La Poste : les syndicats quittent la commission Ailleret favorable à une ouverture du capital

Faute de consensus, les syndicats CGT, FO et CFTC de La Poste ont annoncé ce mercredi leur intention de quitter la commission Ailleret, qui s'est prononcée pour une transformation de l'entreprise publique en société anonyme (SA) qui déboucherait sur une ouverture du capital du groupe tout en écartant la piste de la privatisation.

3 mn

Quel avenir pour La Poste? C'est justement ce qu'examine en ce moment la Commission Ailleret, chargée de plancher sur le développement du groupe public postal. Mais les dissensions au sein même de la Commission ont éclaté; les syndicats ayant annoncé ce mercredi leur intention de claquer la porte. "Nous allons quitter la commission car il n'y a aucun consensus dans le projet de rapport publié mardi", a déclaré à l'AFP (Agence France presse) Colette Duynslaeger, secrétaire générale de la CGT-FAPT, premier syndicat de La Poste.

Selon un projet de rapport dont les grandes lignes ont été dévoilées dans Le Monde daté de mercredi, la commission, composée de syndicalistes et d'élus, se prononce en faveur d'une transformation de La Poste en société anonyme et donc à une ouverture de capital décriée par les syndicats.

"La majorité des membres de la commission se prononcent pour une transformation du statut de l'entreprise en société anonyme, détenue à sa création à 100% par des investisseurs publics (Etat, Fonds stratégique d'investissement (FSI), Caisse des dépôts et consignations)", indique ce document que les membres de la commission vont examiner mercredi et jeudi avant de rendre leur rapport définitif. "Certains membres de la commission se déclarent opposés à tout changement de statut de l'entreprise qu'ils conçoivent comme une première étape vers la privatisation", écrivent néanmoins les auteurs du projet.

Jacques Lemercier (FO-COM) a également indiqué à l'AFP avoir refusé de se rendre à la réunion mercredi. "Nous avions des contre-propositions qui méritaient d'être étudiées et avaient été soutenues à un moment donnée par des parlementaires: elles ne sont même pas mentionnées dans le rapport", a-t-il déploré.

En effet, parrallèlement aux travaux de la commission, trois syndicats (CFTC, FO et Sud-PTT) ont présenté mardi leurs propositions alternatives à une ouverture de capital de La Poste, préconisant notamment la mise en place d'un pôle public financier dont la Banque postale serait "le bras armé". Ce pôle public financier serait composé également de la Caisse des dépôts (CDC) ou des crédits municipaux. Ces syndicats réclament aussi la création d'un établissement public qui financerait les missions de service public de La Poste: distribution du courrier six jours sur sept, aménagement du territoire, accessibilité bancaire et distribution de la presse. Actuellement, le coût de ces missions est évalué à 850 millions d'euros par an, et n'est pas compensé par l'Etat.

Pour le responsable de la CFTC-Poste et télécommunications Daniel Rodriguez, le rapport est un "tapis rouge déroulé au projet de La Poste". Il a également boycotté la réunion de ce jour. La fédération Sud-PTT, deuxième syndicat, avait déjà suspendu sa participation à la commission fin octobre.

Pour la commission, il y a plusieurs avantages à transformer la Poste d'établissement public à caractère industriel (Epic) en société anonyme. D'abord, cela soulagerait les finances publiques tout en permettant au groupe d'avoir un capital et de l'augmenter selon ses besoins.

Les dirigeants de la Poste ont estimé devant la commission leurs besoins financiers à 3 milliards d'euros environ, dont 2 milliards serviraient au désendettement et le solde à l'investissement. 

Les membres de la  commission sont aussi tombés d'accord sur plusieurs principes :  la confirmation des missions de service public de l'entreprise et la nécessité de clarifier leur financement, le maintien du caractère public de la poste et de son unité, le maintien de la présence postale sur le terrain, et la nécessitivé d'une politique de développement du groupe face à l'ouverture du marché à la concurrence en 2011.

"En toute hypothèse, la privatisation est exclue et des garanties d'ordre législatif devraient être apportées sur le caractère public de l'entreprise", écrit ainsi la commission dans son pré-rapport.

Le gouvernement devrait se prononcer sur le projet d'ouverture du capital de La Poste présenté par son président, Jean-Paul Bailly, après la remise du rapport final de la commission prévue le 15 décembre. Selon Le Monde, la décision de ne pas coter en Bourse l'entreprise serait déjà arrêtée.

 

 

3 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 20
à écrit le 09/10/2009 à 13:41
Signaler
Bonne nouvelle ! Une fois le capital ouvert, donc la privatisaiton en marche, les agents de la Poste vont devoir bosser sérieusement au lieu de rien foutre de la journée, protégé(e)s par leur statut. Ca va enfin bouger chez La Poste !

à écrit le 09/10/2009 à 13:41
Signaler
Bonsoir, J'ai travaillé à FT toute ma vie, est ce que ces menteurs nous prennent pour des abrutis. Après on s'apperçoit que le service public a quelquefois du bon, mais non l'appât du gain est plus fort. Messieurs les hommes politiques de tout p...

à écrit le 09/10/2009 à 13:41
Signaler
un centième des 360 MILLARDS d'euros pour recapitaliser la poste cela est-il iréraliste?

à écrit le 09/10/2009 à 13:41
Signaler
Auboulot a besoin d'une trique pour travailler semble t-il , les fonctionnaires préfèrent travailler dans la sécurité ce qui est de moins en moins le cas(beaucoup d'intérimaires et donc de précaires) et ils sont convaincus que c'est la main dans la ...

à écrit le 09/10/2009 à 13:41
Signaler
boujour auboulot, Les postiers doivent supporter des gens comme toi, ça leur rajjoute à leurs taches quotiennes. Franchement, qui pense encore aujourd'hui que les postiers sont des fainéants,nan mais oh!! ouvrez vos yeux, prenez nos places aux gui...

à écrit le 09/10/2009 à 13:41
Signaler
il m arrive de prier pour qu un avion en difficulte tombe sur l assemblee nationnalle sana recapes

à écrit le 09/10/2009 à 13:41
Signaler
auboulot a quelques cases mal remplies

à écrit le 09/10/2009 à 13:41
Signaler
Qu'on le veuille ou non, il faudra tôt ou tard privatiser la poste car Bruxelles nous l'imposera. Les Anglais et les Allemands sont déjà dans le processus, l'Espagne et l'Italie ne devraient pas tarder. Qu'est ce qu'on s'imagine, que l'on va passer a...

à écrit le 09/10/2009 à 13:41
Signaler
il faudrait vendre les villages vacances de la poste,et privatiser!

à écrit le 09/10/2009 à 13:41
Signaler
La messe est dite. La tactique est éprouvée. L'Etat commence par transformer La Poste en SA, puis ouvrira le capital, tout en garantissant, la main sur le coeur, que l'Etat conservera le plein contrôle de l'entreprise. Puis au fur et à mesure des néc...

à écrit le 09/10/2009 à 13:41
Signaler
désolé de vous apprendre qu'on bosse à la poste, je suis factrice et je depasse mes heures tous les jours... j'ai pas d'heures sup... par tous les temps et avec une charge tres lourde du lundi au samedi. il toujours aisé d'envier son voisin, on est l...

à écrit le 09/10/2009 à 13:41
Signaler
A ces messieurs dirigeant les centrales syndicales, que cherchez vous, que la poste finisse comme Le France,les fonderies Nantaise et de mécanique, les chantiers navale du midi ou d'autres entreprises mise au dépôt de bilan par vos intransigeances. R...

à écrit le 09/10/2009 à 13:41
Signaler
On reconnait le style des syndicats : vaut mieux piquer le pognon dans la poche des contribuables, on trouvera toujours un moyen pour pas rembourser ce qu'on dépense.

à écrit le 09/10/2009 à 13:41
Signaler
Eh bien ! J'ai l'honneur de prétendre que les syndicats sont dans l'erreur ! Claquer la porte n'a jamais permis d'ouvrir la fenêtre de l'avenir ! Et ce n'est pas en reculant que l'on avance ! Désolé ! Antoine GED

à écrit le 09/10/2009 à 13:41
Signaler
Je l'affirme haut et clair ! Les syndicats ont tort ! Quand on négocie, on négocie ! On ne claque pas la porte ! Aller ainsi de reculade en reculade n'a jamais permis d'avancer ! Désolé ! Antoine GED

à écrit le 09/10/2009 à 13:41
Signaler
Je veux faire une petite réponse à : AuBoulot sur le commentaire écrit le 10/12/ 2008 à 11:50: Avant la privatisation de le Poste, J'invite MR Auboulot à aller remplacer les postiers qui ne "foutent" rien de la journée, comme ça il pourra se reposer...

à écrit le 09/10/2009 à 13:41
Signaler
Désolé antoineged: Les syndicats on raison de claquer la porte, on ne négocie pas la casse d'un service public,pas plus d'ailleurs qu'un recul social, casse de la sécurité sociale,du code du travail, des retraites...etc au contraire on améliore les p...

à écrit le 09/10/2009 à 13:41
Signaler
Et oui à la Poste on bosse et pour pas cher ! Arretez de vous monter le bourichon et de croire qu'on ne fiche rien. Venez bosser avec nous et vous y gouterez. Beaucoup seront plus que surpris ! Allez courage, essayez !

à écrit le 09/10/2009 à 13:41
Signaler
quand on veut tuer son chien, on dit qu'il a la rage ! c'est ce que font les privatiseurs de tout bord. Bailly a dit qu'il n'y aurait pas de licenciements collectifs... dans un 1er temps... Les charettes sont déjà prêtes ! y'en a qui critiquent les p...

à écrit le 09/10/2009 à 13:41
Signaler
continuer a brader la france la poste la sncf et tout ce qui peut rappoter gros au monde du fric allez y franchement et les petits francais iront mendier leur pain continuer inconscients de jeunots qui ne savent pas!!!ce qu'est la vie !

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.