En marche avant maintenant !

 |   |  511  mots
Le président de la République Emmanuel Macron.
Le président de la République Emmanuel Macron. (Crédits : Piroschka Van De Wouw)
Avec 200.000 voix d'écart entre le RN, arrivé en tête des élections européennes, et la liste LREM-Modem, Emmanuel Macron limite la casse et retrouve un peu d'espace politique après six mois d'apnée politique. Un bol d'air salvateur pour le président de la République qui devra, dans les semaines à venir, mener de front de nombreuses réformes potentiellement explosives. Par Philippe Mabille, directeur de la Rédaction.

Le vote utile l'a finalement emporté sur le vote sanction. C'est le principal enseignement que l'on peut tirer au plan national de ces élections européennes. Avec seulement 200.000 voix d'écart entre le RN, en tête, et la liste LREM-Modem, Emmanuel Macron a limité la casse et retrouvé un peu d'espace politique après six mois d'apnée politique. Les électeurs qui ont voulu adresser un carton rouge à Emmanuel Macron ont porté leurs suffrages vers Marine Le Pen, qui fait le plein de voix chez les catégories populaires. La gauche, qui serait majoritaire si elle cessait la stratégie suicidaire de la division, s'est fait piquer le leadership par Europe Écologie-Les Verts qui devient la première force de gauche, ce qui sera crucial lors des municipales dans les grandes villes.

Quant à la droite, elle a perdu son pari et affronte l'une des plus graves crises de son histoire en ne réunissant même pas la moitié des électeurs de François Fillon autour de son candidat, François-Xavier Bellamy. Le parti dirigé par Laurent Wauquiez s'est fracturé entre ceux qui ont franchi la digue jusqu'ici étanche avec les nationalistes du RN et ceux de la droite modérée qui ont (définitivement ?) rejoint le...

Article réservé aux abonnés

Achetez l'article
Pour
0.49TTC
J'achète
Abonnez-vous
Accéder
Déjà inscrit ou abonné ? Connectez-vous
Se connecter

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 01/06/2019 à 9:31 :
De faire passer une défaite pour une victoire est surtout d'un point de vue sémantique très inquiétant ne faisant prouver que la mauvaise foi du gars.
Réponse de le 01/06/2019 à 14:36 :
C'est même assez orwellien
Réponse de le 02/06/2019 à 14:02 :
Le véritable enjeu de ces élections ,était de se partager les voix des républicains entre Macron et Le Pen.Wauquiez n'a rien vu venir.C'est une victoire pour Macron.

signalé
a écrit le 01/06/2019 à 8:10 :
Avec "les progressistes" on régresse pour collaborer a l'uniformisation de la zone sous tutelle de cet administration hors sol qu'est l'UE de Bruxelles!
a écrit le 31/05/2019 à 23:31 :
LREM ou la dictature des minorités agissantes à tort et à travers.
Réponse de le 01/06/2019 à 10:58 :
La minorité agissante, n'est ce pas plutôt ceux qui descendent dans la rue pour casser?
Réponse de le 01/06/2019 à 19:38 :
La minorité agissante c'est celle qui n'a pas le R.I.C. pour s'exprimer!
a écrit le 31/05/2019 à 21:40 :
80% ne vote pas Lrem en France! si on ajoute ceux qui ne vote pas...
Réponse de le 01/06/2019 à 10:01 :
79% ne votent pas RN, 86% ne votent pas écolo, 94% ne votent pas Mélenchon...
Vous n'avez pas d'autres arguments...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :