Louis Dreyfus négocie un rapprochement avec le singapourien Olam

 |   |  419  mots
(Crédits : Reuters)
Le groupe singapourien Olam, spécialisé dans les matières premières, a annoncé ce vendredi l'ouverture de négociations préliminaires en vue d'une collaboration avec le groupe Louis Dreyfus, qui pourrait prendre la forme d'une fusion.

Le groupe singapourien Olam, spécialisé dans les matières premières, a annoncé vendredi l'ouverture de négociations préliminaires en vue d'une collaboration avec le groupe Louis Dreyfus, qui pourrait prendre la forme d'une fusion. Les Echos nt écrit jeudi que le géant français du négoce de matières premières envisageait une fusion avec Olam.

"Si ces deux groupes fusionnaient, ils pourraient facilement rivaliser avec leurs plus gros concurrents comme Cargill, Bunge ou encore Daniels Midland", a commenté Ben Santoso, analyste chez DBS Vickers, auprès de Reuters. Il souligne qu'une telle opération permettrait aux deux groupes de bénéficier "d'économies d'échelles et d'emplacements géographiques. Olam est très présent en Afrique, et Dreyfus aux Etats-Unis."

Olam a confirmé l'existence de discussions avec Louis Dreyfus. "Le groupe souhaite informer ses actionnaires qu'il a engagé des discussions confidentielles préliminaires avec Louis Dreyfus Commodities au sujet d'une possible collaboration qui pourrait prendre la forme d'une fusion, entre autres hypothèses", explique-t-il dans un communiqué. LD Commodities est l'un des leaders mondiaux du négoce de produits alimentaires et réalise environ 35 milliards de dollars (26,2 milliards d'euros) de chiffre d'affaires annuel.

Olam est l'un des plus grands groupes asiatiques de négoces de matières premières, avec un chiffre d'affaires total de 10,5 milliards de dollars singapouriens (5,9 milliards d'euros) durant l'année financière 2010, et à ce titre un concurrent de Louis Dreyfus.

Les principaux concurrents de Louis Dreyfus sont asiatiques et cotés à Singapour - Wilmar, Noble et Olam - et Louis Dreyfus pourrait donc chercher à s'y installer en Bourse. Mais l'hypothèse d'une double cotation avec une introduction à Paris n'est pas exclue, a écrit Le Figaro.

Fondé en 1851, Louis Dreyfus est présent dans le négoce de cérérales, d'oléagineux, de coton, de sucre, de riz et d'agrumes. Il compte aussi des activités dans la distribution d'énergie et le développement immobilier. La participation majoritaire de l'ancien directeur général du groupe, Robert Louis-Dreyfus, décédé en juillet 2009, a été transmise à une fondation, tandis que le reste du capital est entre les mains d'autres membres de la famille.

Une introduction en Bourse pourrait répondre aux besoins en capitaux auxquels sont confrontés les acteurs d'un secteur des matières premières en croissance rapide et en pleine consolidation. Un tel projet pourrait aussi constituer une opportunité pour les membres de la famille qui seraient désireux de vendre leurs parts.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :