Espagne : les banques sous la pression des élus

 |   |  549  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2012. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Après le suicide de trois personnes sur le point de perdre leur logement, plusieurs maires ont pris des mesures de rétorsion contre les banques qui veulent expulser les ménages surendettés.

En Espagne, les expulsions de logement de propriétaires surendettés ont pris, ces derniers mois, une tournure tragique. Cet automne, trois personnes sur le point de perdre leur appartement ont mis fi n à leurs jours. Des drames qui ont choqué l'opinion et poussé les collectivités à s'engager. Confrontés à la multiplication des saisies immobilières, dans un contexte de flambée du chômage, les maires ont dû faire face à des situations d'urgence.
Certains d'entre eux ont réagi en mettant la pression sur les banques. À l'image de José Manuel Bermudez, maire de Santa Cruz de Ténérife (Canaries), qui a retiré voici quelques semaines le 1,5°million d'euros que sa commune détenait chez Bankia, quatrième banque espagnole, afin de protester contre l'expulsion d'une mère de famille.
Un geste d'autant plus remarqué que Bankia, en grande difficulté, n'a été sauvée qu'au prix d'une aide publique de 24 milliards d'euros... À la suite de l'annonce du maire, un compromis a d'ailleurs été trouvé dare-dare et... la cliente de Bankia a pu réintégrer son logement.

Le gouvernement veut un moratoire de deux ans

Face aux caméras des chaînes nationales de télévision, José Manuel Bermudez martèle : «...

Article réservé aux abonnés

Achetez l'article
Pour
0.49TTC
J'achète
Abonnez-vous
Accéder
Déjà inscrit ou abonné ? Connectez-vous
Se connecter

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :