"Les Jeux de Londres sont une belle occasion de faire du business"

À un an de l'ouverture des JO, Denis Masseglia, le patron du sport olympique français* lance deux initiatives pour conjuguer les intérêts sportifs et économiques.

2 mn

Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : CNOSF)

À un an de l'ouverture des Jeux olympiques de Londres, comment le CNOSF prépare-t-il l'événement ?

Nous présentons aujourd'hui le Club France, un lieu de rencontre qui sera situé au coeur de Londres, à deux pas de sa célèbre tour. Il était jusqu'à présent privé, réservé aux athlètes et à leur entourage, aux institutionnels, aux sponsors olympiques et aux médias. Ce club nouvelle version sera accessible aux PME qui veulent, par l'intermédiaire de packages vendus à un prix moyen d'environ 2.500 euros, organiser des relations publiques au sein du Club France. Ce peut être un moyen de découvrir les Jeux et de faire du business puisque cet espace, qui devra aussi présenter les atouts économiques de notre pays, a pour ambition de montrer ce qu'est la France d'aujourd'hui et de demain à travers le sport, évidemment, mais aussi l'économie.

Ce mélange des genres est également le fondement du Club Ambition Sport que vous présentez aujourd'hui ?

C'est exact. Je vous rappelle que pendant quatre ans, le fil rouge de notre politique aura été le suivant : faire du sport un enjeu pour la France. Créé par le CNOSF, avec le soutien du Medef, ce club est ouvert à toutes les entreprises, en particulier les TPE-PME. Il s'agit d'une démarche volontariste de la part des entreprises d'appartenir à une sorte de communauté d'amoureux du sport. Le prix de la cotisation annuelle est de 1.000 euros. Un montant à comparer aux 2 millions d'euros versés par les sponsors olympiques officiels pour quatre ans.

Pourquoi adhérer à cette nouvelle structure ?

Pour trois raisons. Le membre du club pourra utiliser le logo officiel, logo qui sera bientôt une marque, celle du Club Ambition Sport dont vont aussi être membres des clubs professionnels comme l'Olympique de Marseille, l'AS Saint-Étienne, le Stade Toulousain, le Racing. En outre, les salariés qui le souhaitent bénéficieront d'un système d'alertes actualités à propos des athlètes de l'équipe de France olympique. Enfin, Club Ambition Sport a vocation à devenir un « Facebook du sport ». On peut imaginer l'organisation de réunions entre les différents membres d'une région, entre les fans d'une discipline, initiatives qui peuvent servir le sport et le business.

À quoi serviront les fonds récoltés ?

Il y a tellement de besoins, en particulier dans le domaine social, le sport en entreprise, le sport santé, les sports peu médiatisés qui n'ont pas les moyens de se développer. Je crois aussi beaucoup en la capacité de ce club à susciter des vocations de mécénat. Selon nos estimations, 2 à 300.000 entreprises peuvent être intéressées par notre initiative.

* Président du Comité national olympique et sportif français (CNOSF)

2 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.