolia fait rage et que l'examen des autorités de la concurrence pourrait prendre encore plusieurs mois, il a affirmé vouloir profiter de ce temps pour continuer de "discuter avec le corps social" de Suez.

"Nous avons besoin de leur soutien", a-t-il déclaré.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 18/02/2021 à 11:12 :
Bref : Ardian ne veut pas payer plus que Veolia, mais ne veut pas d'OPA sur Suez, dont les dirigeants font tout et n'importe quoi pour sauver leurs fesses.
Et tout ce petit monde, qui veut le beurre et l'argent du beurre en quelque sorte, va pleurnicher à l'AMF pour faire capoter l'opération.
Grave franchouillard.
a écrit le 17/02/2021 à 21:50 :
A part les mairies ou les "com-com" peuplées d'incapables toutes les villes devraient reprendre la gestion de leurs réseaux d'eaux. I Seule l'incompétence ou pire la connivence moyennant quelques "services" de certains maires et DGS qui les fricotent de trop près expliquent la sous-traitance à ces vampires qui se baffrent sur les habitants des communes... A Maubeuge le maire à réussit à faire baisser les prix de 25% en menaçant Suez de reprendre la gestion de la distribution ! A Tours (métropole de 400 000 hbts) l'eau est toujours gérée par la ville avec le prix du m3 parmi les moins chers de France ! Donc c'est possible de virer ces "Rapetou" de Suez et Veolia dont la gestion financière et le tripatouillage des prix est tout sauf transparente mais à la fin c'est bien nous qui trinquons !
a écrit le 17/02/2021 à 21:40 :
Ardiant n'a jamais eu de projets mais veux simplement faire monter les enchères pour gagner plus ! Tout cela c'est du blabla et du pipeau de la direction de Suez qui fait tout pour sauver ou vendre chèrement sa peau ! Ils font jouer leurs réseaux et puisent dans le carnet d'adresse pour ne pas se faire bouffer par les gens d'en face et se faire expulser de leur beaux bureaux ! Certaines de ces basses manœuvres sont hautement discutables et l'AMF doit aussi taper sur le PDG de Suez et son équipe qui piétinent les règles pour négocier leurs parachutes dorées au maxi !!!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :