Pétroplus : les juges consulaires ne sont pas coupables de la désindustrialisation !

 |   |  639  mots
Nicolas Bouzou, Fondateur du cabinet Asterès
Nicolas Bouzou, Fondateur du cabinet Asterès (Crédits : DR)
Depuis la liquidation de la raffinerie Pétroplus, en cessation de paiement depuis de nombreux mois, des voix s'élèvent contre la justice commerciale. Nicolas Bouzou, directeur et fondateur du cabinet de conseil Asterès, refuse d'utiliser les juges consulaires comme boucs émissaires de politiques économiques inadaptées...

Depuis la liquidation de Pétroplus intervenue il y a quelques jours, on entend s'élever des vociférations concernant le rôle de la justice commerciale dans cette affaire. Sous entendu : même si Pétroplus était en cessation de paiement depuis de nombreux mois, le tribunal de commerce de Rouen a donné le coup de grâce au site et à ses salariés, en prononçant cette liquidation. Belle façon de dédouaner les politiques économiques, au détriment de la justice.

On saisit bien l'arrière pensée de ceux qui profèrent de telles inepties : ah, si seulement la liquidation n'était pas prononcée par des personnes issues horreur, d'entreprises privées, mais si, oh bonheur, il s'agissait de fonctionnaires, certes imperméables à la vie des entreprises, mais garants de l'intérêt général ! Mais qui peut honnêtement penser qu'une réforme de la justice va réindustrialiser la France ? Cette désignation des juges consulaires comme boucs émissaires de nos problèmes macroéconomiques illustre à quel point il est nécessaire dans ce pays de remettre les idées à l'endroit.

Gouvernance inadaptée

N'importe quel étudiant en économie et, a fortiori, économiste (mais on pourrait en attendre au moins autant des politiques) est capable de comprendre d'où viennent les problèmes industriels de la France, en particulier dans le secteur du raffinage. D'ailleurs, le rapport Gallois comme le rapport Attali comme, en vérité, tous les rapports qui ont fleurit en France depuis plusieurs décennies soulignent à juste titre les mêmes causes. Premièrement, une inflation de normes et de réglementations, chapeautées par l'inepte principe de précaution, qui élèvent considérablement les coûts de production, et réduisent les quantités produites. Deuxièmement, une instabilité fiscale et réglementaire (sans même parler du niveau des prélèvements obligatoires lui-même) propice à décourager n'importe quel repreneur rationnel et sérieux. Troisièmement, des syndicats trop contestataires car par assez représentatifs. Pour un dialogue social apaisé, il faudrait qu'au moins 20% des salariés soient syndiqués. Or ils sont moins de 5% dans le secteur privé aujourd'hui. Enfin, une classe politique incapable de jouer le rôle qu'on serait en droit d'attendre dans une démocratie mature. Les politiques ont littéralement détourné la crainte et le désespoir à leur profit, faisant miroiter, pendant la campagne présidentielle, des mesures de politique économique miracles et, ensuite, des repreneurs désintéressés. L'extrême droite et l'extrême gauche, si promptes à dénoncer le soi-disant système, n'ont pas été moins démagogiques que les partis de Gouvernement ce qui d'ailleurs ne devrait pas étonner.

L'affaire Petroplus intéresse le macroéconomiste car elle est une loupe grossissante de nos errements collectifs et surtout de nos méthodes de gouvernance inadaptées : faute de dialogue social et de décentralisation, l'Etat se retrouve en contact direct avec les salariés d'une usine. Et faute d'avoir le courage de leur dire que la destruction d'emplois et même la fermeture de sites sont socialement acceptables et même économiquement nécessaires si la création est dynamique, il se retrouve à draguer désespérément d'illusoires repreneurs. Il se retrouve à tenter d'empêcher l'arbre de tomber, là où il devrait arroser la forêt qui pousse. Il se retrouve à niveler l'économie française vers le bas, à la grande tristesse des juges consulaires qui ne se réjouissent certainement pas de voir le bateau couler.


Nicolas Bouzou
est le directeur et le fondateur du cabinet de conseil et de recherche économique Asterès. Directeur d'étude en Droit et Management à l'Université d'Assas, il vient de publier On entend l'arbre tomber mais pas la forêt pousser, février 2013, JC Lattès.
 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 26/04/2013 à 13:47 :
Excellent article. Dommage que ce Monsieur Bouzou ne soit pas invité sur le plateau de A2 lors de débats sur l'économie en France au lieu de nous polluer avec le leader des analphabètes .
Les dires de Monsieur Bouzou sont simplement les réalités les plus criantes, que Hollande serait bien avisé de mettre sur son chevet, et de les suivre à la lettre, pour la survie de la France.
Félicitations!
a écrit le 24/04/2013 à 15:50 :
Ah les économistes c'est nouvelles divinités.
a écrit le 24/04/2013 à 13:32 :
Affaire petroplus OK mais souvent dans les plus petites affaires conflit d interet et meme corruption des juges consulaires...allez faire un tour surtout dans le midi mais chuuut...ce sont des notables
a écrit le 24/04/2013 à 13:13 :
tiens, un rappel au physiocrates :il à raison, c'est dans le vieux pots...sur les tribunaux de commerce, la non-professionnalisation est une vraie question. mais des juges professionnels , formés au diagnostic et à ingénierie financière, option restructuration n?auraient ils pas liquidés cette raffinerie depuis des mois ???
a écrit le 24/04/2013 à 12:27 :
La dépendance de la France vis a vis du reste de l'Europe correspond justement a l'abandon de son indépendance...!
a écrit le 24/04/2013 à 12:23 :
Calculez le coût du changement d'une lampe à 5 mètres de hauteur dans une usine en France ainsi que ses modalités. Vous commencerez à comprendre pourquoi la désindustrialisation... Il est bon ce petit NICOLAS
a écrit le 24/04/2013 à 11:39 :
Le rôle de la justice est d'appliquer les lois dans des cas particuliers et réels. Si les solutions de la justice ne sont pas satisfaisantes, (pour qui?), il y a deux solutions : réformer le système judiciaire, ou réformer la loi. Le risque est de vouloir réformer la justice chaque fois que celle-ci révèle que la loi est inadaptée. Non seulement la justice manque aujourd'hui d'indépendance, mais en plus nos législateurs ne cessent de changer les lois toujours plus nombreuses et inadaptées.
a écrit le 24/04/2013 à 11:11 :
Intéressante cette analyse, et elle a le mérite d'être courte et directe ! Ce qui n'est pas le moindre des mérites pour une analyse venant d'un universitaire !
a écrit le 24/04/2013 à 11:06 :
Responsables mais pas COUPABLES ! on connait....

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :