Pourquoi Easyjet va dégager en 2013 les plus gros bénéfices de son histoire... malgré la crise

 |   |  577  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
La compagnie britannique à bas coûts a réduit par deux ses pertes au premier semestre - traditionnellement dans le rouge - mais dégagera à l'issue de son exercice 2013 des bénéfices avant impôts supérieurs aux 317 millions de livres dégagés l'an dernier. Décryptage.

L'année 2013 devrait être l'occasion pour Easyjet d'enregistrer des bénéfices record. Après avoir réduit par deux sa perte avant impôts au premier semestre (clos fin mars) de son exercice 2013, la compagnie table sur une amélioration de ses gains au deuxième semestre. Du coup, la directrice générale de la compagnie à bas coûts, Carolyn Mc Call, prévoit « d'améliorer la profitabilité d'Easyjet sur l'ensemble de l'exercice », lequel s'achèvera le 30 septembre prochain. Les bénéfices avant impôts seront donc supérieurs aux 317 millions de livres dégagés l'an dernier - un record ! - et seront par conséquent les plus importants jamais enregistrés par la compagnie depuis sa création il y a 18 ans.

Les vacances de Pâques sont bien tombées

Au cours du premier semestre (octobre-mars), Easyjet, a fait état mercredi d'une perte avant impôt de 61 millions de livres (72 millions d'euros), contre une perte de 112 millions l'an dernier. Le tout pour un chiffre d'affaires en hausse de 9,3 %, à 1,6 milliard de livres. Ces pertes n'ont rien d'étonnant. Chaque année, la compagnie se retrouve dans le rouge au premier semestre - une période de basse saison -, en raison de la très forte saisonnalité de son activité. Cette année, les pertes sont moindres en raison des vacances de Pâques qui sont tombées en mars et par un niveau élevé de réservations de clients britanniques et d'Europe du Nord désireux d'échapper à un hiver rigoureux

Hausse de 4,3 % des voyageurs d'affaires

Surtout, le nombre plus élevé d'hommes d'affaires sur les lignes d'Easyjet (+ 4,3 % au premier semestre), contribue fortement à sa performance. Avec la crise, Easyjet profite en effet de la restriction des budgets voyages des entreprises. Représentant plus de 25 % des passagers de la compagnie orange, les hommes d'affaires ont le double avantage de se déplacer tout au long de l'année (et donc de réduire la saisonnalité) et d'augmenter la recette unitaire en raison notamment de leur réservation plus tardive que les passagers loisirs, à un moment où les prix sont plus élevés. Le revenu moyen par siège de la compagnie a ainsi progressé de 8,6 % au premier semestre.

C'est là le fruit d'une stratégie focalisée sur cette clientèle. Pour la conquérir Easyjet n'a pas hésité à tordre le cou à de nombreux principes du low-cost aérien qui voulaient qu'une compagnie à bas coûts utilise les aéroports secondaires et se passe d'intermédiaires pour la vente de billets. Au contraire, Easyjet est présente sur les grands aéroports et a signé des accords avec les GDS tels qu'Amadeus ou Galileo, ces systèmes de distribution utilisés par les agents de voyages, lesquels verrouillent encore le marché des entreprises. Cette stratégie est payante (lire ici : la chasse aux hommes d'affaires fait bondir les bénéfices d'Easyjet).

Gain de parts de marché

Elle s'accompagne d'une gestion fine du réseau et des capacités. Ainsi, la direction n'a pas hésité à fermer cet hiver sa base de Madrid et de redéployer les avions vers des routes plus rentables. Couplée à une baisse de voilure des autres transporteurs, la performance d'Easyjet s'est améliorée. L'offre en sièges de ses concurrents a diminué de 2,8 % sur les routes opérées par la compagnie britannique. De fait, Easyjet, comme Ryanair, continue de gagner des parts de marché.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 20/05/2013 à 20:48 :
Les prix des billets ont beaucoup augmentés ces derniers temps...alors que le baril est à la baisse depuis plusieurs semaines !
a écrit le 19/05/2013 à 23:33 :
Bonne compagnie
a écrit le 16/05/2013 à 12:53 :
Quel autre excuse vont trouver les franco-francais fan de AF (voir Emirates maitre du ciel), a ce que je sache Easyjet est basé aux UK, paie des taxe et na pas de puit de petrole a Gatwick ! De plus Easyjet viens de signer avec Emirates, ca s'annoce tres tres chaud pour AF question competitivite !
Réponse de le 20/05/2013 à 17:03 :
AF pourra toujours expliquer que c'est une compagnie... française. Rien que cela suffit à expliquer pourquoi elle paie plus de taxes sur le personnel que n'importe quelle autre compagnie européenne ou mondiale, qu'elle paie pour des "avantages sociaux" d'un autre âge tel qu'un CE devenu moribond, qu'elle paie de la CSG, de la CRDS ou autres taxes de formation, d'apprentissage, de retraite, qu'elle paie des jours de RTT à son personnel qui a plus de congés que ses concurrents européens, et qu'elle paie parfois mieux son personnel (hôtesses les plus anciennes, pilotes...).
Je vous suggère la chose suivante : prenez n'importe quelle cie européennes, mettez lui aux pieds le boulet des charges sociales d'AF et de sa masse salariale, et voyez au bout de combien de temps elle coule...
a écrit le 15/05/2013 à 23:51 :
Pcq c'est la crise.
a écrit le 15/05/2013 à 23:38 :
Quid des dettes de la compagnie?
Il y a une augmentation du prix moyen du siège donc une amélioration des résultats, mais qu'en est-il de l'endettement? en augmentation ou en diminution ? On ne connait donc pas l'état réel de la compagnie...
a écrit le 15/05/2013 à 21:35 :
Bravo à Carolyn Mc Call, comme quoi, contrairement aux idées reçues, on peut réussir dans l'aérien en venant d'un autre secteur.
a écrit le 15/05/2013 à 19:03 :
Et pendant ce temps là, la direction d'Easy jet propose à ses pilotes basés en GB des conditions revues à la baisse ! Cherchez l'erreur !
a écrit le 15/05/2013 à 16:34 :
La compagnie fait des affaires d'or sur l'aeroport franco suisse de Bale Mulhouse ou Hop propose une liaison vers Lyon alors qu,il y a TGV et autoroute. La compagnie nationale n'a jamais ouvert de ligne sur Londres. Incroyable mais vrai. Il faut transiter par...Paris. Belle aubaine ur EJ, BA et Swiss.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :