Dans Théorie monétaire moderne, il y a « théorie »

LE "CONTRARIAN" OPTIMISTE. La Théorie monétaire moderne (TMM), un concept économique portée par l'élue démocrate de New York Alexandria Ocasio-Cortez, repose sur lla théorie selon laquelle tout État qui imprime sa propre monnaie ne peut jamais faire faillite. Pourtant, en augmentant la masse monétaire, l'Etat alimentera une hausse des prix des biens et des salaires avec pour conséquences de l'inflation. Pour la juguler, dépenses publiques massives et augmentation brutale des impôts seront les seules solutions. Par Robert Jules, directeur adjoint de la rédaction de La Tribune.
(Crédits : Reuters)

« Les problèmes économiques sont faciles à résoudre, il suffit de trouver de l'argent. » La Théorie monétaire moderne (TMM) semble répondre à cette injonction de Woody Allen. Elle revient à la mode depuis qu'Alexandria Ocasio-Cortez, sémillante élue démocrate de New York qui n'hésite pas à se définir comme socialiste, l'a invoquée pour financer son green new deal, censé fournir du travail à tous et une meilleure répartition des richesses. La TMM repose sur une idée assez simple : un État souverain qui s'endette dans sa propre monnaie ne peut jamais être mis en défaut puisqu'il peut toujours rembourser en imprimant la monnaie nécessaire. Il échappe ainsi à la pression exercée par les marchés financiers, sous la forme de hausse des taux d'emprunt. Un gouvernement peut donc se focaliser sur un programme « régalien », en décidant d'investir dans des infrastructures, de créer des emplois de service, de développer la qualité des services publics, ou encore de financer la transition écologique.

Bref, de mener une politique qui profite à tous, et non comme celle des assouplissements quantitatifs (QE) des banques centrales qui favorisent les plus riches grâce à des crédits à taux bas sinon négatifs qui vont s'investir non dans l'économie réelle mais dans des actifs financiers, créant ainsi des bulles dont l'éclatement aura un effet systémique. Car ce retour de la TMM s'inscrit dans un contexte particulier. La politique des banques centrales ne nous a pas permis de renouer avec une forte croissance. Ainsi, malgré l'injection de 2.600 milliards d'euros dans la zone euro, c'est, dix ans après la crise, le rejet des politiques d'austérité et le populisme qui ont la cote. Loin de se limiter à maîtriser l'inflation, les institutions monétaires auront contribué à l'addiction des acteurs économiques aux crédits à bon marché, préférant s'endetter plutôt que mener des réformes structurelles et se désendetter.

La monnaie est une marchandise comme une autre

Pire, la normalisation de la politique monétaire - avec des taux qui reflètent réellement l'activité économique - semble quasiment impossible, comme vient de l'illustrer la Fed, qui a renoncé à relever ses taux en 2019. Surtout, les banques centrales auront instillé l'idée, dans cet étrange contexte post-keynésien, qu'il est possible, voire souhaitable, de diriger l'économie d'un point de vue politique, et de repenser à nouveaux frais notre rapport à la dette souveraine, au déficit public et à la monnaie. C'est ce qui séduit dans la TMM. Mais on peut objecter qu'en augmentant la masse monétaire, elle alimentera une hausse des prix des biens et des salaires, et donc l'inflation. Ses défenseurs répliquent que cette hausse pourra être maîtrisée par le recours à la fiscalité. La TMM conçoit la monnaie comme une convention qui n'a de sens que dans un cadre étatique. Elle fonctionne comme une créance ou un gage envers l'État, qui garantit au citoyen la possibilité d'acquérir tel produit ou tel service.

Or la monnaie est une marchandise comme une autre, qui s'échange sur un marché. Son rôle spécifique est de faciliter les échanges entre des produits ou des services différents. Certes, sa récente dématérialisation, qui la réduit à un jeu d'écritures entre les différents acteurs, semble faire oublier ce rôle de marchandise. Or un gouvernement qui adoptera la TMM opérera dans la configuration économique actuelle, et devra, s'il veut créer le plein emploi, s'assurer que les nouveaux travailleurs créent davantage de richesses que ce qu'ils coûtent. Dans le cas contraire, ce gouvernement sera rapidement dépassé par la spirale difficilement contrôlable oscillant entre dépenses publiques massives et augmentation brutale des impôts pour éteindre l'incendie d'une hyperinflation. C'est un risque qui mérite qu'on y regarde à deux fois avant d'adopter la TMM.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 5
à écrit le 29/05/2020 à 21:51
Signaler
Pour la juguler, dépenses publiques massives et augmentation brutale des impôts seront les seules solutions. Ce n'est pas ce que dit la TMM. Elle dit que pour éviter l'inflation et par là des bulles financières, il faut créer des outils de conten...

à écrit le 24/04/2019 à 17:02
Signaler
[email protected],on peut rajouter , dans les partisans de la récupération du droit régalien de l'état ,à frapper monnaie,Maurice Allais,le prix nobel d'économie français.On peut noter que dans le éloges de la presse économique envers ce grand économiste,lors...

à écrit le 22/04/2019 à 13:39
Signaler
La théorie comme le virtuel demande du concret pour y croire!

à écrit le 21/04/2019 à 18:11
Signaler
Je ne voudrais pas être désagréable, mais en enlevant moderne, dans "théorie monétaire" il y a encore et toujours théorie. Comme quoi hein

à écrit le 21/04/2019 à 14:53
Signaler
Cet article est une tissu d inepties et d affirmations toutes aussi infondées les unes que les autres. La théorie monétaire moderne est en fait la descendante d une theorie monetaire très sérieuse appelée le chartalisme (à ne pas confondre avec le ch...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.