Dossier Eurostar-Siemens : Alstom perd la première manche

 |   |  209  mots
(Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2010. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
La haute cour de Londres a débouté Alstom de sa demande de suspension de l'appel d'offres d'Eurostar remporté par Siemens. La filiale de la SNCF a immédiatement annoncé qu'elle allait signer le contrat avec le constructeur allemand.

Première manche perdue pour Alstom. Le constructeur ferroviaire français comptait sur la justice britannique pour bloquer la commande par Eurostar de trains à grande vitesse fabriqués par son concurrent Siemens. Ce ne sera pas le cas, en tout cas pour l'immédiat. La haute cour de Londres a annoncé ce vendredi qu'elle déboutait le constructeur ferroviaire français de sa demande de suspension de l'appel d'offres.

Le juge Geoffrey Vos a estimé que les éléments avancés par Alstom n'étaient pas suffisants pour justifier une suspension immédiate de l'appel d'offres et ce d'autant, qu'à ses yeux, une victoire sur le fond lui semblait "improbable." 

"Accorder une suspension serait injuste pour Eurostar et contre l'intérêt public", a expliqué le juge pour justifier sa décision. Sauf à faire appel, Alstom ne peut donc espérer bloquer l'appel d'offres avant 2011, date à laquelle le dossier doit être jugé sur le fond. 

Cette décision a évidemment réjoui les dirigeants d'Eurostar. La compagnie a immédiatement annoncé qu'elle allait pouvoir procéder à la signature du contrat avec Siemens qui prévoit la fourniture de dix nouvelles rames "Velaro" destinées à renouveler sa flotte jusqu'alors composée uniquement de trains "made in France" produits par Alstom.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 03/12/2010 à 17:33 :
Moi je crois dans les boites qui ont du génie et qui sont innovatrices. Alstom en fait partie et il serait bon qu'on ne bazarde pas ces capacités.
Oui il y eu des déboires (il y en aura d'autres!)
Alstom a quand meme le mérite de s'être opposé à l'export des technologies (vers la chine qui veut systématiquement un transfert de techno avec la prod) contrairement à Siemens qui le fait mais qui commence à s'en bouffé les doigts

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :