Quel Green Friday à l'ère de la crise sanitaire ?

 |  | 2099 mots
Lecture 11 min.
Soutenir les petits commerces français signifie se battre pour un consommer mieux qui va de pair avec le consommer moins, estiment unanimement les opposants au Black Friday.
Soutenir les petits commerces français signifie se battre pour un "consommer mieux" qui va de pair avec le "consommer moins", estiment unanimement les opposants au Black Friday. (Crédits : Reuters)
Cette initiative, qui vise à faire réfléchir sur les dégâts des achats effrénés et des prix cassés, s'adapte au calendrier du Black Friday, qui est reporté en France au 4 décembre. Mais comment s'opposer cette année à l'hyper-consommation tout en soutenant les petits commerces, pénalisés par le confinement?

Un compromis a finalement été trouvé. En France, où en raison du deuxième confinement les commerces sont fermés depuis le vendredi 30 octobre, le gouvernement est parvenu à convaincre les enseignes de vente en ligne à reporter le "Black Friday", afin de permettre aux boutiques physiques, qui ne rouvriront que samedi 28 novembre, d'y participer. Alors que le monde entier se rue aujourd'hui sur ces occasions d'avant-Noël, les consommateurs français devront donc attendre jusqu'à vendredi prochain, le 4 décembre, pour en profiter.

Miroir du Black Friday, le "Green Friday" sera donc lui aussi reporté, ou du moins prolongé. Inventé en 2017 par la fédération Envie, réseau français de points de vente, d'ateliers de réparation et de centres de recyclage, il vise à faire réfléchir sur les dégâts de l'hyper-consommation dont le Black Friday est devenu l'archétype, en invitant les consommateurs à s'interroger sur leurs réels besoins, ainsi que "sur le contenu en ressources naturelles, en conditions de travail, en revenu décent, en dépense énergétique des produits ou des services" qu'ils achètent.

"En choisissant un produit durable, réparable, de seconde main, plutôt qu'un produit vendu à un prix manifestement trop bas pour être 'juste', nous conservons tout autant notre pouvoir d'achat, mais surtout nous préservons davantage les emplois locaux et la planète", souligne le collectif aujourd'hui derrière le Green Friday.

Il compte aujourd'hui plus de 500 adhérents, qui s'engagent à ne pas faire de promotions pour le Black Friday, à reverser 10% du chiffre d'affaires de cette journée à des associations, et à mener des actions de sensibilisation - cette année conçues sous forme digitale. D'autres initiatives qui, tout en interrogeant moins radicalement l'acte de consommation, prennent le contre-pied du Green Friday, ont d'ailleurs aussi vu le jour depuis quelques années. C'est le cas de Make Friday Green Again, uncollectif qui réunit désormais un millier d'enseignes de toutes tailles et secteurs refusant de "prendre part à cette journée de surconsommation". Face au report du Black Friday, elles confirment également leur choix de ne pas faire de promotions à cette occasion, et reportent leur mobilisation.

Un report qui ne change rien à l'impact environnemental

S'il va permettre aux boutiques physiques d'y participer, le report du Black Friday ne change en effet rien à ses dégâts environnementaux. Certes, pouvoir acheter dans des magasins de proximité plutôt que sur Internet permettra peut-être au moins d'éviter...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 28/11/2020 à 9:57 :
Proposer des jouets et autres de qualité made in france et imposer du protectionnisme contre toutes les cochonneries ultra polluante venues de chine et d'ailleurs, ce serait vraiment très simple surtout quand vous savez que mêmes les jouets interdits normalement pour normes de sécurité en UE passent quand même via les puissants réseaux mafieux que le néolibéralisme a généré.
Réponse de le 28/11/2020 à 11:03 :
Ce qui est curieux, c’est que ce genre d’évolution ne peut reposer que sur une restriction de liberté individuelle : il faut « imposer » !!! C’est faire peu confiance au libre arbitre de ses concitoyens .... Ça a quelque chose de Stalinien !!
Réponse de le 28/11/2020 à 13:45 :
Les normes cela existe mais le petit commerce n'aime pas beaucoup la réglementation.. il a toujours préfére la magouille , le black voire le marché noir . La naïveté est une tare, les humains se bagarrent pour leur seul compte c'est la seule loi de la vie .

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :