Allemagne : grève de salariés d'Amazon pour le "Black Friday"

 |  | 427 mots
Lecture 2 min.
Débuté dans la nuit de mercredi à jeudi, le mouvement devrait se prolonger jusqu'à samedi, avec pour objectif de perturber vendredi l'opération de soldes Black Friday organisée par le géant américain.
Débuté dans la nuit de mercredi à jeudi, le mouvement devrait se prolonger jusqu'à samedi, avec pour objectif de perturber vendredi l'opération de soldes "Black Friday" organisée par le géant américain. (Crédits : Pascal Rossignol)
Environ 2.500 salariés allemands du géant américain Amazon se sont mis en grève jeudi à l'occasion des soldes du "Black Friday" pour demander de meilleures conditions de travail, à l'appel du syndicat Ver.di qui a salué un "succès".

Comme l'an dernier, le Black Friday, période exceptionnelle de soldes en ligne -exceptionnellement décalé d'une semaine en France-, donne l'opportunité aux salariés d'Amazon de se faire entendre. En Allemagne, environ 2.500 salariés du géant américain du e-commerce se sont mis en grève jeudi pour trois jours, pour réclamer de meilleures conditions de travail, à l'appel du syndicat Ver.di qui a salué un "succès".

Lire aussi : Confinement : Amazon France accepte de décaler le Black Friday au 4 décembre

Amazon...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 26/11/2020 à 20:05 :
Non Jef, t'es pas tout seul
Mais c'est plus un trottoir
Ça d'vient un cinéma
Où les gens viennent te voir

On parlera d'l'Amérique
Où c'est qu'on va aller tu sais
Quand on aura du fric Jef viens
Et si t'es encore triste
Ou rien qu'si t'en as l'air
J'te raconterai comment
Tu deviendras Rockefeller
a écrit le 26/11/2020 à 20:03 :
Au portugal c'est black Frida !
a écrit le 26/11/2020 à 18:55 :
On savait Amazon peu conciliant avec ses syndicalistes. En réalité, le groupe de Jeff Bezos les considère en haut lieu comme une menace à surveiller comme le lait sur le feu. Une fuite de documents, rapports secrets et e-mails confidentiels obtenus par le média américain Vice confirme l’ampleur de la surveillance exercée par le géant du e-commerce sur les activités de ses syndicats, en Europe et en France en particulier, où ils sont bien plus implantés qu'aux États-Unis. Ces notes montrent que la firme a utilisé de méthodes dignes de l’espionnage pour consigner les agissements de la CGT, du mouvement des Gilets Jaunes ou d’ONG comme Greenpeace.es documents émanent tous du “Global Security Operations Center” d’Amazon, l’unité chargée d’assurer la sécurité du groupe, et donc d’évaluer les risques pesant sur ses entrepôts partout dans le monde. Ils ont été rédigés en 2019 et 2020 par des salariés de cette division employant notamment des anciens membres du renseignement militaire américain - des “analystes” dont le recrutement avait déjà fait scandale. Selon les révélations de Vice, ces agents répertorient notamment les dates, les lieux et le nombre de participants aux réunions syndicales, ainsi que les actions précises réalisées par les syndicats aux abords des entrepôts.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :