Pourquoi les PME sont en mal d'argent

 |   |  2031  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2012. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
<b>LE CONTEXTE -</b> Il y a certes les grandes entreprises du CAC 40... Mais aussi les 2,5 millions de PME-PMI dont beaucoup sont en situation périlleuse en raison de leurs difficultés à trouver des financements pérennes.<br /> <b>L'ENJEU -</b> La Banque publique d'investissement devrait disposer de 40 milliards d'euros pour secourir les entreprises. Mission impossible ? Les maux sont divers et profonds...

C'était l'un des projets phares du candidat François Hollande, martelé pendant la campagne. Mercredi, la Banque publique d'investissement (BPI), son organisation et sa gouvernance, ont été succinctement présentées en Conseil des ministres, première phase de sa création effective. Ouf ? Reposant sur les forces de la CDC, du Fonds stratégique d'investissement (FSI) et Oséo, cette énième structure publique au service des entreprises est censée s'attaquer aux maux du financement des TPE, PME et ETI. De l'amorçage au soutien à l'innovation, du financement en fonds propres à l'aide à l'export, la BPI, dirigée par le tandem Jouyet-Dufourcq, aura de lourdes responsabilités.
Qu'en pensent les entrepreneurs? « La BPI ne pourra pas régler tous les problèmes, en particulier la faiblesse de l'amorçage. La BPI étant une banque, on la voit mal prendre plus de risques financiers que les banques classiques », explique Olivier Duha, le président de Croissance Plus. Il le faudra pourtant, car le financement de l'économie française souffre de multiples maux. Confrontées aux incertitudes liées à la crise, à la mise en place de nouvelles normes prudentielles, les banques sont plus sélectives...

Article réservé aux abonnés

Achetez l'article
Pour
0.49TTC
J'achète
Abonnez-vous
Accéder
Déjà inscrit ou abonné ? Connectez-vous
Se connecter

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :