L'argent, l'argent, dit-on ?

 |   |  680  mots
(Crédits : Reuters)
OPINION. L'argent est très probablement l’institution la plus déterminante du système capitaliste comme l’ont démontré les politiques expansionnistes et autres injections de liquidités successivement mises en place aux États-Unis, au Japon et en Chine à la faveur de la crise financière. Mais on peut constater les ravages, notamment au sein de l'Union européenne, causés par l’absence de l’exploitation des effets bénéfiques de l’argent par les Etats, symbolisée par la BCE, organe déconnecté des politiques budgétaires et fiscales de ses membres. Par Michel Santi, économiste (*).

En dépit de toutes les tentatives des économistes de lui réduire son importance, l'argent n'est pas neutre. Il refuse systématiquement de se laisser cataloguer ou enfermer dans le rôle que tentent de lui assigner telle école de pensée ou telle autre théorie économique. L'argent n'est pas à prendre à la légère : ce n'est pas une denrée quelconque ou une pâte que l'on modèle selon les besoins du moment. Ce n'est pas non plus un lubrifiant. L'argent est très probablement l'institution la plus déterminante de notre système capitaliste. Seul et unique instrument de mesure du travail accompli, de la chose produite ou de l'objet échangé, il est au cœur de notre dispositif social.

L'argent permet en effet de résorber la crise de liquidités qui paralyse l'économie et évite la déflation qui la tue à petit feu. Karl Marx (1818-1883) et John Maynard Keynes (1883-1946) tombent d'accord : l'argent est le but même de toute production et de tout service rendu. La production commence et se conclut avec l'argent. Keynes n'évoquait-il pas la «théorie monétaire de la production» ? Même Milton Friedman (1912-2006), chantre de l'école monétariste et ardent défenseur de l'ultralibéralisme, prix Nobel d'économie en 1976, rejoignait Marx et Keynes dans son appréciation du rôle crucial de l'argent.

Une certitude : l'argent est absolument vital en période de grande fragilité, comme l'ont démontré les politiques expansionnistes et autres injections de liquidités successivement mises en place aux États-Unis, au Japon, en Chine à la faveur de la crise financière. De même a-t-on pu constater - en creux - les ravages européens causés par l'absence (et la peur) de l'exploitation des effets bénéfiques de l'argent. L'air du temps - et du néo libéralisme - exige d'obtenir de l'État qu'il restreigne docilement son train de vie afin d'équilibrer ses comptes.

Des Etats privés des vertus de l'argent

Ce rétrécissement des pouvoirs publics fut en parallèle dès le début des années 1990 compensé par une expansion hyperbolique du secteur financier censée s'autoréguler car les excès et les malversations n'étaient nullement dans son intérêt, selon ces mêmes théoriciens... La stabilité financière serait naturellement au rendez-vous, avec son lot de prospérité économique, de confort matériel généralisé où les citoyens les plus méritants pourraient se partager le gâteau de cette dérégulation. Cette logique imparable fut même poussée encore plus loin dans le cadre de la mise en place de l'Union européenne.

Des quotas stricts en matière de dépense publique furent en effet arrêtés tout en éloignant des États membres toute possibilité et toute tentation d'exploiter les vertus de l'argent. Pour ce faire, une Banque centrale européenne fut mise en place selon un modèle en déconnexion totale avec les politiques budgétaires et fiscales des membres. En autiste accomplie et - devrait-on dire statutaire-, la BCE assurerait ainsi l'approvisionnement en monnaie de nations membres de l'Union sans nullement s'intéresser à leurs comptes publics.

Les fondateurs de cette Europe ultralibérale considéraient (à la suite de Friedman) que l'argent est tellement suspect que son usage doit être strictement surveillé par un organisme sur lequel les États - pourtant souverains - n'auraient aucun droit de regard. L'argent était cette boîte d'allumettes que l'on enlève à l'enfant, non sans le réprimander. Le contre-exemple européen est particulièrement éloquent car on se rend compte que, ce faisant, tous les ingrédients d'une conflagration pire encore que celle de la Grande Dépression furent volontairement mis en place.

__

(*) Michel Santi est macro économiste, spécialiste des marchés financiers et des banques centrales. Il est fondateur et directeur général d'Art Trading & Finance.

Il vient de publier «Fauteuil 37» préfacé par Edgar Morin

Sa page Facebook et son fil Twitter.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 21/01/2020 à 9:07 :
"Car si l'argent importe quelque peu, l'esprit lui importe bien davantage." Nietzsche
a écrit le 20/01/2020 à 19:22 :
La confiance mène le monde et la monnaie ne sert qu'a l'échange! Ceux qui disent que cela donne une valeur sont dans l'erreur!
a écrit le 20/01/2020 à 16:35 :
Autrefois les riches avaient des vices: le jeu, les femmes... ils faisaient des folies, ils se ruinaient pour un rien et l'argent ruisselait. Aujourd'hui les riches sont devenus vertueux: ils avouent eux mème qu'ils n'ont qu'un but dans la vie devenir encore plus riches. Alors l'argent ne ruissellent plus que ...vers les paradis fiscaux!
Réponse de le 20/01/2020 à 17:23 :
… ce qui permet aux gouvernements de faire tourner la planche à billet, puisque l'argent n'est pas utilisé, et d'avoir des taux négatifs, donc de s'endetter.
Au fond votre remarque illustre simplement le fait que les individus sont plus efficaces que les Etats quand il s'agit de faire fructifier l'argent, à condition qu'on ne les condamne pas pour leur réussite …
La récente baisse des taux du livret A, la taxation des GAFA ou - plus généralement - l'ahurissant gaspillage écologique le démontreront une fois de plus.
Réponse de le 20/01/2020 à 17:26 :
Ah bon, c'est un scoop. Quand avez vous vu que l'argent ruisselait? L'homme n'a pas changé et son comportement sera probablement pérenne vis à vis des espèces sonnantes et trébuchantes. Je dirais même qu'autrefois les gens étaient payés avec des miettes et que probablement jamais dans l'histoire de France, les travailleurs n'ont été si bien rétribués qu'aujourd'hui.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :