Knight Vinke détient 1,5% du capital de Carrefour

 |   |  310  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : © 2009 Thomson Reuters)
Le directeur financier de Carrefour a précisé que Knight Vinke, fonds activiste, détient 1,5% du capital du numéro deux mondial de la distribution. Pierre Bouchut a indiqué ne pas avoir "personnellement" rencontré ses représentants.

Knight Vinke détient environ 1,5% du capital de Carrefour, a indiqué jeudi Pierre Bouchut, directeur financier du groupe de distribution, en marge d'une présentation du chiffre d'affaires trimestriel aux analystes financiers. Le fonds d'investissement américain connu pour son activisme est entré au capital de Carrefour il y a plus d'un an. C'est-à-dire bien avant que, lors d'un conseil d'administration début mars, le groupe décide d'introduire en Bourse 25% de sa foncière Carrefour Property et 100% de son enseigne de hard discount Dia.

Knight Vinke a récemment indiqué rencontrer les investisseurs institutionnels de Carrefour pour recueillir leur opinion sur ces deux opérations. Il avait aussi précisé avoir rencontré la direction de Carrefour. "Je ne l'ai pas rencontré personnellement', a précisé jeudi Pierre Bouchut, directeur financier.

D'après plusieurs sources, dont le magazine Challenges, le fonds d'investissement pourrait s'opposer à ces deux projets de scission. Carrefour doit les présenter aux votes de ses actionnaires, le 21 juin, lors d'une assemblée générale extraordinaire. Pour être décidées, ces scissions doivent y remporter l'aval de deux-tiers des voix présentes ou représentées.

Plusieurs actionnaires, dont des représentants de la famille Defforey, et le cabinet Déminor spécialisé dans le conseil de vote aux actionnaires se sont déjà élevées contre ce projet. Ils viennent d'être rejoints par l'association des petits porteurs actifs (Appac).

"Cette décision de dislocations des actifs (...) démontre l'absence de stratégie de croissance de la part de la direction de Carrefour et une perte de création de valeur à très court terme", estime-t-elle. L'Appac appelle les actionnaires individuels à se "présenter à l'assemblée pour s'opposer à cette politique de destruction de valeur". En outre, elle demande la démission du Président du conseil d'administration Amaury de Seze "pour perte de confiance".

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :