Accor sur le point de se délester de Lucien Barrière

 |   |  303  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : © 2010 Thomson Reuters)
Le groupe hôtelier, qui avait échoué à vendre en Bourse sa participation de 49% de Barrière, aurait trouvé un accord avec Fimalac.

Enfin. Quatre mois après l'échec de la mise en Bourse de sa participation de 49% dans le groupe d'hôtels et de casinos Lucien Barrière, Accor aurait trouvé un acheteur. Selon le site Wansquare, la société financière Fimalac, présidée par Marc Ladreit de Lacharrière, devrait annoncer dans les prochains jours le rachat des parts du capital de Lucien Barrière détenus par Accor. Ni Accor, ni Fimalac n'ont souhaité faire de commentaires. CVC Capital ainsi qu'un fonds de Goldman Sachs avaient aussi été cités comme potentiellement intéressés dans la presse ces derniers temps. Les 51% restants de Lucien Barrière appartiennent à la famille Desseigne.

Denis Hennequin, arrivé en décembre à la tête d'Accor (il deviendra officiellement le directeur général le 15 janvier) à la place de Gilles Pellisson, est en phase avec celui-ci : le groupe Barrière n'a rien à faire dans le périmètre d'Accor. L'objectif était de sortir du capital avant juin 2011, pour ne pas être contraint de réintégrer dans ses comptes la moitié des dettes de la société Barrière qui s'élevaient à environ 400 millions d'euros, fin 2010.

La tentative avortée de l'introduction en Bourse en septembre valorisait le groupe Lucien Barrière à 575 millions d'euros. "Si le prix de vente se situe entre 280 millions et 300 millions d'euros, le marché devrait quand même applaudir cet accord", a estimé un trader parisien ce vendredi interrogé par Reuters.

"Le marché va certainement aimer cette histoire pour Accor, Lucien Barrière étant considéré comme une épine dans leur pied", commente un trader parisien. "Ce n'est pas énorme en termes financiers mais c'est clairement positif en termes de perception du management s'il arrive à sortir de Lucien Barrière à un prix certes faible, mais raisonnable", commente un autre trader parisien.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :