Derrière le « Great Reset » complotiste, la question démocratique

 |  | 1004 mots
Lecture 5 min.
(Crédits : Reuters)
La thèse d'une conspiration des élites contre les peuples n'est pas vraiment nouvelle. Avec son projet de "Great Reset", le fondateur du World Economic Forum alimente les fantasmes complotistes. Alors même qu'à bien lire Klaus Schwab, il s'inspire des théoriciens de la décroissance ! Et annonce la fin du néolibéralisme... Non sans arrière-pensées et sans soulever d'autres débats politiques.

« Great Reset ». L'expression a parcouru les réseaux sociaux comme une trainée de poudre. Si l'on en croit le documentaire complotiste Hold Up, ce projet serait bien la preuve d'une conspiration en cours organisée par les élites mondiales contre les peuples du monde entier à la faveur du Covid-19. La preuve ? On doit ce projet de « grande réinitialisation » (en français) à Klaus Schwab, fondateur du World Economic Forum, qui se tient chaque année à Davos depuis maintenant cinquante ans...

Cet ingénieur et économiste allemand en a ainsi fait le titre de son dernier ouvrage, Covid-19. The Great Reset (co-écrit avec le consultant français Thierry Malleret). Lors du récent « Forum des 100 », organisée récemment par le quotidien suisse Le Temps, Schwab était d'ailleurs invité à se pencher sur cette difficile question : « Post-covid: la technologie peut-elle nous sauver ? ». Bref, tous les ingrédients sont réunis pour que la mayonnaise prenne chez les tenants du grand complot mondial. Finalement, le « great reset » ne serait que le énième symbole d'une « gouvernance mondiale », tant rêvée par les uns, tant haïe et fantasmée par les autres, qui n'a pourtant guère montré son efficacité (et son...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 04/01/2021 à 10:24 :
"théories conspirationnistes"?
"fantasme"?

à vous d'en juger

(extraits de COVID-19: Le Grand Reset - de Klaus Schwab et Thierry Mailleret):

« La gouvernance mondiale est au cœur de toutes les autres questions. »

« Beaucoup d’entre nous se demandent quand les choses reviendront à la normale. La réponse est courte : jamais. […] Il y aura une ère "avant le coronavirus" (av. C) et "après le coronavirus" (apr. C). »

« Lorsqu’ils y sont confrontés, certains dirigeants de l’industrie et certains cadres supérieurs peuvent être tentés d’assimiler la réinitialisation à un redémarrage. […] . Cela n’arrivera pas parce que cela ne peut pas arriver ».

« Les mesures de distanciation sociale et physique risquent de persister après la disparition de la pandémie elle-même, justifiant la décision de nombreuses entreprises de différents secteurs d’accélérer l’automatisation. »

« Il est loin d’être certain que la crise du COVID-19 fasse pencher la balance en faveur du travail contre le capital. Politiquement et socialement, cela serait possible, mais la technologie change la donne. »

« Jusqu’à 86 % des emplois dans la restauration, 75 % des emplois dans le commerce de détail et 59 % des emplois dans le divertissement pourraient être automatisés d’ici à 2035. »

« Jusqu’à 75 % des restaurants indépendants pourraient ne pas survivre aux verrouillages et aux mesures de distanciation sociale ultérieures. »

« Aucune industrie ou entreprise ne sera épargnée. »

« La "tyrannie de la croissance du PIB" prendra fin. »

« La fiscalité augmentera. Comme par le passé, la logique sociale et la justification politique qui sous-tendent les augmentations seront basées sur le récit des "pays en guerre" (mais cette fois contre un ennemi invisible). »

« Le contrôle public des entreprises privées augmentera. »

« Les entreprises n’adhéreront pas nécessairement à ces mesures parce qu’elles les considèrent comme "bonnes", mais plutôt parce que le "prix" à payer pour ne pas s’y soumettre sera trop élevé en termes de colère des militants. »

« Avec le confinement, notre attachement à nos proches s’est renforcé, avec un sentiment renouvelé d’appréciation pour tous ceux que nous aimons : la famille et les amis. Mais le côté sombre à cela est le déclenchement d’une montée des sentiments patriotiques et nationalistes, avec des considérations religieuses et ethniques troublantes. En fin de compte, ce mélange toxique a fait ressortir le pire de nous-mêmes en tant que groupe social. »

« Vu en ces termes, le coronavirus a renforcé et non réinitialisé les problèmes liés à la santé mentale. […] Dans l’ère post-pandémique, ces questions peuvent désormais recevoir la priorité qu’elles méritent. Cela constituera une réinitialisation vitale. »

« La combinaison de l’intelligence artificielle (IA), de l’Internet des objets (IoT) et des capteurs et de la technologie portable produira de nouvelles perspectives sur le bien-être personnel. Ils surveilleront ce que nous sommes et ce que nous ressentons, et brouilleront progressivement les frontières entre les systèmes de santé publics et les systèmes de création de santé personnalisés – une distinction qui finira par s’effondrer. »

« L’impératif actuel de propulser, quoi qu’il arrive, "l’économie sans contact" et la volonté ultérieure des régulateurs de l’accélérer signifient qu’il n’y a plus de blocage. »

« Au fur et à mesure que la distanciation sociale et physique persistera, s’appuyer davantage sur les plateformes numériques pour communiquer, travailler, demander des conseils ou commander quelque chose gagnera peu à peu du terrain sur des habitudes autrefois enracinées […]. Si les considérations de santé deviennent primordiales, nous pouvons décider, par exemple, qu’un cours de cyclisme devant un écran à la maison ne correspond pas à la convivialité et au plaisir de le faire avec un groupe dans un cours en direct, mais est en fait plus sûr (et moins cher !). Le même raisonnement s’applique à de nombreux domaines différents comme prendre l’avion pour une réunion (Zoom est plus sûr, moins cher, plus vert et beaucoup plus pratique), se rendre à une réunion de famille éloignée pour le week-end (le groupe familial WhatsApp n’est pas aussi amusant mais, encore une fois, plus sûr, moins cher et plus écologique) ou même suivre un cours académique (pas aussi enrichissant, mais moins cher et plus pratique) ».

« L’endiguement de la pandémie de coronavirus nécessitera un réseau de surveillance mondial. »

« La recherche des contacts a une capacité inégalée et une place quasi essentielle dans l’arsenal de lutte contre le COVID-19, tout en étant en même temps positionnée pour devenir un catalyseur de la surveillance de masse. »

« Au cours des mois et des années à venir, le compromis entre les avantages pour la santé publique et la perte de la vie privée sera soigneusement pesé, devenant le sujet de nombreuses conversations et de débats animés. La plupart des gens, craignant le danger du COVID-19, se demanderont : n’est-il pas insensé de ne pas tirer parti de la puissance de la technologie pour venir à notre secours lorsque nous sommes victimes d’une épidémie et que nous sommes confrontés à une sorte de situation de vie ou de mort ? Ils seront alors disposés à renoncer à une grande partie de leur vie privée et conviendront que dans de telles circonstances, le pouvoir public peut légitimement passer outre les droits individuels. »

« À première vue, la pandémie et l’environnement peuvent sembler n’être que des cousins éloignés ; mais ils sont beaucoup plus proches et entrelacés qu’on ne le pense. […] Ils sont de nature mondiale et ne peuvent donc être correctement traités que d’une manière coordonnée au niveau mondial. »

« Plus la croissance démographique est élevée, plus nous perturbons l’environnement, plus le risque de nouvelles pandémies est élevé. »

« La fragilité des États reste l’un des défis mondiaux les plus critiques, particulièrement répandu en Afrique. […] La rupture des chaînes commerciales et d’approvisionnement causée par la pandémie provoquera une dévastation immédiate. »
a écrit le 30/11/2020 à 10:12 :
Le "Great Reset" sera-t-il un retour aux heures les plus noirs de notre passé ? Ce qui est frappant est la similitude du contexte d'émergence du nouveau président français avec celle d'un célèbre dictateur. Après une grave crise, jeune et politiquement inexpérimenté, grande éloquence et sûr de lui-même, réformateur, politiquement indépendant mais soutenu par l’establishment économique et financier, atteintes progressives aux libertés républicaines (utilisation des forces de l'ordre comme organisation para-militaire). C'est inquiétant...
Réponse de le 01/12/2020 à 17:36 :
C'est bien vrai: à votre place je m'inquiéterai...
Réponse de le 03/12/2020 à 8:34 :
Ouf apparemment le droit de crétinerie est préservé!
Vous avez le bonjour de Kim, Vlad et Xi qui se marrent bien en lisant votre commentaire.
Réponse de le 04/12/2020 à 11:20 :
Le droit de crétinerie risque de bientôt disparaître car d'après notre bon président, la parole de chaque citoyen ne se vaut pas (seule celle des "élites" compterait)... ce qui est contraire à la démocratie ou chaque voix compte de manière égale. Il était une époque ou la voix d'une femme ne comptait pas, et on semble revenir sur ces acquis avec d'autres critères discriminants.
a écrit le 30/11/2020 à 1:34 :
Allez demander aux chinois, ce qu'ils en pensent .
Réponse de le 01/12/2020 à 12:45 :
Les chinois, c'est comme nous, il y a des paysans, des ouvriers, des fonctionnaires... et des super riches. On demande auxquels ?
a écrit le 28/11/2020 à 19:01 :
mort au neoliberalisme!
tout le monde en camp, ca au moins c'est pas liberal
et vive le communisme, ya pas du tout eu de pollution
regardez, le lac baikal,, il etait tres bien, pas pollue pour deux sous
il n'y avait que des nazis capitalistes comme brice lalonde pour dire que le communisme a pollue bien plus que le capitalisme, hein
pire qu'un ultra neo medef ultra capitaliste neo argent, hein?
il n'a rien compris, le communisme, c'est le bonheur, d'ailleurs relisez soljenitsyne, et relisez la une de Liberation fetant Polpo en 1976 t, c'est tres clair, c'est ca le bonheur; de gauche ; et au moins quant on extermine les gens c'est pour leur bonheur , et ils en sont conscient donc ils sont d'accord
a écrit le 28/11/2020 à 10:03 :
Complotisme et anti complotisme sont les deux faces d'une même pièce, ne perdez pas de temps avec ça non plus, c'est fait pour.

Il n'y a pas de complot il n'y a qu'une convergence d'intérêts des propriétaires de capitaux et d'outils de production du monde qui comme ils possèdent tout génère des phénomènes macro et micro économiques colossaux.
a écrit le 28/11/2020 à 2:45 :
il est évident que toutes nos "élites" ont tout fait pour nous faire croire à ce grand reset : leur changement permanent de position : leur décision concernant les vaccins etc..... et maintenant certains disent que les chinois voudraient faire une gouvernement mondial. Mais aussi Biden qui veut que tous fassent comme les USA !!!!
Bref ce sont les médias (qui ne se relisent pas) qui favorisent quotidiennement cette assertion tout en disant que cette idée est ridicule

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :