Siemens : 4.500 emplois supprimés après des résultats décevants

 |  | 312 mots
Lecture 2 min.
Certaines activités identifiées comme des problèmes fin 2014, représentent ainsi 18% du chiffre d'affaires annuel, soit environ 13 milliards d'euros, mais zéro bénéfice.
Certaines activités identifiées comme des problèmes fin 2014, représentent ainsi 18% du chiffre d'affaires annuel, soit environ 13 milliards d'euros, mais zéro bénéfice. (Crédits : © HANNIBAL HANSCHKE / Reuters)
Cette nouvelle coupe dans les effectifs représente un peu plus de 1% de la masse salariale mondiale du groupe. Sur les 4.500 postes supprimés, 2.200 le seront en Allemagne. Le groupe a enregistré des résultats trimestriels légèrement inférieurs aux attentes des analystes financiers.

Pour retrouver sa rentabilité, Siemens continue de tailler dans ses effectifs. Le conglomérat industriel allemand a annoncé jeudi 7 mai qu'il allait supprimer 4.500 emplois supplémentaires dans le monde, dont 2.200 en Allemagne, en plus des 7.400 suppressions déjà prévues dans le cadre de sa réorganisation annoncée il y a un an.

Sa division turbines à gaz continue en effet de pâtir d'une demande atone et d'une érosion des prix tandis que la rentabilité de nombre d'autres de ses activités est jugée insatisfaisante. Certaines activités identifiées comme des problèmes fin 2014, représentent ainsi 18% du chiffre d'affaires annuel, soit environ 13 milliards d'euros, mais zéro bénéfice.

Résultats en deçà des attentes

Siemens a également fait état de résultats trimestriels légèrement inférieurs aux attentes des analystes financiers, les mauvaises performances de la division usine numérique du conglomérat industriel allemand venant se rajouter aux difficultés de la branche énergie.

Les commandes du groupe ont augmenté de 7% à périmètre comparable, à 20,8 milliards d'euros, à la faveur de contrats ferroviaires, et le chiffre d'affaires a augmenté de 8%, à 18,05 milliards. Le bénéfice des activités industrielles de Siemens sur les trois mois à fin mars est ressorti à 1,66 milliard d'euros alors que les analystes interrogés par Bloomberg avaient anticipé en moyenne 1,71 milliard.

Siemens, dont les activités vont des trains aux turbines, a réaffirmé son objectif d'une marge opérationnelle des activités industrielles comprise entre 10% et 11% alors que cette rentabilité est revenue à 9% au cours du deuxième trimestre contre 10,3% il y a un an. "Même si l'entreprise a maintenu sa prévision annuelle, on se demande comment l'entreprise va réussir à atteindre cette marge comprise entre 10% et 11%", ont estimé des analystes chez Barclays.

À la suite de ces annonces, le titre Siemens perdait vers 13h00 2,20% à 94,72 euros.

(Avec AFP et Reuters)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :