Macron, président minoritaire, la France menacée de paralysie politique

LÉGISLATIVES. Le second tour a amplifié, tout en la confirmant, la déconfiture électorale de la majorité présidentielle. Ensemble n'obtient qu'une majorité toute relative et face à la poussée de la Nupes et du RN, va devoir s'allier pour gouverner. Avec la droite républicaine ou avec la gauche de gouvernement ? Ou les deux selon les circonstances, comme Rocard entre 1988 et 1991 ? De la réponse dépendra le sort du gouvernement d'Elisabeth Borne, réélue dans le Calvados. Face au risque d'un blocage du pays, Emmanuel Macron entame son second mandat par un désaveu qui rend la situation politique très instable dans un moment où l'économie le sera tout autant.
Philippe Mabille

5 mn

(Crédits : CHRISTIAN HARTMANN)

Au terme de deux interminables campagnes électorales, présidentielle et législatives, c'est un échiquier politique inattendu et totalement inédit qui sort des urnes en ce début d'été 2022 avec une Assemblée nationale qui reflète les divisions et les fractures apparues au cours du premier mandat d'Emmanuel Macron. Le président de la République réélu en avril va devoir affronter dans les prochains mois une situation très instable avec une absence de majorité absolue, pour la première fois depuis Mitterrand en 1988 ou les débuts de la Vème République.

Le fait majoritaire, qui servait d'ancre au fonctionnement des institutions depuis soixante ans, a volé en éclat lors du second tour des législatives et c'est un revers majeur pour la macronie qui, tout en arrivant en tête, tremble sur ses bases. Avec des personnalités emblématiques comme le président de l'Assemblée sortante, Richard Ferrand, battu par la Nupes, tout comme l'ancien ministre de l'Intérieur Christophe Castaner, mais aussi la ministre de la planification écologique Amélie de Montchalin, La République en Marche a été sanctionnée durement. "Donnez moi une majorité pour agir" avait demandé Emmanuel Macron avant de se rendre à Kiev en milieu de semaine : les Français dans leur majorité, ont choisi de le sanctionner en envoyant à l'Assemblée une majorité introuvable.

Ce séisme politique est d'autant plus spectaculaire qu'il s'accompagne de changements tectoniques dans le rapport des forces. Pour la première fois, et c'est la grande surprise de ce second tour des législatives, le Rassemblement national remporterait entre 80 et 95 sièges, soit plus que la droite républicaine, ce qui constitue une victoire incontestable pour la finaliste de la présidentielle, Marine le Pen, largement réélue dans le Nord.

Quant à la poussée de la Nupes, elle ne permet pas à Jean-Luc Mélenchon, qui ne se représentait pas à Marseille, de réussir son pari : se faire « élire Premier ministre » en imposant une cohabitation. Le coup marketing est réel, avec une alliance des gauches hier irréconciliables, mais son appel à la jeunesse n'a pas été entendu, 78% des 18-24 ans s'étant abstenus à nouveau au second tour. Il reste aussi à voir si la Nupes restera unie alors que les députés siégeront dans leurs groupes respectifs (France Insoumise, PC, PS, EELV).

S'il n'y a donc pas de majorité alternative au bloc central Ensemble !, qui reste la première force politique du pays, Emmanuel Macron devra tendre la main pour gouverner, ce qui n'est pas son tempérament. Une alliance naturelle semble possible avec la droite républicaine même si celle-ci n'obtient qu'une soixantaine de députés. Mais ce serait aussi la fin du « en même temps », du « et de droite et de gauche », l'ambiguïté originelle du macronisme. A moins que le chef de l'Etat tente de louvoyer en draguant entre la gauche et la droite de gouvernement en fonction des projets de loi, ce qui ne sera pas aisé et expose le pays à un risque réel de paralysie sur les choix essentiels.

Devenu un « président minoritaire », comme l'a qualifié dimanche Marine le Pen, le chef de l'Etat sera en permanence pris en étau entre deux oppositions de force presque égale : la Nupes et son programme de gauche radicale et écologique ne le ménagera pas sur les retraites ou la nécessaire rigueur budgétaire que va imposer la remontée des taux d'intérêt. Et le RN sera tout aussi virulent sur le pouvoir d'achat ou sur les questions de sécurité ou d'immigration.

La fin de la Cinquième République ?

D'une certaine façon, nous avons donc peut-être assisté ce dimanche 19 mai à la fin de la Vème République telle que nous l'avons connue. Le régime, bousculé par la révolte des Gilets Jaunes au cours du premier quinquennat, bascule dans un parlementarisme qui reste à inventer dans un pays longtemps résigné à une pratique proche de la monarchie présidentielle. C'est à coup sûr la fin de l'hyper-présidence, l'exécutif étant contraint à une culture du compromis politique, ce qui n'est pas forcément une mauvaise nouvelle pour répondre à la crise démocratique.

Pour Emmanuel Macron, le changement, c'est donc maintenant. Après une telle claque électorale, le président de la République va devoir prendre des décisions rapides : comme l'a dit Bruno Le Maire, « gouverner ne va pas être simple, il va falloir faire preuve de beaucoup d'imagination ». Macron pourra-t-il maintenir à Matignon Elisabeth Borne, certes réélue dans le Calvados, mais très fragilisée par la défaite de la majorité qu'elle était censée conduire à la victoire ? Elle a appelé dimanche soir à construire "une majorité d'action", un concept bien flou... Quel sera le sort de la réforme emblématique des retraites ? La droite se laissera-t-elle tentée comme le maire de Meaux Jean-François Copé par un "pacte de gouvernement" avec Ensemble ? Sur quelles bases ? Quel est enfin le risque de blocage du pays sous la pression d'un quatrième tour social dans la rue et d'un parlement rendu incandescent par la poussée de la Nupes ?

Une chose est sûre, la stratégie d'ouverture à gauche en nommant Elisabeth Borne est un échec patent dont le président, qui a longtemps hésité à nommer Catherine Vautrin pour faire campagne à droite, devra tirer toutes les conclusions politiques. Quant à la possibilité d'une dissolution, le chef de l'Etat ne pourra pas en user avant dans un an, ce qui nous promet douze mois agités dans un contexte économique et géopolitique particulièrement incertain.

Philippe Mabille

5 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 41
à écrit le 22/06/2022 à 17:07
Signaler
Bonjour, Le problème n'étant pas de gérer tout de suite la France, c'est d'éjecter Mr Macron, ensuite, on vit dans une démocratie, donc sortir des majorités sujet par sujet. Mr Garet Fitzgerald, 1er ministre d'Irlande s'est trouvé dans la même sit...

à écrit le 21/06/2022 à 10:05
Signaler
Pour Elisabeth Borne, c'est simplement "élue" dans le Calvados, c'est une première pour elle! Quand a McKron, d'une simple formalité, il en a fait une déroute! Bruxelles "fronce les sourcils"!

à écrit le 20/06/2022 à 15:50
Signaler
N'empêche, Jupiter a eu de la chance. Nous électeurs de Le Pen ou Melanchon aurions dû prendre une gestion de gagnants, efficaces ou pragmatiques. 1 duel Macron le Pen. Nupes vote le Pen 2 duel Macron nupes le Pen vote nupes Résultats en gros 2...

le 22/06/2022 à 16:49
Signaler
Avec 170 députés NUPES et 130 députés RN, vous auriez gouverné comment ? Ensemble (sans mauvais jeu de mots) ???

à écrit le 20/06/2022 à 11:47
Signaler
Situation intéressante pour laquelle vont devoir se confronter aux réalités les nouveaux " zélus". Le plus grand "braillard" en la personne de Melanchon se prépare des nuits difficiles. Il faut reconnaître que le FN sans "brailler" outrancierement a...

le 20/06/2022 à 15:35
Signaler
petit détail, Mélenchon n'est pas député puisqu'il ne se représentait pas, donc une influence certes, mais en deuxième rideau....

à écrit le 20/06/2022 à 10:40
Signaler
MACRON bien avant les législatives aurait dû comprendre qu'il avait été élu par défaut face à Marine LE PEN: la fameuse barrière républicaine, sorte de repoussoir provisoire et donc après avoir fait fi de ce constat, ce qui devait arriver...arriva et...

à écrit le 20/06/2022 à 10:04
Signaler
Malgré une sur représentation globale de la gauche et de l'extreme gauche (à cause de leur unité et de leur bien meilleure campagne que la droite) ce Parlement est, avec tous ses défauts, celui qui représente mieux l'opinion du pays depuis le debut d...

à écrit le 20/06/2022 à 9:23
Signaler
Ces élections sont une bonne nouvelle : le RN a enfin une vraie place au Parlement, et on va voir de quoi il est vraiment capable, et LR s'est une fois de plus fait laminer, et va devoir manger son chapeau pour survivre. Bref, on se marre, quelque p...

à écrit le 20/06/2022 à 8:28
Signaler
c'est le résultat de 30 ans de mondialisation à marche forcée, de l'accroissement des inégalités sociales, de la mise en concurrence de la main d'oeuvre française avec la main d'oeuvre asiatique ou d'Europe centrale, de mépris du peuple, de la violen...

le 20/06/2022 à 10:20
Signaler
sans oublier la trahison du felon sarkozy sur le referendum du traité de Lisbonne

le 20/06/2022 à 18:13
Signaler
Ce n'est pas 30 mais bien 40 ans de libéralisme outrancier qui ont laminé le pays. Nous avons tout perdu : industrie, agriculture, technologie, système de santé, etc. et jusque dans l' identité nationale. Depuis 2004 la balance commerciale est dans ...

à écrit le 20/06/2022 à 8:24
Signaler
Si Emmanuel Macron dissout l’Assemblée dans une semaine ou un an il y aura sans doute les mêmes résultats c’est-à-dire qu’il n’aura toujours pas de majorité absolue. Non le mieux serait sans doute qu’il démissionne car ainsi cela permettrait de rebat...

le 20/06/2022 à 18:16
Signaler
Et quoi encore ?

à écrit le 20/06/2022 à 8:24
Signaler
Bof, bof, bof. Mélenchon promu opposant par la presse subventionnée va très vite confirmer qu' est le faux opposant de circonstance qu' il a toujours été, pro européiste et vaccionolâtre à fond et favorable à l' immigration ...

le 20/06/2022 à 8:42
Signaler
va très vite confirmer qu' il est, dsl..

à écrit le 20/06/2022 à 8:02
Signaler
Macron était le seul présidentiable....par contre lors des législatives, j'ai voté blanc.Pourquoi? En bref.....aucune perspective sur les carburants ( baisse de la taxe voire suppressions de la TVA sur les taxes? ou encore mise à plat de la taxation...

le 20/06/2022 à 8:20
Signaler
Partez donc aux USA Qu'attendez-vous ?

le 20/06/2022 à 11:54
Signaler
@ européen Le prix du Gasoil, c'est regarder par le petit bout de la lorgnette! Regardez par le gros bout et vous verrez des problèmes autrement plus inquiétant que le prix du ⛽ gasoil ⛽

le 20/06/2022 à 18:18
Signaler
Baisser la TVA sur la carburant augmenterait le déficit donc la dette de plusieurs dizaines de milliards.

le 20/06/2022 à 23:41
Signaler
Oui mais au usa n a pas de sécu - en France payée par la tva aussi-une pi de l appendicite en France 0€ usa 6-7000 dollar : 7000-8000 € de ta poche , les assurances privées: compte 500€ par mois et par personne 0n oué les moins onéreuses .ceci expl...

à écrit le 20/06/2022 à 7:49
Signaler
Macron récolte sa non campagne son non bilan sa non autocritique. Il a voulu une absence de débat, il a joué la carte fachiste avec le RN. Il passe à la caisse et va se prendre le mur. C est triste. Mais si prévisible. Le pays est en frich...

à écrit le 20/06/2022 à 7:13
Signaler
Tout ce qui ne pourra pas se discuter dans l'Assemblée, se fera dans la rue! Alors, pourquoi une "majorité absolue" pour enregistrer les caprices du prince?

à écrit le 20/06/2022 à 7:10
Signaler
Tout ce qui ne pourra pas se discuter dans l'Assemblé, se fera dans la rue! Alors, pourquoi une majorité absolue pour enregistrer les caprices du prince?

le 20/06/2022 à 7:51
Signaler
exit la reforme des retraite et bonjour le en meme temps pour toute les choses de la vie autrement dit la zizanie

à écrit le 20/06/2022 à 7:03
Signaler
Si le veran reste ministre aux relations avec le parlement j'espère qu'il va bien bien se faire secouer, qu'on hésite pas assez souvent a lui dire qu'il n'a rien a faire dans cet hémicycle, qu'il doit sortir. J'imagine les deux bords de l'assemblée h...

le 20/06/2022 à 11:57
Signaler
@le lapin Vous avez une conception curieuse de la démocratie et du respect des gens.

le 20/06/2022 à 11:58
Signaler
@le lapin Vous avez une conception curieuse de la démocratie et du respect des gens.

le 20/06/2022 à 20:22
Signaler
le lapin 20/06/2022 - 15:04 @Valbel89 Ce n'est pas moi qui ai commencé, c'est lui, Na. A l'assemblée il avait invectivé un député qui voulait pas trop compatir à ses délires psychotiques en lui intimant l'ordre de quitter l'hémicycle, il n'y avait ...

à écrit le 20/06/2022 à 6:22
Signaler
Et vive la paralysie politique

à écrit le 20/06/2022 à 2:56
Signaler
Ce résultat reflète exactement l’ambiance du pays depuis ces derniers mois, pourquoi s’en étonner et commencer à dire que le président ne pourra pas gouverner …. Cette assemblée représente bien le peuple et est très homogène.. les lois seront votées...

à écrit le 20/06/2022 à 0:22
Signaler
Les relations avec Bruxelles vont être jouissifs. Je sens déjà les européistes qui font dans leurs frocs.

à écrit le 19/06/2022 à 23:26
Signaler
bof, ça ne changera rien a la synergie de l industrie française (ou ce qu il en reste apres la grande braderie aux multinationales americaines ), plombe par l euro cher, par l inflation et la cherete des carburants ( le gaz americain coutera a l UE ...

le 20/06/2022 à 18:22
Signaler
Un euro faible augmenterait encore plus l'inflation et donc le prix du carburant. Faudrait savoir ce que vous voulez.

à écrit le 19/06/2022 à 23:06
Signaler
Il y a deux choses qui sont énervantes, chez le gouvernement Macron : La première, ça a été sa gestion délirante du Covid-19 en France pendant deux ans, qui a énervé beaucoup de français. La deuxième, c'est cette manie inspirée du socialisme, de dist...

le 20/06/2022 à 9:35
Signaler
Macron a très bien géré la crise du covid au fil des mois compte tenu de l'évolution des connaissances sur cette épidémie. Quant à l'argent, il a été distribué avant tout aux entreprises, non aux particuliers, dans le but que les entreprises ne s'eff...

le 20/06/2022 à 11:25
Signaler
vous trouvez que Macron a bien gere le covid ? au debut dire qu etout va bioen, qu il faut continuer a aller au theatre ou qu il ne manque pas de masques. puis soudain, c est l opposé, pas possible d aller a plus d un km de chez soi. Apres on nous so...

le 21/06/2022 à 8:51
Signaler
J'estime qu'il a dans l'ensemble bien géré la crise dans la durée compte tenu des connaissances et des moyens dont on disposait. C'est vrai qu'au début ils ont vraiment merdé sur les masques en nous disant n'importe quoi. Quant à l'argent du quoi qu'...

à écrit le 19/06/2022 à 22:39
Signaler
C'est quand même triste de voir Jupiter, Président de l'Europe, qui distribuait généreusement devant les caméras les derniers canons de l'armée française à l'Ukraine qui nous traitait pourtant de haut avec arrogance au lieu de dire merci, devenir en ...

le 20/06/2022 à 5:28
Signaler
Vous oubliez que jupiter a tout fait pour soutenir Le Pen et Melouche....et ca a marche !!!

à écrit le 19/06/2022 à 22:27
Signaler
La même chose qu'au Pays Bas.. les bataves votent toujours avant la France et les résultats sont toujours les mêmes. La formation du gouvernement a pris 1 an là bas.. et c'est très bien ainsi. Empêcher tout ses politicards à la petite semaine de gouv...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.