Intercités : un rapport menace des lignes de fermeture

 |   |  379  mots
Certaines lignes comme Hirson-Mets semble d'ores et déjà condamné.
Certaines lignes comme Hirson-Mets semble d'ores et déjà condamné. (Crédits : REUTERS)
Un rapport parlementaire fait le constat de la dégradation des trains de nuit. Il recommande de fermer des lignes ou a minima d'en réduire les capacités. Sur certaines lignes, en revanche, il propose de renforcer l'offre.

Les trains de nuit et plusieurs dessertes du réseau Intercités sont sur la sellette, selon un rapport commandé par le ministère des Transports que s'est procuré Le Parisien/Aujourd'hui-en-France.

Le rapport : "dresse un constat sévère de l'état du réseau Intercités: une qualité de l'offre continuellement dégradée... des temps de parcours sensiblement augmentés, une régularité qui a régressé", écrit le quotidien.

"Il préconise d'abandonner plusieurs trains de nuit et des dessertes trop coûteuses", annonce Le Parisien

L'offensive du car

Le rapport de la commission présidée par le député PS du Calvados Philippe Duron doit être remis mardi au gouvernement. Concernant les trains de nuit, le rapporteur souligne que "le modèle économique n'est plus viable" et acte notamment la suprématie du car sur les trains de nuit.

Ensuite, certains lignes "à l'image de Hirson (Aisne)-Metz, semblent condamnées", prévient le journal qui poursuit : "d'autres tronçons peu fréquentés, sont eux aussi sur la sellette. comme par exemple les trajets entre Nantes et Quimper."

"A l'exception des quatre dessertes de nuit (Paris-Hendaye, Nord-Est - Méditerranée, Paris-Côte Vermeille et Paris-Savoie) le rapport ne préconise pas de véritables suppressions de lignes sur la totalités des trajets. Ses recommandations portent plutôt sur des tronçons +surdimensionnés et peu fréquentés+ comme entre Nantes et Quimper, entre Bordeaux et Toulouse, entre Bordeaux et Nice", détaille le quotidien.

Renforcer l'offre sur certaines lignes

Lequel précise : "le rapport propose aussi des réductions de train (Rouen-Le Havre, Amiens-Boulogne...) ou de remplacer les liaisons ferroviaires par des autobus (Bordeaux-Lyon, Toulouse-Hendaye).

Enfin, précise Le Parisien, "le rapport n'est pas seulement à charge pour le réseau. Il plaide pour un +renforcement de l'offre Intercités sur les lignes à fort potentiel+, comme Paris-Caen ou Paris-Limoges-Toulouse." Commandé par le ministère des Transports, le rapport est attendu avec anxiété par les élus locaux.

Les trains intercités ou Trains d'équilibre du territoire (TET), selon l'appellation officielle (c'est-à-dire les ex-Corail et Téoz) circulent de jour comme de nuit. 325 TET desservent quotidiennement plus de 300 destinations en France sur plus de 40 lignes, selon la SNCF.

(Avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 27/05/2015 à 6:43 :
Il faut arrêt de fermer des ligne de chemin de fer, la SNCF, doit maintenir sont service, le transports des gens comme des marchandises reste une priorité des mission de ce service. Les probleme sont du à une désertification de certaine region francais, plus d'emploi, plus d'habitant, ensuite le SNCF ne veux pas ce réformer et coute beaucoup trop chere..... Cela est un vrais scandal de notre pays....
a écrit le 26/05/2015 à 14:06 :
Si celui-ci est assez rapide, les trains régionaux sont plutôt lents et plus on supprime des gares, plus ils deviennent inutiles car la plupart des utilisateurs veulent aller jusqu'à leur destination finale, ils ne veulent pas devoir louer une voiture pour finir les 30 derniers kilomètres.
a écrit le 26/05/2015 à 14:05 :
Supprimer des lignes surdimensionnées: bordeaux -toulouse. Alors pourquoi vouloir faire la LGV entre ces 2 villes? Actuellement est remise en état pour 35 millions d'euros, la ligne desservant la gare d'Hyères sur 12 km. il y a 2 TGV par jour qui y arrivent et quelques TER. Et la ligne LGV Poitiers- limoges quand les études seront-elles arrêtées? Par contre, on supprime des trains de nuit pour desservir la savoie!!! nos gouvernants ont la mémoire courte car que s'est-il passé cet hiver lors des grands départs à la neige: des encombrements insupportables pour des milliers d'automobilistes imprévoyants? Au moins desservir ces stations durant l'hiver par des trains de nuit plus confortables que des TGV utilisés à ces heures là mais non équipés pour cela. Il ne faut pas oublier que les locations commencent le samedi, donc il est préférable de partir dans la nuit de vendredi à samedi plutôt que le samedi matin ou le vendredi soir!!
Quant au transport par bus, cela est vrai et utile dans des pays ne disposant pas d'un réseau ferré comme le nôtre. Mais cela nécessite du matériel très coûteux et très confortable lorsque l'on doit faire huit heures de trajet. Cela est valable d'ailleurs qu'entre les villes terminus car entre les deux, il n'y a presque pas d'arrêts: en France, cela entraînera une désertification des villages et villes oubliés et qui seront quasiment abandonnés s'ils ne sont plus desservis ce qui est déjà le cas suite à la suppression de nombreuses gares intermédiaires.
a écrit le 26/05/2015 à 12:54 :
La France n a jamais rien compris en terme de train.

Moins il y aura d offres et de moindre qualite, moins les voyageurs utiliseront ces lignes. A l arrivee les couts d exploitation seront donc plus enorme.

J ai beaucoup utilise les intercites et les trains etaient toujours hors d age (vieilles loco + vieux wagon...). Si vous rajoutez a cela des frequences horaires diminuees alors oui le train ne sera plus utilise sauf par ceux qui n ont vraiment pas le choix.

Comme d habitude en France, on nivelle par le bas...

(exemple: l idee de me taper un bus de Bordeaux a Lyon sans avoir ne serait-ce qu une tablette et une prise electrique pour le PC car le trajet va durer x heures -> dans tes reves cher Parlementaire)
a écrit le 26/05/2015 à 11:48 :
C'est du recuit ; il y a des lunes qu'est accusé le réseau intérieur, avec sa mission de rapprochement humain et social. Le réseau des T.G.V et le réseau routier saturé et mortifère illustrent une gestion passée étriquée à courte vue. Cruelle est l'observation de ces montagnards de Suisses qui savent gérer la voie ferrée et son fret en allégeant le réseau routier.
a écrit le 26/05/2015 à 11:47 :
On marche sur la tête à la SNCF! Lorsqu'ils sont en grève les agents SNCF nous jurent la main sur le coeur que leur mouvement est aussi pour préserver ce "bien de tous les français" qu'est la SNCF ... or plus personne n'a les moyens de prendre le train, le TGV est extrêmement cher, et les Intercités aussi (exemple 21,40 euros pour faire Paris/Orleans aller simple dans un wagon à bestiaux dont la caisse date des années 70, quelle arnaque!). La SNCF préfère investir dans Thalys, Eurostar, NGV (italie), dans les bateaux de myFerrylink (sur ordre), dans le covoiturage idVROOM (un échec annoncé) ou dans les cars (idBUS) bref TOUT sauf le train ... Je rappelle à monsieur Pépy - PDT de la SNCF - que le "CF" de "SNCF" veut dire "chemins de fer, pas de bitume ni de mer" ... Du coup, nous tous contribuables qui avons financé la SNCF nous ne pouvons plus prendre le train dans des conditions économiquement justes, il nous reste le co-voiturage qui a de beaux jours devant lui dans un pays qui se paupérise comme la France.
Réponse de le 26/05/2015 à 14:31 :
@ baboul55: + 100.
La SNCF fait tout pour décourager de prendre le train
a écrit le 26/05/2015 à 11:13 :
Une PME locale arrivera peut être à rendre rentable, ou plus attrayante, ces lignes de chemin de fer. Par exemple, la ligne Bordeaux-Lacanau (interrompue par la SNCF en 1978) pourrait aujourd'hui être remplie et très profitable les week-ends et les 2-3 mois d'été, chose qui ne peut pas intéresser la SNCF, mais qui pourrait intéresser une société privée plus habituée à ce genre de contraintes de GRH.
Réponse de le 26/05/2015 à 19:17 :
idée intéressante mais cela n'existe malheureusement que dans les rêves des plus aveugles libéraux convaincus que, par principe, le privé est plus efficace que le public... une voie de chemin de fer, ça s'entretien toute l'année pas que 2/3 mois sur 12.
le problème de fond est l'absence de calcul sur les mêmes bases du coût du transport. Le transport routier bénéficie d'une subvention gigantesque qu'est l'entretien du réseau routier, ce qui n'est de fait pas pris dans les coûts (au passage je remercierai de nouveau nos amis bonnets rouge d'avoir saborder ce qui aurait pu être une avancée sur la répartition des charges...)
Réponse de le 27/05/2015 à 5:03 :
"le problème de fond est l'absence de calcul sur les mêmes bases du coût du transport. "
Heureusement que vous êtes la pour nous entretenir des problèmes de fond!!
votre Discours est un copié/collé de celui des
syndicats de la SNCF, pour justifier le maintien d' un monopole d'etat chroniquement et lourdement déficitaire et sous perfusion d'argent des contribuables.
vive la occurrence!!
a écrit le 26/05/2015 à 10:01 :
bientot la sncf n aura plus qu un seul objet: assurer des revenus et des '' services sociaux'' a ses salaries.
a écrit le 26/05/2015 à 9:23 :
Il est grand temps de supprimer ces lignes ultra déficitaire et peu utilisées.
La libéralisation des autocars permettra de remplacer ces TET par des moyens plus adaptés et moins couteux !!!!
Et si les élus locaux concernés grognent, il faut qu'il payent le deficit de leur lignes si ils veulent la garder !!!!
Réponse de le 26/05/2015 à 11:05 :
Un service public doit-il forcément être bénéficiaire? J'en doute... Dans ce cas fermons certaines lignes TGV...
Réponse de le 27/05/2015 à 5:15 :
Un service public doit-il forcément être bénéficiaire? J'en doute.

Non mais apparament en France un service publique peut forcement être deficitaire
a écrit le 26/05/2015 à 9:04 :
Un rapport parlementaire... Oui mais lequel? Si le rapport est public pourquoi ne pas mettre le lien vers ce rapport pour que l'on puisse se faire sa propre opinion sur ce dernier. Les réseaux capillaires pour les entreprises ont été sacrifiés également mais peu de gens en parle. Le ferroutage est mis de côté aussi. Bref le tout TGV.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :