LTDE

Quand la route produit de l’énergie

 |   |  688  mots
(Crédits : Pixabay)
Sous l’impulsion de l’Ademe, plusieurs projets visant à donner de nouvelles fonctions à la route ont vu le jour. Zoom sur Power Road, mise au point par Eurovia, capable à la fois de fournir de l’énergie pour des bâtiments et… de déneiger les routes en hiver.

Tout est parti de Pontarlier, dans le Doubs, il y a quatre ans. « La deuxième ville la plus haute de France », rappelle-t-on chez Eurovia (800 mètres d'altitude, devancée par Briançon). C'est ici que l'agence de la société a mis au point un système permettant aux routes soumises à un hiver rude de se déneiger ou déverglacer elles-mêmes. Le dispositif est transposable aux pistes d'aéroports où « plus de dix millions d'euros sont dépensés chaque année pour lutter contre le verglas », rappelle l'entreprise sur son site web. Baptisée Power Road, son innovation permet de faire fondre vingt centimètres de hauteur de neige par jour. Le mécanisme repose sur des sondes, installées sous la chaussée, qui récupèrent l'énergie du soleil durant l'été (où une route peut chauffer jusqu'à 60 degrés). Une énergie stockée jusqu'à l'hiver où elle est redistribuée dans des échangeurs thermiques, permettant ainsi de faire fondre neige et glace.

A Pontarlier, la ville a acheté l'innovation et l'a mise en place sur le parking d'un lycée. Là, depuis janvier dernier, ce sont 3 500 mètres carrés de « route à énergie positive » qui récupèrent la chaleur de l'unité de traitement des déchets municipaux pour la réinjecter dans le système Power Road.

Lire aussi : L'avion électrique, c'est pour quand ?

Un micro grid pour des besoins locaux

Un second cas d'usage est venu, dans le même temps, apporter une nouvelle fonction à la route. Celle de productrice d'électricité pour des bâtiments environnants. Du « micro grid », un mini réseau électrique intelligent, dont l'application s'est faite en fin d'année dernière à la barrière de péage de Saint-Arnoult-en-Yvelines, l'un des plus grands péages d'Europe.

Environ 500 mètres carrés ont été équipés en sondes Power Road sur la zone d'accès au parking poids-lourds. Idéal pour tester la solidité du système, qui permet, grâce à la chaleur qu'il récupère, de chauffer le bâtiment adjacent, qui accueille les clients du péage (et utilisait jusqu'alors de l'énergie carbonée). Démonstrateur au départ, la solution donne satisfaction et va rester pérenne.

En outre, cinq kilomètres de voirie équipée par Power Road pourrait alimenter 30% des besoins en chaleur d'un éco-quartier de 75 000 mètres carrés. Selon Eurovia, 25 mètres carrés de route couverts par sa technologie suffiraient à capter l'équivalent des besoins d'un logement de 70 mètres carrés sur un an. Le système s'applique également pour l'alimentation en énergie d'un lotissement (via les places de parking), du parc de stationnement d'un centre commercial (pour déneiger les places)... Il peut aussi, par la captation de l'énergie solaire, refroidir les couches supérieures d'une route et ainsi

Une cinquantaine de projets en route

Le gros avantage d'une telle innovation, c'est qu'elle ne nécessite pas de nouvelles infrastructures. « Cela reste une vraie roue, où on ne voit pas que le système a été installé, confirme Maxence Naouri, directeur de la communication d'Eurovia. Il ne bouleverse en rien la mobilité et conserve les qualités techniques, de sécurité et d'entretien du revêtement, dans la mesure où il n'y a pas besoin de le refaire, puisqu'il s'agit d'une sous-couche. »

Une brique technologique, donc, dont il n'existe pas de prix unitaire pour l'installation. Tout dépend du besoin du client. Power Road « répond à de vrais besoins lorsqu'ils ont bien été identifiés », précise Maxence Naouri, et n'a pas vocation « à être installée partout ».

Une cinquantaine de projets sont à l'étude à travers la France, certains plus avancés que d'autres. Il faudra toutefois encore un peu de temps avant que Power Road ne puisse se déployer à grande échelle. « Nous sommes assez pragmatiques sur le calendrier, car nous avons bien conscience que nous créons une innovation en même temps qu'un marché. On rentre par l'énergie même si on parle de route, il faut accompagner tout un écosystème vers le changement », conclut-on chez Eurovia.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 28/07/2018 à 17:56 :
Que d'idioties répétées sans comprendre, dans le but à la mode de véhiculer l'image idyllique (mais fausse) des énergies "renouvelables gratuites et inépuisables".
Dans cet article par ex on parle à Pontarlier de "route à énergie positive" (??) alors qu'il s'agit de manière triviale (bien que pertinente) de récupérer de la chaleur produite par la combustion de déchets ménagers qui aurait été perdue sans cela : aucun miracle dans cette opération !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :