Nouveau retard (et peut-être surcoût) en perspective pour l’entrée en service de l'EPR de Flamanville

Suite aux défauts détectés sur les soudures du circuit secondaire de l’EPR, l’électricien a annoncé ce jeudi 31 mai par communiqué se mettre en situation de poursuivre jusqu’à l’été 2019 l’exploitation de Fessenheim, qui doit fermer au moment où l’EPR entrera en service.

2 mn

La mise en service de l'EPR, prévue pour fin 2018 avec 7 ans de retard, pourrait être à nouveau repoussée jusqu'à l'été 2019
La mise en service de l'EPR, prévue pour fin 2018 avec 7 ans de retard, pourrait être à nouveau repoussée jusqu'à l'été 2019 (Crédits : Benoit Tessier)

EDF, qui avait annoncé en avril avoir constaté des "écarts de qualité" sur des soudures de la tuyauterie du réacteur nucléaire concernant précisément les tuyauteries du circuit secondaire principal entre le générateur de vapeur et la turbine qui produit l'électricité, a annoncé ce jeudi 31 mai face à la commission locale d'information, réunie dans la Manche, un possible nouveau retard de "quelques mois" du démarrage de l'EPR de Flamanville 3.

Déjà mercredi 30 mai, dans une interview au site d'information Montel.no, le directeur général adjoint en charge de la sûreté nucléaire à l'Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire (IRSN) Thierry Charles, avait annoncé que le démarrage du réacteur pourrait accuser un nouveau retard « d'au moins plusieurs mois ».

Attendu jusqu'ici fin 2018 (avec déjà sept ans de retard sur le calendrier initial et un surcoût de plus de sept milliards d'euros), celui-ci pourrait être décalé à l'été 2019. C'est pourquoi EDF "se met en situation de poursuivre l'exploitation des deux réacteurs de la centrale nucléaire de Fessenheim jusqu'à l'été 2019".

Conséquences sur le planning et le coût précisées dans « quelques semaines »

Cependant, si EDF indique dans un communiqué que "les échanges avec l'Autorité de sûreté nucléaire vont se poursuivre encore quelques semaines", il ne s'avance pas plus et indique que "les conséquences sur le planning et le cas échéant, sur le coût du projet Flamanville 3 seront précisées à cette échéance". L'IRSN n'a pas voulu non plus s'avancer, indiquant simplement compter 6 à 8 semaines pour réparer une soudure. Le nombre de soudures à reprendre n'est pas encore déterminé.

En vertu de la loi de transition énergétique de 2015, qui plafonne la capacité nucléaire française à 63,2 GW, la doyenne des centrales françaises ne peut fonctionner après la mise en route de Flamanville.

Le secrétaire d'Etat à la Transition écologique Sébastien Lecornu, à qui a été confiée la tâche de préparer la fermeture de Fessenheim, a déclaré "prendre acte" de cette annonce.

"La fermeture de Fessenheim est actée, irréversible et c'est désormais à EDF de préciser le calendrier et de communiquer en toute transparence", a-t-il ajouté dans une déclaration à l'AFP.

2 mn

Women for Future

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 19
à écrit le 03/06/2018 à 13:35
Signaler
Il n'est pas simple de faire dès soudure sur des tubes d'aciers, cela demande un certain savoir faire et un bonne expérience .... Mais comme toujours l'on a recours à des intérimaires , et ne pas oublier que nous somme en perte de savoir faire, les ...

à écrit le 02/06/2018 à 21:38
Signaler
Il faudrait surtout en analyser les raisons, si raison il y a encore ? On pourrait toujours se poser des questions sur les : méthodes, process, circuits de décision, compétences, maitrises technologique, respect des règles,... ? mais on ne les conna...

à écrit le 02/06/2018 à 19:26
Signaler
" L'énergie nucléaire, c'est le moyen le plus dangereux de faire bouillir de l'eau chaude " Ce résumé lapidaire vient de Bernard Laponche, physicien nucléaire, issu du milieu qu'il critique. Les hauts fonctionnaires du corps des mines, les polytechn...

le 03/06/2018 à 1:25
Signaler
Pourquoi des central à Uranium et au Plutonium..?? Cela est bien simple, car avec l'uranium et le plutonium ont peu produire des armes divers (bombes, balles en uranium appauvrie etc..), Donc, pourquoi pas de faire des centrale avec de l'atome Ver...

à écrit le 02/06/2018 à 14:25
Signaler
C'est un projet pharaonique! on va bientot pouvoir enterrer dedans ceux qui l'ont initié!

à écrit le 02/06/2018 à 10:01
Signaler
Avec déjà sept ans de retard sur le calendrier initial et un surcoût de plus de sept milliards d'euros, la crédibilité du modèle EPR et la capacité de l'industrie nucléaire française à réussir de nouvelles constructions de centrales sont sérieusement...

à écrit le 02/06/2018 à 9:11
Signaler
le plus invraisemblable est que les anglais ont signés pour cette technologie malgré 10 années de retard minimum sur tous les projets en construction et des couts faramineux.

le 02/06/2018 à 14:27
Signaler
Ils ont flairé bon les remises pour pénalités de retard.

à écrit le 01/06/2018 à 20:54
Signaler
Il ne faut pas mettre en service cette installation défaillante qui va faire peser une effroyable menace sur notre pays et la planète d'en sa totalité !

à écrit le 01/06/2018 à 19:20
Signaler
Mieux vaut un retard quitte à ce qu'il y ait un sur coup plutôt qu'un désastre nucléaire , il y a toujours des pleurnichards pour remettre en cause le savoir faire français mais bon on a l'habitude c'est bien frenchie , toujours critiquer et dire q...

à écrit le 01/06/2018 à 19:19
Signaler
Mieux vaut un retard quitte à ce qu'il y ait un sur coup plutôt qu'un désastre nucléaire , il y a toujours des pleurnichards pour remettre en cause le savoir faire français mais bon on a l'habitude c'est bien frenchie , toujours critiquer et dire q...

à écrit le 01/06/2018 à 13:27
Signaler
C'est étonnant de vendre des EPR (GB) sans en avoir le moindre qui tourne déjà. Flamanville a essuyé les plâtres, et donc coûte beaucoup plus cher qu'il ne devrait mais les autres sont censés coûter finalement combien (le prix de "routine") ? Peu imp...

à écrit le 01/06/2018 à 8:35
Signaler
faire de grande choses en tirant sur les prix et en ayant recour a beaucoup de sous traitant parfois peu qualifiés on a ce resultat et pourtant rien compris a edf avec les retard des centrales du japon ou de chine at de la hollande malgre tout edf pe...

à écrit le 01/06/2018 à 5:46
Signaler
La soudure. En apparence, c'est simple. Une bonne resolution en ce domaine exige une solide experience et un savoir-faire sans faille. Une "paille" dans une ligne de soudure et il faut poncer et la refaire dans son ensemble. Mais en France les appa...

à écrit le 01/06/2018 à 0:14
Signaler
Clairement, EDF n'est plus compétente en matière de nucléaire. Comme souvent on pense qu'être bon est un postulat de départ : "on est bon dans ce domaine donc ça va marcher", alors que c'est l'inverse : etre bon est juste un résultat qui vient d...

le 01/06/2018 à 21:02
Signaler
C'est triste mais vous avez probablement raison : l'arrêt de la construction de réacteurs pendant presque une quinzaine d'années a causé une perte de savoir-faire industriels. C'est pour ça qu'il faudrait sans délais engager de suite la construction ...

à écrit le 31/05/2018 à 23:29
Signaler
Résultat typique des projets conduits par les diplômés des prétendues grandes écoles : échec total. Mais c'est pas grave, ça s'arrose !

à écrit le 31/05/2018 à 23:02
Signaler
On finirait par se demander s'ils savent fondre des pièces, effectuer des soudures ou s'ils ne recherchent pas finalement une qualité excessive... Lassant.

à écrit le 31/05/2018 à 22:13
Signaler
...peut etre que le prochain attentat potentiellement planifié par les siono-mondialistes est justement une attaque de Fessenheim !!!!

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.