LTDE

Un prolongateur d'autonomie pour véhicule électrique

 |   |  512  mots
(Crédits : EP Tender)
Comment augmenter l'autonomie des batteries sans faire peser de contraintes sur le réseau ou l'environnement ? Ce problème inhérent à l'essor du véhicule électrique pourrait être résolu grâce à l'innovation proposée par la start-up française EP Tender.

La réussite de la mobilité électrique tient peut-être à une question d'autonomie. Actuellement, selon les modèles et les conditions de circulation, la batterie d'un véhicule peut générer de l'énergie pendant 150 à 300 kilomètres, ce qui pose d'évidents problèmes sur les longs trajets. Pour autant, installer de plus grosses batteries sous le capot n'est pas viable selon Jean-Baptiste Segard, fondateur de la start-up EP Tender : « Augmenter la capacité dans le véhicule est une aberration dans la mesure où cela ne réduit pas l'empreinte carbone et où cela fait peser de fortes contraintes sur le réseau électrique. » Les grandes transhumances estivales génèreraient ainsi une demande nettement supérieure à l'offre.

Lire aussi : Des remorques électriques pour révolutionner la livraison ?

60 kWh dans une remorque

La réponse à ce casse-tête ressemble à une petite remorque de 400 kilos. Dans cet attelage, les ingénieurs d'EP Tender placent une batterie de 60 kWh qui prolonge de 300 kilomètres l'autonomie du véhicule. Le tout, avec un minimum de contraintes : « L'interface du Tender s'adapte à n'importe quel véhicule sur le marché. Nous travaillons également à robotiser le système d'attelage, ce qui permettrait d'attacher un module à la voiture sans la moindre intervention humaine », explique Jean-Baptiste Segard. Un véhicule pourrait ainsi récupérer (ou « swaper ») 60 kWh d'autonomie en moins d'une minute, une rapidité impossible à atteindre avec une borne de recharge.

Le premier prototype conçu par EP Tender dispose de 38 kWh (soit 175 km d'autonomie) et a été récompensé d'un prix start-up au Mondial Tech 2018, dans la catégorie stockage. Le deuxième, complètement automatisé, devrait être présenté lors de la prochaine édition de Futur.e.s en Seine. L'objectif affiché par Jean-Baptiste Segard est clair : « Nous voulons démontrer que cette solution est viable économiquement, afin de trouver des partenaires industriels et de passer à l'étape supérieure. »

De l'énergie disponible pour le réseau

Dans cette perspective, EP Tender fait valoir un autre atout : lorsqu'ils ne sont pas utilisés, les modules stationnaires se connectent directement au réseau offrant ainsi une réserve d'électricité disponible pour le stabiliser. « Avec chaque euro investi dans un Tender, on convertit 15 véhicules thermiques à l'électrique et on génère plus de 600 kWh de stockage sur le réseau », affirme Jean-Baptiste Segard. Côté écologique, le gain est aussi significatif puisque chaque batterie est partagée et qu'elle permet d'augmenter mécaniquement la part de renouvelable dans le mix énergétique.

À terme, EP Tender se positionne comme l'exploitant de ce futur réseau de prolongateurs mobiles où elle louerait ses modules à des clients, entreprises ou particuliers, mais pourrait aussi les vendre à des sociétés de dépannage. Pour cela, il reste encore quelques verrous à débloquer, comme l'homologation des remorques sur les véhicules électriques. Pour l'instant, les tests sont réalisés sur des Renault ZOE grâce à une dérogation. La balle est donc désormais dans le camp des constructeurs.

Lire aussi : Aller au bureau, chaque jour, à vélo électrique ?

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 30/03/2019 à 9:17 :
C'est sur qu'en tractant une surcharge de 400 kg de remorque on va faire des économies de consommation et augmenter le rendement de nos nouveaux véhicules... On devient fou ou quoi ? C'est une solution pour des véhicules soumis à des conditions extrêmes, destinés aux expéditions dans le désert, l'arctique ou aux forces armées, mais pas à un usage civil et quotidien
a écrit le 27/03/2019 à 16:40 :
60 kwh? 300 km d'autonomie?
Si on roule à 100km/h, ça veut dire trois heures de route, donc il ne faut pas dépasser une consommation de 20kwh, soit 27 chevaux.

Ce n'est donc pas complètement impossible, mais c'est la puissance d'une deux-chevaux Citroen. Combien de conducteurs sont prêt à rouler dans une voiture moderne (trois fois plus lourde qu'une 2ch) et à n'avoir strictement aucune reprise?
a écrit le 27/03/2019 à 9:28 :
J'imagine la bourgeoise bobo faisant ses courses a l'Alpes d'Huez et obligee de manoeuvrer sa chignole electrique avec ce fourbi au cul.
Aberrant, c'est le mot et en plus c'est prime !
a écrit le 26/03/2019 à 10:42 :
N'importe quoi. La voiture électrique est faite pour la ville. J'vois d'ici les problèmes pour se garer parce qu'aucune place de parking de fera la longueur adéquate. Non ! quoi qu'on nous raconte et nous bassine la voiture électrique, au moins pour l'instant, coûte bien trop cher. 25.000 euros alors que certaines petites voiture essence sont vendues 8000. Faudra 40 à 50 ans pour amortir la différence sans parler de l'autonomie
Réponse de le 26/03/2019 à 18:17 :
C'est une réponse à l'emporte pièce . L'ensemble remorque sur une Zoé est moins long que certaines grosses routieres.
C'est toujours trop cher pour des gens comme vous qui compte à court terme
Réponse de le 28/03/2019 à 20:08 :
Détrompez vous, le vélo est fait pour la ville, la voiture électrique pour les longues distances. Et oui, il faudra l’amortir sur le long terme. Mais de toutes les façons vous n’y couperez pas...en 2040, plus de vente de voitures thermiques et le prix du pétrole monte et les taxes carbone vont continuer d’augmenter. Actuellement une Tesla model 3 est au même prix que la bmw équivalente et coûte moins cher en fonctionnement
a écrit le 26/03/2019 à 10:37 :
N'importe quoi. La voiture électrique est faite pour la ville. J'vois d'ici les problèmes pour se garer parce qu'aucune place de parking de fera la longueur adéquate. Non ! quoi qu'on nous raconte et nous bassine la voiture électrique, au moins pour l'instant, coûte bien trop cher. 25.000 euros alors que certaines petites voiture essence sont vendues 8000. Faudra 40 à 50 ans pour amortir la différence sans parler de l'autonomie
a écrit le 25/03/2019 à 13:10 :
Pratique pour faire des manœuvres dans un parking, de plus il faut un crochet d'attelage, et ne pas se la faire voler. Ils ont pensé au retour du gazogène de nos arrières grand-parents ?
a écrit le 20/03/2019 à 23:08 :
Bonjour,

Bien sûr que c'est une solution complémentaire pour le grand déplacement. Il faut simplement 1. que les voitures électriques soient toutes équipées d'un crochet d’attelage 2. que l'on puisse les louer dans tous les garages 3. qu'ils soient compatibles avec n'importe quel véhicule 4. qu'il puisse être pris et restitué n'importe ou en Europe, dans la plus grande simplicité 5. que cela ne renchérissent le coût du voyage que d'une modique somme.

A bon entendeur...

Laurent
Réponse de le 21/03/2019 à 8:07 :
Oui ...et également que le véhicule électrique soit homologué pour tracter et que le fait de tracter ne pénalise pas plus l'efficacité en roulage qu'elle n'est censée l'améliorer.

Il commence à y avoir de plus en plus de batteries de 60kWh+. L'intérêt dans ce cas ne saute pas aux yeux.
Bref, pas forcément une bonne solution pour tous les véhicules électriques. Mais à étudier pourquoi pas pour ceux ayant des batteries de capacité réduite pour optimiser le poids sur un usage plutôt ciblé urbain.

Sauf erreur, EP Tender n'est pas nouveau et on en parle depuis plusieurs années, alors que cet article le présente comme une nouveauté... un petit article de courtoisie ?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :