Plaidoyer pour une alliance stratégique étroite entre la Grèce et la France face à la Turquie

 |  | 1227 mots
Lecture 6 min.
La conclusion d'un Accord de coopération en matière de défense et de sécurité avec une clause d'assistance militaire mutuelle entre la France et la Grèce serait un acte fort que M. Erdogan ne pourra pas ignorer. (Notis Marias, professeur des Institutions de l’Union européenne, Université de Crète-Grèce, ex-député au Parlement Européen et ex-député au Parlement Grec).
"La conclusion d'un Accord de coopération en matière de défense et de sécurité avec une clause d'assistance militaire mutuelle entre la France et la Grèce serait un acte fort que M. Erdogan ne pourra pas ignorer". (Notis Marias, professeur des Institutions de l’Union européenne, Université de Crète-Grèce, ex-député au Parlement Européen et ex-député au Parlement Grec). (Crédits : DR)
OPINION. La Grèce et la France doivent resserrer encore plus leurs liens pour protéger l'Union européenne contre les ambitions de la Turquie en Méditerranée orientale à travers un accord de coopération en matière de défense et de sécurité avec une clause d'assistance militaire mutuelle. (*) Par Notis Marias, professeur des Institutions de l’Union européenne, Université de Crète-Grèce, ex-député au Parlement Européen (2014-2019) et ex-député au Parlement Grec (2012-2014).

Le président de la République française, Emmanuel Macron, a avec courage réitéré, lors de sa récente rencontre avec Angela Merkel à Brégançon, l'engagement de la France aux côtés des forces de la paix et de la stabilité dans la Méditerrané orientale. La Grèce et Chypre comme aussi la Libye sont des victimes du révisionnisme de l'Histoire que le président de la Turquie Recep Tayyip Erdogan essaie d'imposer par le chantage, la force ou la "négociation forcée". La doctrine de M. Erdogan se base sur la révision du traité de Lausanne de 1923, proposition publiquement avancée déjà par lui-même en décembre 2017.

Paris et Athènes protègent les intérêts de l'Europe

La France et la Grèce sont des alliées historiques dont les intérêts en termes de sécurité régionale convergent tout autant plus dans la conjoncture actuelle. Le nouveau "pivot asiatique" des Etats-Unis a créé un vide géopolitique dans la région du Proche-Orient. Un vide que des forces comme la Turquie essayent de combler. Néanmoins, la Méditerranée est un espace stratégique pour l'Europe et M. Erdogan est bien au courant de cela. Des forces comme la France et la Grèce avec leurs actions protègent les intérêts de toute l'Europe dans la région.

De son côté, la Turquie d'Erdogan vise à devenir un pôle géopolitique régional, qui interviendra de manière directe ou indirecte dans toute la région....

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 31/08/2020 à 23:00 :
Personne ne semble intéressé par cet espace de liberté que nous envient 2.245.854 325 personnes privées de liberté .d'expression. J 'ai vu aujourd'hui à Marseille,devant le MUCEM un tag destiné à son excellence, M.Erdogan "fais 13 attention " .A 100 mètres du musée de la culture Méditerranéenne...
a écrit le 30/08/2020 à 22:50 :
Aucun contradicteur ?Devant les insultes d 'Erdogan sur les Présidents Grecs et français je m'interroge sur la dangerosité des populistes incultes ,.Ils ne parlent pas anglais ,n'ont aucune culture historique ,des ignares .Les ,,,,imbéciles se reconnaissent parce qu'ils osent tout ,.
a écrit le 29/08/2020 à 8:19 :
Elle était devenue une icône de la lutte pour la défense des droits de l'homme en Turquie. La « dernière des Mohicans » face au virage autoritaire et nationaliste de Recep Tayyip Erdoğan. Après 238 jours de grève de la faim, l'avocate et militante de gauche Ebru Timtik a rendu l'âme ce jeudi derrière les barreaux d'un hôpital situé près d'Istanbul.Condamnée l'an dernier à plus de 13 ans de détention pour « appartenance à une organisation terroriste », Ebru Timtik a refusé de se nourrir à l'hiver 2019 pour réclamer un « procès équitable ». Elle ne sera finalement jamais entendue, ni même libérée temporairement pour raisons de santé. Et ce malgré un rapport rendu fin juillet qui s'avérait très alarmiste sur ses chances de survie. Pesant cet été à peine plus de 30 kilos, la femme de 42 ans ne s'est nourrie pendant sept mois et demi que d'eau sucrée, d'infusion et de vitamines.
a écrit le 28/08/2020 à 22:53 :
Les États de l'Union européenne sont liés par une obligation d'assistance ,en cas d'agression .Les Turcs sont agressifs, en refusant l'arbitrage de l'ONU ,car ils savent qu'ils ont juridiquement tord et qu'ils perdront, car les îles ont un plateau continental ,Et dire que certains parlent d'une défense européenne et que le Luxembourg ne veut pas remettre en question le statut de candidat à l'Union de la Turquie ....Mes convictions européennes rétrécissent même si je croie aux miracles .En vacances en Lozère ,magnifique ,j'ai découvert une relique ,témoin des sympathiques croyances populaires il y a mille an ,une fiole contenant une goutte du lait de la Vierge Marie !
a écrit le 28/08/2020 à 19:48 :
Quand la Turquie s'éveillera ,
la lune tremblera .
a écrit le 28/08/2020 à 14:54 :
Je note qu'on nous a vendu l'Europe comme un étant un rempart dont le mot d'ordre était "L'union fait la force". Quand je vois comment l'Europe arrive a exister face aux Etats-Unis, la Russie, la Chine, la Turquie j'étais déjà atristé. Mais devant sa lâcheté à protéger un pays membre harcelé militairement, je suis écouré. Heureusement que la France ne fait pas partie de ces pleutres.
a écrit le 27/08/2020 à 19:32 :
Si l'UE ne parle pas d'une seule voix pour contrer ce coup de force elle ne se relèvera pas et sera soumise à des chantages permanents... Souvenons nous de Chamberlain qui brandissait son papier et la courageuse réponse de Churchill... Ou sont les autorités?
Réponse de le 27/08/2020 à 20:59 :
Faut rien attendre de L'Europe, elle n'existe pas en tant que rempart pour une protection commune, c'est les marchés qui intéressent avec un coup bas pour le travail ,d'où une politique d'immigration soutenue pour maintenir le chômage et réduire les prétentions de ceux qui travaillent . Rien d'autre existe demander aux hollandais ce qu'ils en pensent et vous aurez l'avis génral de la zone U.E.
Réponse de le 28/08/2020 à 14:17 :
@Albert. Quand on fait référence aux accords de Munich, il ne faut pas oublier que la France n'a pas dénoncé , et même encouragé l'accord avec les turcs pour garder le million et demi de migrants dans des camps, se mettant à la merci de chantage . Pour ne pas prendre ses responsabilités en supprimant les accords de Schengen, et en interdisant le passage en Europe des migrants, un signe de faiblesse a été donné, et il ne faut pas aujourd'hui pleurer sur le sort des grecs.
Réponse de le 28/08/2020 à 21:02 :
L'U.E.en tant que telle n'a pas d'armée et n'a pas mandat des États Membres en matière de défense. Les États Membres souhaitent rester pleinement souverain en cette matière.

Les Pays-Bas ne représentent qu'eux-même, il suffirait de leur demander à eux de négocier avec les Anglais au nom de l'U.E. Or il me semble que ce n'est pas le cas.

En suppriment les accords de Schengen on supprime la Libre circulation de certains ennuis mais aussi la libre circulation de 180.000 frontaliers Français qui entrent en Suisse pour des raisons professionnelles. Ils sont 100.000 à passer la frontière Luxembourgeois, 40.000 en Allemagne.

Schengen c'est aussi une base de données policière, lorsque on a quelque chose à se reprocher en France il ne suffit plus de passer la frontière pour pouvoir continuer à vivre tranquille.

Ce qui implique qu'un migrant qui débarque en Grèce (frontière externe ) y est enregistré, et doit y attendre une décision sur sa demande. Il est donc traçable. Si il devait arriver illégalement en France Schengen dit qu'il sera renvoyer en Grèce.

Très mauvais système évidement, tout serait bien mieux sans Schengen, arrivé en France illégalement il y demanderait l’asile en France. Si débouté il passe en Allemagne, si encore débouté il revient en France puis essaye en Belgique etc ..

Mais en fait "il n'y a qu' à .." c'est tout simple, il n'y a qu'a s'informer.
Réponse de le 29/08/2020 à 11:28 :
@loco , ce que vous dites est une belle chansonnette , le résultat c'est que ils sont distribués dans toutes les localités villes et villages notre pays au gré des associatiobns financées par l'état et les régions et comme ils faut les occupés , des vélos et des trotinettes électriques leurs sont offerts . Mais après sans occupations viables sans argent je vous donne le résultat entre mille .
a écrit le 27/08/2020 à 18:07 :
Soyons pragmatique sur le plan économique la Grèce est un nain ,la Turquie présente plus d'opportunités.
Donc oublions les réactions affectives et laissons la Grèce se débrouiller seule ,nous n'avons rien à gagner à supporter la Grèce.
A tous ceux qui parlent de "solidarité européenne" je répondrai que cette notion n'est qu'un concept sémantique .
l'Europe nation n'existe pas et n'existera jamais.
La crise actuelle aura un effet sain, en exacerbant les rivalités entre nations européennes elle réveillera les nationalismes ,et alors il sera bon à ce moment d'avoir d'autres bons partenaires.
Réponse de le 28/08/2020 à 4:24 :
Limitons cette vue utilitariste des relations internationales. Cela ne grandit pas ceux qui écrivent ainsi. Nous sommes alliés de la Grèce. La Turquie peut être un partenaire ou un concurrent. Nous devons défendre nos alliés. C’est normal.
Réponse de le 28/08/2020 à 11:21 :
Bonjour,
La Grèce est en tant que « nain » ne cherche pas à intervenir dans les election françaises à travers sa diaspora..
Erdogan a donné directement et publiquement des consignes de vote lors des élections allemandes.
On l’eut évidemment penser que peu importe les élections, ve qui compte c’est que « la nation soit forte ».
Certains iraient jusqu’a penser que les elections affaiblisse las nations.
Qu’en penser vous ?
Réponse de le 28/08/2020 à 11:26 :
D’autre part la Grèce pourrait elle aussi ne pas s'embarrasser d’affects et trouver un accord avec les turc pour expédier directement par bateau devant les côtes françaises les milliers de réfugies et demandeurs d’asile qui débarque quotidiennement sur sin territoire.
Un peu primaire comme réaction j’en conviens. C’est ce à quoi mène l’absence d’affect.
Réponse de le 28/08/2020 à 20:10 :
L'UE reste une puissance économique de tt premier plan qui n'a (pas encore??) de légitimité ni de souveraineté politique.
Pourquoi ne pas réactualiser des pourparlers et des négociations pour intégrer la Turquie à l'UE, sachant que des liens socio économiques st déjà très forts entre les 2 entités ??
Ça apporterait probablement des perspectives nvelles et enviables en terme de niveau de vie et d'évolution politique au peuple turc de nature à mettre en difficultés le pouvoir hégémonique d'Erdogan et de l'AKP et favoriser une alternance politique bénéfique.
De plus, la géopolitique locale ds cette zone très instable et très convoitée en serait fortement modifiée en rendant la Grèce et la Turquie alliées et non plus concurrentes et dc prêtes à des concessions, tt en renforçant la géostratégie européenne, sous le couvert d'un OTAN renforcé par la réaffirmation forte de la Turquie à son integration.
a écrit le 27/08/2020 à 14:38 :
Les coalitions ont toujours été a "l’initiative" des guerres mondiales et "l'europe" n'y échappera pas!
a écrit le 27/08/2020 à 13:59 :
La Grèce ne veut pas de la France. Elle a refusé d'acheter des Frégates FDI Françaises. Elle préfère les navires Allemands ou US !
a écrit le 27/08/2020 à 13:09 :
La Turquie reste pour les US, par l'outil de souveraineté qu'est l'OTAN, un rempart incontournable contre la volonté de puissance impérialiste et belliqueuse de la Russie de Poutine sur tt le MO et la Méditerranée Orientale et l'affirmation de puissance de l'Iran, son alliée sur le partage d'influence ds cette zone.
Une bascule de la Turquie sous cette zone d'influence menaçante serait catastrophique sur cet équilibre géostratégique fragile.
La France, seul bras armé actuel de l'influence extra territoriale de l'UE, par sa capacité à projeter et déployer des forces d'intervention extérieures, n'est pas en mesure car trop impliquée, pour tenter de réduire par la force diplomatique cette escalade à laquelle elle contribue avec l'aval de l'UE.
Il est dc tps pour les US de déployer leur capacité diplomatique pour trouver un compromis acceptable entre les protagonistes et se partager les immenses ressources gazières locales ( qui de plus fournirait une alternative crédible à la dépendance de l'UE au gaz russe) diplomatie qui fit ses preuves ds la crise des Balkans de 91 ou ds la relance des accords de paix au Proche-Orient à la fin des années 70.
Réponse de le 28/08/2020 à 4:28 :
Ça fait 3 ans que les USA auraient du remettre le rigolo en place. Mais la Erdogan est passée entre les gouttes. Donc non, si on en est là c’est parce qu’il le faut.
a écrit le 27/08/2020 à 12:59 :
Au lieu d'offrir 3 à 4 milliards d'€ à la Turquie nous aurions mieux fait de les confier à la Grèce. L'Allemagne est sous emprise : son importante colonie turque n'attend qu'un signal d'Erdogan pour entrer en action et donc Angela ne bouge pas le petit doigt !
a écrit le 27/08/2020 à 10:56 :
Pays pillé par son oligarchie avec l'aval de ses politiciens et les banquiers européens qui maintenant n'a plus rien obligé de quémander de l'aide militaire aux premiers venus, tout ceci est bien pathétique.

Vite un frexit.
Réponse de le 28/08/2020 à 13:21 :
Ils peuvent se passer de notre aide n'en doutez pas.
Ce ne sont pas des guignols sur le terrain militaire.
Je pense même qu'ils ont la supériorité technologique et la maîtrise des airs et des mers face aux Turcs, qui d'ailleurs le savent bien, ce pourquoi ils aboient tant.
Réponse de le 28/08/2020 à 16:50 :
SI en plus ils peuvent se passer de nous en effet la question ne se pose même pas, qu'ils se débrouillent entre eux !
a écrit le 27/08/2020 à 10:44 :
Ce sont les coalitions qui ont permis toute guerre mondiale... "L'europe" c'est loin d'être la paix... C'est le conflit permanent interne comme externe!
a écrit le 27/08/2020 à 8:37 :
Ah comme on aime la France quand il faut l'envoyer au combat, sachant que nos présidents n'ont pas besoin du feu vert du parlement pour lancer des aventures militaires !!!!
a écrit le 27/08/2020 à 8:16 :
Après le traité de Versailles, le traité de Lausanne !
Décidément , on en fini pas de la 1ère guerre mondiale.
Pourvu que les espagnols ne rappellent pas les traités des Pyrénées et les anglais ne ravivent la guerre de cent ans !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :