Level, la filiale low-cost long-courrier d'IAG à Orly cet été  ?

 |   |  390  mots
La stratégie d'IAG diffère de celle d'Air France-KLM, qui reste toujours très sceptique à l'égard du low-cost long-courrier.
La stratégie d'IAG diffère de celle d'Air France-KLM, qui reste toujours très sceptique à l'égard du low-cost long-courrier. (Crédits : DR/IAG)
Selon plusieurs sources concordantes, la filiale low-cost long-courrier du groupe IAG (également composé de British Airways, Iberia, Aer Lingus et Vueling) devrait débuter son activité l'été prochain au départ de l'aéroport d'Orly.

Six mois après son lancement au départ de Barcelone, Level, la compagnie à bas coûts long-courrier du groupe IAG - lequel est également composé de British Airways, Iberia, Aer Lingus et Vueling - prépare son arrivée à Paris l'été prochain. Ce n'est pas une surprise. En juin dernier, lors du premier vol de Level, Willie Walsh, le directeur général de IAG, avait en effet cité Paris comme l'une des priorités pour le développement de Level, dont la vocation est d'être une compagnie paneuropéenne. Cité en juin par le site Tourmag, Willie Walsh avait indiqué que « Paris sera d'une importance cruciale pour nous". Ce même Willie Walsh sera présent la semaine prochaine à Paris pour une conférence de presse, la première dans la capitale française depuis son arrivée à la tête de British Airways en 2005.... L'objet de la conférence n'est pas précisé.

Level à la place d'Openskies?

Selon deux sources concordantes, Level devrait débarquer à Orly et utiliser une partie des créneaux horaires de décollages et d'atterrissages d'OpenSkies, une filiale française de British Airways, qui assure trois vols par jours entre Paris et New York. Selon les mêmes sources, l'idée de IAG serait même d'utiliser le certificat de transport aérien français d'OpenSkies. Plusieurs noms de destinations circulent pour le démarrage des opérations. Notamment Pointe-à-Pitre et le Canada.

Pour le groupe IAG, Level est une réponse au développement très rapide de la low-cost long-courrier Norwegian sur les routes transatlantiques au départ de plusieurs villes européennes, dont Barcelone et Paris. La stratégie d'IAG diffère donc de celle d'Air France-KLM, qui reste toujours très sceptique à l'égard du low-cost long-courrier. Le groupe français s'apprête en effet à lancer Joon début décembre, une filiale d'Air France, qui, comme l'a rappelé mardi Franck Terner, le directeur général d'Air France, n'est pas une low-cost, même si ses coûts seront inférieurs à ceux d'Air France.

Level opère des A330-300 et comptait en juin dernier en exploiter 5 en 2018. Willie Walsh table à terme sur une flotte de 30 appareils long-courriers.

>> Lire ici le dossier complet Comment le low-cost aérien étend ses ailes au long-courrier

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :