Demain les avions voleront avec du sucre, et après-demain avec des épluchures de pommes de terres

 |   |  794  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Total et la société américaine Amyris ont créé un biocarburant à partir du jus de canne à sucre qui pourrait être certifié en 2014. Un vol test a été effectué ce jeudi sur un A321 d'Air France. Ce biofuel est le seul à être à un stade industriel. La baisse des prix de ces carburants est la clef de leurs succès de demain. Aujourd'hui ils sont 2 à 3 fois plus chers que le kérosène.

Coup d'accélérateur pour les biocarburants dans l'aviation. Ce jeudi, un Airbus A321 d'Air France volant avec du biocarburant s'est posé au Salon du Bourget après un vol de plus d'une heure depuis Toulouse. Il testait pour la première fois un mélange de kérosène (90%) et de biocarburant (10%) à partir du jus de canne à sucre produit par Total et la start-up américaine Amyris (dans laquelle le groupe pétrolier détient 18% du capital).

Créée en 2003, cette entreprise innovante transforme le sucre en molécules de base (le farnésène), laquelle, une fois hydrogénée, devient du farnésane qui peut être directement incorporé dans les carburants des avions. "La canne à sucre ne représente que 1% des terres arables cultivées. Il n'y a pas de risques de compétition avec la chaine alimentaire », explique Philippe Boisseau, directeur général Marketing&Services Energies nouvelles du groupe pétrolier.

Perfomances excellentes
Les spécificités de ce biofuel sont supérieures à celles du kérosène (jet-fuel), pourtant déjà excellentes : sa densité énergétique est plus forte. C'est-à-dire que ses performances sont identiques que le kérosène avec moins de volume. En clair, on en consomme moins. C'est une prouesse. Il y a moins de dix ans, les chercheurs étaient sceptiques. Une densité énergétique inférieure à celle du kérosène aurait  eu pour conséquence d'augmenter le volume des réservoirs et donc du design des avions. Ou alors de voler moins loin et de multiplier les vols avec escales. Rien de tout cela aujourd'hui.
Ce biocarburant est compatible avec les moteurs actuels. Le vol de ce jeudi au Bourget, dont l'avion était équipé de moteurs CFM (Safran, General Electric), le confirme. Cela était déjà le cas pour les différentes expériences tentées jusqu'ici par tous les motoristes. Depuis 2008 et le vol d'un avion de Virgin Atlantic, plusieurs vols de ce type se sont déroulés avec succès, en utilisant des algues, de la jatropha...

Certification en 2014
Pour autant, Total assure avoir un coup d'avance. « Nous sommes les seuls à avoir une solution à un stade industriel », explique Philippe Boisseau, Amyris dispose en effet d'une usine au Brésil. La certification de biofuel est attendue en 2014.
Pour les compagnies aériennes, l'enjeu économique des biocarburants est de taille. Alors que le prix élevé du baril (30 à 35% des coûts d'Air France-KLM par exemple) pèse sur les finances des compagnies, celles-ci sont menacées, en Europe, par les crédits carbone, un système de compensation des émissions de CO2. Au fur et à mesure de la croissance du trafic aérien, celles-ci sont condamnées à progresser.

« Le pétrole représente 30 à 35% de nos coûts. Les innovations technologiques permettent d'améliorer la consommation de 1% par an en moyenne sur la durée mais le trafic aérien augmente de 5% par an. Il y a donc un écart entre l'efficacité énergétique et la croissance du trafic qui sera compensé par les crédits carbone ou par des biofuel. Si nous ne sommes pas capables de développer une filière biofuel d'ici à 2015, cela risque de nous coûter très cher », explique Bertrand Lebel directeur général adjoint Organisation et développement durable à Air France.

Les prix sont deux à trois fois supérieures
La question du prix du biofuel est fondamentale. «Aujourd'hui, son prix est deux ou trois fois supérieur à celui du kérosène », explique Bertrand Lebel. « Un litre de kérosène coûte un peu moins d'un euro. L'objectif est que, à l'horizon 2020-2025, nous puissions être sûrs d'avoir un prix du biofuel autour de 1,20 euro le litre (auquel il faudra ajouter 5% de crédits carbone) », précise-t-il. Total travaille sur le sujet. « Nous espérons baisser les prix d'ici à 2020. D'ici deux ou trois ans, nous visons un prix de 1,5 euro le litre», explique Philippe Boisseau.

Pour baisser les coûts, Total entend part améliorer la productivité de son usine brésilienne. Le groupe mise aussi sur les biocarburants de deuxième génération, à base de déchets végétaux (épluchures de légumes, paille...) pour faire baisser les prix. Très médiatisée il y a une dizaine d'années, l'utilisation des algues comme biocarburant n'est, quant à elle, pas attendue avant une quinzaine d'années.
Le transport européen table sur une production de biofuel de deux millions de tonnes en 2020, soit 3% de la consommation. Dans l'absolu, Bertrand Lebel estime qu'il  faudrait que 30 à 40% des besoins de carburant d'Air France-KLM soit couverts par des biocarburants. « Sinon le système ne fonctionnera pas », prédit-il. Pour Philippe Boisseau, les biocarburants pourraient couvrir 20 à 30% des besoins de la flotte mondiale dans 30 ou 40 ans.

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 23/06/2013 à 11:24 :
"Il testait pour la première fois un mélange de kérosène (90%) et de biocarburant (10%) à partir du jus de canne à sucre"

On est donc encore très loin de faire voler des avions sans pétrole.

Par ailleurs, en attendant peut-être un jour de produire ce carburant de manière synthétique, il faudrait aussi estimer la surface agricole nécessaire pour faire pousser toutes ces cannes à sucre afin de faire voler les avions à 100% avec ce carburant. Ca permettrait de voir les conséquences sur l'alimentation humaine.
a écrit le 21/06/2013 à 17:29 :
Une vraie solution global-hisse-sable : le moins "chaire" serait de faire manger aux passagers des 'fêtes-culent-lents', et de récupérer le méthane sous les sièges en gaz d'appoint..., voir du pop-corn, encore plus léger, et de ne faire que des vols en 'd'aise-grasse-vite-station' 'para-bol-hics' ; de plus, avec chaque siège mis en rotation cycloïdique verticale, genre cage d'écureuil, et de faire payer un supplément à l'arrivée si le passager à perdu du poids (comme séjour sauna), cet allègement doublement récupéré en cons-sommes-nations...!

Bonze, faux voie-hard ? En commençant par n'accepter des passagers que du style Gandi, introuvable, presque à poil et avec très peu de 'bas-gage', 2plus capable de méditer en lévitation, le tour est joué !******!
a écrit le 21/06/2013 à 15:29 :
Ou l'on reparle des algues que j'évoque souvent sur ce fil pour l'immobilier au départ et qui reçoit le scepticisme de ceux -comme d'habitude- qui n'ont pas du tout étudié le dossier. La technique révolutionnaire des algues sur laquelle notre pays est en pointe permettra de produire de l'énergie opérationnelle avant 10 ans. Un prototype aéroneff lourd existe déjà en test. Les épluchures seront certainement pour demain mais pas pour après demain.
a écrit le 21/06/2013 à 14:30 :
il y avait bien une voiture qui marchait à l'huile de tournesol comme carburant ! c'est sur que l'on pourrait marcher plus sain, mais les lobbyes du pétrole, faut pas les laisser tomber, et de plus au sujet de cette voiture (passée à la télé, d'ailleurs), le gouvernement voulait imposer une taxe au bon cultivateur qui avait fait sa découverte, parce qu'il donnait à ses connaissances de cette huile, gratos! fallait rien perdre, il n'y a pas de petites économies ! MDR
a écrit le 21/06/2013 à 14:28 :
et le kerozene, ça se mange?
a écrit le 21/06/2013 à 12:04 :
Je propose, pour attirer le consommateur des futurs lignes aériennes végétales, de nouveaux logos pour les compagnies aériennes du genre : Air France Patate , Air Riz China , Air Tomato Italia , Air Cassoulet Volotéa ... (liste non exhaustive )
a écrit le 21/06/2013 à 11:53 :
Pas de souci! Plus de pétrole, avions à pédales! MdR...
Réponse de le 21/06/2013 à 13:51 :
@carpatrick: avions à pédales ? n'est-ce pas déjà le cas avec la nouvelle loi Hollande :-)
Réponse de le 21/06/2013 à 14:31 :
vu qu'il y a déjà un pédalo !
a écrit le 21/06/2013 à 11:27 :
Il est tout de même incroyable que chaque petite avancée fasse autant de sceptiques, si prompt à critiquer, mais si peu enclins à diminuer leur consommation d'hydrocarbures sous toutes ses formes... Je rappelle qu'actuellement vole au dessus des US un avion intitulé Solar Impulse, recouvert de modules PV SunPower, dont... TOTAL est actionnaire à 66%. Alors je ne vais pas me faire leur avocat, mais en ce qui me concerne c'est encourageant et toujours plus constructif que certains commentaires...
Réponse de le 21/06/2013 à 12:17 :
Que voulez-vous, les petits rentiers aigris refusent l'innovation. C'est peut peut être la raison du manque de compétitivité de notre économie.
a écrit le 21/06/2013 à 11:08 :
"La canne à sucre ne représente que 1% des terres arables cultivées" Il est vrai que ce n'est pas comme si au Brésil on défrichait l'Amazonie pour planter de la canne à sucre pour les bio carburants de là bas ...
a écrit le 21/06/2013 à 11:08 :
RIP : La forêt amazonienne
a écrit le 21/06/2013 à 10:22 :
nous vivons une époque de conneries..Celle-ci va se rajouter aux autres de cette semaine qui
LT vient de nous servir...
On transformera la France dans un champ de canne avec les DOM-TOM. Bravo Total

Réponse de le 21/06/2013 à 10:59 :
Au lieu de faire des commentaires à l'emporte-pièce, lisez l'article ! L'usine Total est au Brésil où il est rentable de produire des agrocarburants. Vos posts seraient plus utiles sur le Figaro.fr...
Réponse de le 21/06/2013 à 11:35 :
Ca c'est envoyé !!
Réponse de le 21/06/2013 à 12:40 :
@simplet: au Brésil il y a des voitures qui roulent avec de l'éthylène,(Fiat) en Suisse,camions,
tracteurs,etc.avec huile de colza,à la Réunion des tracteurs avec un dérivé de la canne à sucre,
etc.etc.etc.alors c'est ou la sensation? C'est parceque Total y participe ? (coeur de chauvin bat
et bat très fort..) Rien à voir avec Le Figaro,les sensations des media m'emm......
a écrit le 21/06/2013 à 10:16 :
Demain du sucre... peut-être. Mais après demain les épluchures de pomme de terre seront peut-être tout ce qui nous reste à bouffer...
a écrit le 21/06/2013 à 9:57 :
si c'est fabriqué par Total, j'ai confiance dans ce système
a écrit le 21/06/2013 à 9:47 :
Coquilles
"Les prix sont deux à trois fois supérieures" supérieurs
"Total entend part améliorer la productivité" ?? entend par là ? entend particulièrement ? mal comprendre phrase
Réponse de le 21/06/2013 à 12:59 :
autre coquille : le sucre permet de faire du bioéthanol et non pas du bio fuel. Je sais que les journalistes sont nuls en sciences (et peut -être en anglais aussi !!! ) mais faites un effort.
Réponse de le 21/06/2013 à 13:53 :
@jofrmetz: te fâche pas contre les journalistes. On ne leur demande pas d'être compétents, mais obéissants pour conserver leur emploi :-)
Réponse de le 21/06/2013 à 14:13 :
@jofrmetz
C'est vrai que les journalistes n'ont aucune culture scientifique, mais là, il se trouve qu'ils ont raison (ils ont plus ou moins copié le texte d'origine de Total).

Le farnésène est une molécule complexe relativement grosse qu'on obtient visiblement par une série de réactions chimiques à partir du glucose. Ce qui explique son coût bien supérieur à celui du kérosène ou de l'éthanol.
a écrit le 21/06/2013 à 9:26 :
C'est d'un ridicule.
Heureusement celui-ci ne tue plus parce que sinon, il faudrait construire moult cimetièrre.
Avez-vous seulement réfléchi au coûts directs et surtoût indirects pour produire ces substituts qui en aucun cas ne pourront rivaliser en terme de rendement énergétique avec le pétrole ?
C'est au minimum un mensonge aussi gros que la soit-disant nouvelle indépendance énergétique des USA.
Réponse de le 22/06/2013 à 18:59 :
@ Fatalitas
Très juste. Quelqu'un a-t-il fait la calcul de savoir combien il y a d'énergie dans 1Kg d'épluchures de patates. Pour le pétrole, j'ai en tête environ 11 Kw. J'ai bon? En KJ ça m'irait aussi.
a écrit le 21/06/2013 à 9:20 :
Nourrir la planète grâce à nos esclaves (les barils de pétrole) mais aussi pour nourrir les avions?
..
énergie?nourriture ? expansion population?destruction de la nature

mais l'équivalence
énergie?nourriture?énergie?expansion des avions me semble morte dans l'uovo...

bon week end à tous!
a écrit le 21/06/2013 à 9:10 :
La Delorean de Doc n'était donc pas un rêve... Hate d'y être!
Réponse de le 21/06/2013 à 11:19 :
+1
a écrit le 21/06/2013 à 8:53 :
Avec une population en croissance rapide (+ 100 millions tous les ans !) ça va devenir difficile de nourrir tout le monde...
a écrit le 21/06/2013 à 8:42 :
Et bien , il va falloir en bouffer des patates pour avoir assez d'épluchures !
Réponse de le 21/06/2013 à 11:00 :
Frites au menu de toutes les compagnies d'aviation, fabrication sur place et ravitaillement en vol !
a écrit le 21/06/2013 à 8:36 :
Ca ne résoud pas le problème. Quand il n'y aura plus de pétrole (kérozène)pour le mélanger avec du "sucre ou des patates", si les avions ne doivent voler qu'avec des produits agricoles, il faudra plusieurs planètes comme la terre pour alimenter tous les moteurs du monde.Utopie.
a écrit le 21/06/2013 à 7:36 :
Et les êtres humains se nourriront avec quoi si des terres agricoles sont dédiées aux carburants?
Réponse de le 21/06/2013 à 9:09 :
Ce ne seraq sans doute pas de l'agriculture Bio! ( ni raisonnée d'ailleurs)
Vers une recrudescence des cancers?
Réponse de le 21/06/2013 à 11:02 :
Les immeubles agricoles, 300 m de haut, remplis de champs de patates !
Réponse de le 21/06/2013 à 14:33 :
c'est ça le progrès, non ?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :