Traitement de choc chez Thomas Cook au Royaume-Uni : 2.500 postes supprimés

 |   |  164  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : AFP)
Le groupe touristique britannique a annoncé ce mercredi la suppression d'environ 2.500 emplois au Royaume-Uni, ainsi que la fermeture de certaines agences. Le groupe emploie 15.500 personnes outre-Manche.

Les annonces de Thomas Cook au Royaume-Uni n'augurent rien de bon pour les salariés du groupe en France. Ce mercredi, le géant britannique du tourisme a en effet annoncé la suppression d'environ 2.500 emplois sur les 15.500 que compte le groupe au Royaume-Uni et en Irlande. Les postes supprimés toucheront des fonctions administratives et des emplois en agences, dont un nombre non encore précisé doit fermer. Au bord du gouffre il y a plus d'un an, le groupe multiplie les mesures pour se redresser.

Plan de transformation en France

"Nous devons à nos clients une entreprise efficace et assurer que, lorsqu'ils réservent leurs vacances avec nous, nos coûts administratifs soient aussi bas que possible", a expliqué Peter Fankhauser, le directeur général pour l'Europe continentale et le Royaume-Uni. De quoi inquiéter les quelque 1500 salariés français alors que Thomas Cook a décidé de conserver ses activités dans l'Hexagone tout en préparant un plan de transformation.

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 07/03/2013 à 16:55 :
Les agences de voyages deviennent rares. Survivront les tours opérateurs qui seront capables de proposer des voyages ou des circuits que les gens ne peuvent organiser eux-mêmes.
a écrit le 06/03/2013 à 23:27 :
Bon, ça fera 15 500 employés outre-manche et 1500 qui font la manche en France :-) Il faut savoir passer outre :-)
a écrit le 06/03/2013 à 16:48 :
La IT détruit des emplois partout dans le monde : 15 pour un actif selon son niveau de compétence et cela dans les 6 ans. Les compétences secondes étant elle-mêmes mangées par le premier cercle, approchant ainsi du score de perte d'emploi maximum. On se doute qu'à cette aune, l'état français n'est guère pressé d'améliorer son administration et de se voir, en conséquence, avec plus de 20 % de la population au chômage ! Pour les entreprises privées les risques sont terribles comme par exemple dans la comptabilité. L'effet de chaîne est monstrueux : des entreprise en moins signifie des locaux vides, non loués, des restaurants sans clients, des voitures sans acheteurs, etc. Concernant les agences de voyage ou plus radicalement tout type d'intermédiation, la mode est à leur suppression pure et simple : les groupes Accor, Air France, Club Med, Sncf .... vont faire ce travail avec leurs sous traitants.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :