Dans Théorie monétaire moderne, il y a « théorie »

 |   |  655  mots
(Crédits : Reuters)
LE "CONTRARIAN" OPTIMISTE. La Théorie monétaire moderne (TMM), un concept économique portée par l'élue démocrate de New York Alexandria Ocasio-Cortez, repose sur lla théorie selon laquelle tout État qui imprime sa propre monnaie ne peut jamais faire faillite. Pourtant, en augmentant la masse monétaire, l'Etat alimentera une hausse des prix des biens et des salaires avec pour conséquences de l'inflation. Pour la juguler, dépenses publiques massives et augmentation brutale des impôts seront les seules solutions. Par Robert Jules, directeur adjoint de la rédaction de La Tribune.

« Les problèmes économiques sont faciles à résoudre, il suffit de trouver de l'argent. » La Théorie monétaire moderne (TMM) semble répondre à cette injonction de Woody Allen. Elle revient à la mode depuis qu'Alexandria Ocasio-Cortez, sémillante élue démocrate de New York qui n'hésite pas à se définir comme socialiste, l'a invoquée pour financer son green new deal, censé fournir du travail à tous et une meilleure répartition des richesses. La TMM repose sur une idée assez simple : un État souverain qui s'endette dans sa propre monnaie ne peut jamais être mis en défaut puisqu'il peut toujours rembourser en imprimant la monnaie nécessaire. Il échappe ainsi à la pression exercée par les marchés financiers, sous la forme de hausse des taux d'emprunt. Un gouvernement peut donc se focaliser sur un programme « régalien », en décidant d'investir dans des infrastructures, de créer des emplois de service, de développer la qualité des services publics, ou encore de financer la transition écologique.

Bref, de mener une politique qui profite à tous, et non comme celle des assouplissements quantitatifs (QE) des banques centrales qui favorisent les plus riches grâce à des crédits à taux bas...

Article réservé aux abonnés

Achetez l'article
Pour
0.49TTC
J'achète
Abonnez-vous
Accéder
Déjà inscrit ou abonné ? Connectez-vous
Se connecter

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 24/04/2019 à 17:02 :
Olivier@,on peut rajouter , dans les partisans de la récupération du droit régalien de l'état ,à frapper monnaie,Maurice Allais,le prix nobel d'économie français.On peut noter que dans le éloges de la presse économique envers ce grand économiste,lors de son décès,personne n'a parlé de ses propositions monétaires.
a écrit le 22/04/2019 à 13:39 :
La théorie comme le virtuel demande du concret pour y croire!
a écrit le 21/04/2019 à 18:11 :
Je ne voudrais pas être désagréable, mais en enlevant moderne, dans "théorie monétaire" il y a encore et toujours théorie. Comme quoi hein
a écrit le 21/04/2019 à 14:53 :
Cet article est une tissu d inepties et d affirmations toutes aussi infondées les unes que les autres. La théorie monétaire moderne est en fait la descendante d une theorie monetaire très sérieuse appelée le chartalisme (à ne pas confondre avec le charlatalisme dont fait preuve l auteur de cet article) dans laquelle le principe fondamental est la possibilité pour un Etat d emettre sa propre monnaie fiduciaire sous la forme de bons fiscaux et de coupons sur les taxes à payer. Il est donc impossible que cette création monétaire produise plus d impôts ou d inflation, puisque sa valeur provient entièrement des taxes dont il permet de s acquitter, puis du désir que les individus ont d epargner ce bon et de l utiliser comme moyen de paiement avant même de payer l impôt. L Etat crée donc cette monnaie en la dépensant et il la détruit en la taxant. Nous avons donc bien un circuit monétaire qui peut s équilibrer et qui n est pas de nature à générer plus d inflation que la planche à billets des banques ou que la création débridée de produits financiers dérivés en M3. Le chartalisme a eu comme soutien de très grands noms dans l économie tels que Georg Friedrich Knapp, ou encore John Maynard Keynes, bref des références bien plus illustres que l auteur obscur de cet article dont on ne comprend pas très bien les motivations qui le poussent à jeter la peur et le discrédit sur des approches monétaires qui visiblement le depassent totalement. Il serait bien plus juste d informer les gens en presentant la Théorie Monétaire Moderne pour ce qu elle est, c est à dire un Néo Chartalisme qui est tout à fait defendable à notre époque d endettement généralisé des Etats et de deregulation de la sphère financière privée.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :