Attentats de Paris : 600.000 euros pour les commerces directement touchés

 |   |  419  mots
Devant le Carillon (Xe arrondissement) comme devant les autres cafés visés par les terroristes, les hommages aux victimes se sont multipliés après le 13 novembre.
Devant le Carillon (Xe arrondissement) comme devant les autres cafés visés par les terroristes, les hommages aux victimes se sont multipliés après le 13 novembre. (Crédits : Reuters)
La maire de Paris Anne Hidalgo propose de débloquer 600.000 euros pour venir en aide à 15 commerces ayant été visés le vendredi 13 novembre. Elle envisage aussi la création d'un fonds de soutien avec appel aux dons.

L'heure des comptes, déjà. Pour les commerçants et artisans directement touchés par les attentats du 13 janvier ayant causé la mort de 130 personnes et des centaines de blessés, l'aide de la Mairie de Paris pourrait se monter à 600.000 euros.

La maire Anne Hidalgo a en effet proposé ce lundi au Conseil de Paris d'octroyer 40.000 euros par entreprise à quinze établissements concernés. De quoi contribuer "aux travaux nécessaires à leur réouverture et à la compensation de leurs jours de cessation d'activité", indique la mairie dans un communiqué.

Des responsables de ces lieux directement touchés par les attaques ont fait état de leur intention de rouvrir leurs établissements.  C'est le cas du patron de La Belle Equipe, rue de Charonne (XIe), Grégory Reibenberg, lors de son passage sur le plateau des Paroles et des actes sur France 2. Même le gérant du Bataclan, Dominique Revert, dont la société Alias Production est copropriétaire de la salle de concert avec Lagardère a dit vouloir relever le rideau.

D'autres mesures pour les commerçants

Par ailleurs, les commerçants ayant dû fermer leurs portes au cours des jours qui ont suivi, car ils étaient situés dans le périmètre de sécurité, pourront bénéficier d'exonérations temporaire des taxes relevant des compétences de la ville (sur les droits de voirie par exemple).

Ceux des marchés qui n'ont pas pu ouvrir leurs stands le week-end ayant suivi les attentats en raison de la fermeture administrative décidée pour des raisons de sécurité seront quant à eux "soutenus dans leurs démarches auprès de leurs assureurs" pour être indemnisés du manque à gagner.

Créer un "fonds de soutien"

Un "fonds de soutien pouvant recueillir les dons des personnes physiques ou morales désireuses d'exprimer leur solidarité", est à l'étude en collaboration avec les Chambres de commerces et d'industrie.

A ce jour, les dons recensés sont plutôt destinés aux familles des victimes. Des campagnes en ce sens ont même été organisées sur le site participatif Leetchi, ou bien sur generosity.com, le site dédié développé par le spécialiste du crowdfunding Indiegogo.

Une aide de l'Etat est aussi prévue pour ces familles de victimes dont les funérailles ont commencé ce lundi. Outre une simplification des démarches administratives, des versements sont opérés dans le cadre du Fonds de garantie des victimes d'actes de terrorisme et d'autres infractions créé en 1986.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 24/11/2015 à 14:45 :
Où en est l'indemnisation de l'imprimerie de Dammartin en Goële où étaient retranchés les frères Kouachi? Comment seront relogés les habitants de l'immeuble de Saint Denis où ont été tués les auteurs des attentats de Paris? Car dans ces deux cas, l'Etat a sa (juste) part de responsabilité.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :