Transport fluvial : l'accueil de péniches à grand gabarit ne fait pas l'unanimité en amont de Paris

 |  | 1068 mots
Lecture 5 min.
Le gabarit des péniches est limité à 650 tonnes sur l'amont de la Seine navigable, jusqu'à Nogent-sur-Seine.
Le gabarit des péniches est limité à 650 tonnes sur l'amont de la Seine navigable, jusqu'à Nogent-sur-Seine. (Crédits : VNF)
Le projet de mise à grand gabarit de la Seine sur 28,5 kilomètres, entre Bray et Nogent-sur-Seine, est dénoncé par les associations environnementales. Elles condamnent un chantier "inutile".

Le chantier de mise à grand gabarit de la Seine amont n'a pas encore obtenu sa déclaration d'utilité publique et pourtant, les associations de défense de l'environnement sont déjà sur le qui-vive.

"Ce dossier ne fait que commencer. Nous sommes au stade de l'enquête publique mais en période de confinement, on ne peut pas facilement faire entendre les oppositions", déplore Yvon Dupart, administrateur de France Nature Environnement Seine-et-Marne et porte-parole de 56 associations locales de défense de l'environnement.

Sa pétition en ligne contre le "grand projet inutile" a reçu un peu plus de 800 signatures. Elle sera remise prochainement au préfet de Seine-et-Marne. "Si la future déclaration d'utilité publique ne prend pas en compte nos arguments, nous sommes prêts à formuler un recours gracieux et à aller plus loin s'il est rejeté. On a vu ce que cela peut donner avec le barrage de Sivens", menace Yvon Dupart.

L'objet de la colère ? Un chantier de 28,5 kilomètres entre Bray-sur-Seine (Seine-et-Marne) et Nogent-sur-Seine (Aube). D'un montant de 343 millions d'euros, le projet est conduit sous la maîtrise d'ouvrage de Voies navigables de France (VNF), l'opérateur public des 6.700 kilomètres de canaux, fleuves et rivières canalisées qui sillonnent le pays. Aux confins de l'Ile-de-France et du Grand-Est, la Seine n'est navigable actuellement que pour des péniches dont le gabarit n'excède pas 650 tonnes. Un gabarit supérieur, jusqu'à 2.500 tonnes, a été jugé plus approprié par VNF.

"Le projet consiste à mieux adresser l'offre fluviale, vis-à-vis d'un marché qui existe déjà, et à assurer la pérennité du transport fluvial dans ce secteur", propose Dominique Ritz, directeur territorial chez VNF pour le bassin de la Seine.

Le grand gabarit bénéficierait en premier lieu aux céréaliers et aux carriers de la région. Le groupe Soufflet par exemple a établi ses bases historiques à Nogent-sur-Seine, et son entrepôt principal se situe à Rouen. Le transport de granulats depuis les gravières de l'Aube et de la Seine-et-Marne représente aussi un enjeu majeur pour les chantiers d'aménagement du Grand-Paris. "Le trafic actuel s'établit entre 2 millions de tonnes et 3 millions de tonnes par an. L'essentiel de ces marchandises sont destinées au port de Rouen, premier port céréalier en France et en Europe. Si on ne fait pas ce projet, ces marchandises vont repasser par la route", prévient Jean Auternaud, chef du projet Bray-Nogent chez VNF. "L'union portuaire Haropa replace la voie d'eau au cœur de la problématique", ajoute Dominique Ritz.

Fluvial contre ferroviaire

"Il faut bien sûr prendre en compte ces problématiques économiques. Soufflet est l'une des plus grandes entreprises de l'Aube. Tout le monde dans ce département est intéressé par les retombées financières", reconnaît Yvon Dupart.

Face au fret fluvial, France Nature Environnement préfère cependant le rail. "La voie ferrée dessert déjà actuellement le site où est implanté l'entreprise Soufflet à Nogent-sur-Seine. Il existe un double réseau ferroviaire adapté à ce transport, qui permet d'aller jusqu'à Rouen, et pour lequel des travaux importants ont été réalisés ou sont en cours", ajoute Bernard Bruneau, président de France Nature Environnement Seine-et-Marne. "Mais il est difficile pour le fret ferroviaire de passer à travers l'Ile-de-France", répond Dominique Ritz.

Les associations qui s'opposent au projet pointent aussi les risques de crues augmentés par la mise à grand gabarit de la Seine. "En cas de crue centennale, comme en 1910, l'eau arriverait plus vite sur Melun, Evry, Maisons-Alfort et sur Paris. En 2013, l'OCDE a calculé qu'une nouvelle crue centennale de même ampleur aurait des conséquences économiques catastrophiques en Ile-de-France, évaluées à 100 milliards d'euros", rappelle Yvon Dupart. "Nous avons modélisé les crues du siècle dernier et levé 250 kilomètres de cours d'eau, sur la Seine et son réseau hydrographique secondaire. Nous n'aurons pas d'impact sur aucun épisode de crue. Cette ambition doit être renforcée par la création des casiers de la Bassée, des aménagements destinés à la régulation des crues", répond Jean Auternaud.

En février 2019, en pleine élaboration de la loi d'orientation des mobilités (LOM), l'ex-ministre des Transports Elisabeth Borne s'est rendue chez Soufflet, où elle a présidé une table ronde sur les enjeux de logistique fluviale et ferroviaire pour la région. "La réalisation du canal entre Bray et Nogent-sur-Seine permettrait de gagner en compétitivité avec un gain attendu de 15 à 20% sur l'axe Seine", avait immédiatement confirmé la direction du groupe céréalier. Opération réussie : la mise à grand gabarit de la Seine amont, rattachée à l'opération Canal Seine Nord Europe, a été inscrite dans la LOM du 24 décembre 2019 et 125 millions seront financés par l'État, pour la phase travaux, sur la période 2028-2032. "Techniquement, nous pourrons être prêts dès 2025 ou 2026", précise Dominique Ritz. "Le chantier pourrait créer 1250 emplois par an pendant cinq ans", calcule Jean Auternaud.

Serpent de mer

Les prochaines étapes seront scrutées avec attention par les associations environnementales. Quatre collectivités territoriales seront appelées à co-financer le projet : régions Ile-de-France (35,6 %) et Grand-Est (35,6 %), départements de Seine-et-Marne (14,4 %) et de l'Aube (14,4 %) . Les élus de l'Aube ont été les plus prompts à s'engager, en émettant un voeu le 26 janvier 2021. L'assemblée départementale demande à l'Etat de "confirmer le bouclage financier de cette opération" et de mettre en œuvre un financement "dans les meilleurs délais de façon à permettre l'engagement des travaux aussitôt achevées les études et procédures". L'Union européenne devrait participer au financement à hauteur de 40 % hors taxes des coûts du chantier, dans le cadre du volet transports de son Mécanisme pour l'interconnexion de l'Europe (MIE). "Ce projet concerne aussi nos capacités agricoles. Je n'adhère pas à l'idée qu'il puisse être traité comme un serpent de mer, et c'est pourquoi nous allons lui accorder une part de financement conséquente", prévient Lilla Merabet, vice-présidente sortante (MoDem) du Conseil régional du Grand-Est chargée de la compétitivité, de l'innovation et du numérique. La campagne éclair qui précèdera les élections départementales et régionales du 20 juin et du 27 juin devrait permettre aux candidats de prendre position sur ce projet de mise à grand gabarit sur la partie amont de l'axe Seine.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 17/04/2021 à 19:26 :
Bon , ils semblent que la logique de certaine action pour reduire l'impact des perturbations écologique de nos societe se confronte à des soucies immédiat sur les intérêts de certain individu...
Donc nous dèvons reduire notre impacter de pollution dans nos societes . . Pour çela Îls nous faut favorisé le transport fluvial et ferroviaire au détriment du transport routier....
Bien sûr , îls ne faut pas le dire ...
Les écolo s'est des girouettes dans le sens du vent de leur intérêt personnel ...
Mais bon , îls ne faut pas le dire...
a écrit le 17/04/2021 à 19:25 :
Bon , ils semblent que la logique de certaine action pour reduire l'impact des perturbations écologique de nos societe se confronte à des soucies immédiat sur les intérêts de certain individu...
Donc nous dèvons reduire notre impacter de pollution dans nos societes . . Pour çela Îls nous faut favorisé le transport fluvial et ferroviaire au détriment du transport routier....
Bien sûr , îls ne faut pas le dire ...
Les écolo s'est des girouettes dans le sens du vent de leur intérêt personnel ...
Mais bon , îls ne faut pas le dire...
a écrit le 16/04/2021 à 13:01 :
au vu de la vision ecolos ils ont encore confondu
grand gabarit avec des camions enorme
je me demande ou est leur sincérité ou leur stupidité
quand leur ex leader condamne les voitures et que ce personnage en a sept dans son garage ils se moque de nous ,ecolos pour les autres mais jamais pour eux
voir la maire de poitiers qui voyage en avion
a écrit le 16/04/2021 à 9:47 :
On doit pouvoir faire des « grands travaux » si ça peut faire diminuer le nombre de poids lourd sur les routes. Il faut penser au long terme surtout. Être écologiste c’est louable mais réfléchir c’est mieux.
a écrit le 15/04/2021 à 19:22 :
Ils nous font rire ces pseudos écolos. Ils veulent réduire la pollution, le bruit des camions; le transport fluvial est le meilleur de tous les moyens de transports pour tout les matériaux lourds et peu cher (ciment, sable, gravier, déchets....).
Mais dès que ça peut impacter leur environnement immédiat, ils retournent casaques à la vitesse V.
a écrit le 15/04/2021 à 17:32 :
Vivement que la France fasse faillite, qu'on arrête enfin tous ces "chantiers", on n'en peut plus, de tous ces "bâtisseurs", qui ne font que casser pour reconstruire, la France n'a plus besoin de ces gens là
a écrit le 15/04/2021 à 13:35 :
Surtout que ces moteurs sont ultra polluants et si ce n'est pas pour accompagner un transport vert en effet le transport par voie fluvial n'a que peu d'intérêt.
Réponse de le 15/04/2021 à 14:06 :
J'avais lu qu'une péniche remplaçait jusqu'à 500 camions, pollue-t-elle autant que 500 camions (et les chaussées occupées, maltraitées, etc en même temps) ? A quand la péniche à hydrogène ? :-) La centrale de Porcheville, le charbon arrivait par péniche (un système à godets permet d'aller le chercher), ça aurait été étonnant de voir une noria de camions apporter le charbon et éventuellement en perdre un peu en route. :-)
Réponse de le 15/04/2021 à 15:08 :
Heu... 500 camions !? :D

Tu as vu la taille de la péniche sur la photo là ? Tu crois sincéremmenet qu'on peut y mettre les marchandises de 500 camions ? Tu arrive à te reprsenter déjà le volume de 500 camions ? Un camion c'est 35 tonnes si on multiplie par 500 cela fait plus de 17000 tonnes. Tu crois vraiment que ce truc que l'on voit sur cette rivière peut transporter 17000 tonnes sans rire ?

Tu confondrais pas avec les bateaux cargos sur les océans qui eux transportent 10000 tonnes par hasard ? Tu sais au moins que les océans c'est vachement plus spacieux que les rivières ?

Franchement tu es bien trop grossier sur ce coup là, je te signale, sois plus attentif quand tu me réponds stp, merci.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :