En 2020, un monde plus pauvre

 |  | 552 mots
Lecture 3 min.
(Crédits : DR)
OPINION. 12.000 milliards d'euros ont été dépensés en 2020 par les pouvoirs publics partout dans le monde pour soutenir le secteur privé. Face à ces déperditions de richesses, les taux d'intérêt négatifs seraient la solution pour éviter de creuser davantage les déficits et amortir cette crise sans précédent. Par Michel Santi, économiste*.

Notre monde est en pleine déconstruction. Ses richesses sont décimées à un rythme effrayant. Les politiques, les banquiers centraux et, plus généralement, toutes celles et ceux ayant à cœur la sauvegarde de notre mode de vie et la paix sociale devront trouver comment faire payer les créanciers, seule manière de sauvegarder l'essentiel.

Des efforts herculéens sont actuellement entrepris par les pouvoirs publics en vue de soutenir ouvertement et directement le secteur privé. À l'échelle mondiale, c'est 12.000 milliards de dollars qui ont été dépensés jusque-là - sur la seule année 2020 - pour éviter la liquéfaction mondiale. Ce chiffre représente 12% du PIB universel sachant que nos dirigeants ont bien pris conscience de l'urgence absolue et extrême de la situation. En effet, en comparaison, le stimulus mis en place en 2010 par le G20 suite à la crise financière, après d'infinies hésitations, et qui était de 2% du PIB mondial semble bien rachitique...

Lire aussi : L'autre conséquence majeure du coronavirus !

Les taux d'intérêt négatifs comme solution

Ce n'est pourtant qu'un début car il est crucial de limiter les déperditions de richesses qui seront d'autant moins récupérables que le secteur public se sera endetté de manière considérable. Il existe, pourtant, une solution à même d'éviter de creuser nos déficits et qui permettrait de juguler - ou à tout le moins - d'amortir cette crise sans précédent faite d'une mixture nauséabonde de récession, d'effondrement des PIB dignes de périodes de guerre, de chômage massif, de confinements partiels voire totaux, de couvre-feu...

Lire aussi : Couvre-feu, fermeture d'écoles... De nouvelles mesures draconiennes prises en Europe

Cette bouée n'est qu'un banal instrument de politique monétaire aux mains des banques centrales et consiste à rendre négatif le loyer de l'argent. À cet effet, permettez-moi de vous parler d'un temps que les moins de 20 ans ne peuvent pas connaître : une époque - pas si lointaine - où les réductions de taux d'intérêt (lorsque ceux-ci étaient encore à 4 ou 5% par exemple) redonnaient du souffle à l'activité économique. Le mécanisme est en tous points similaire s'agissant de crever le plancher du taux 0 qui, s'il est adroitement mené, est susceptible d'économiser à l'État - et donc à nous - bien des deniers.

Un taux européen de -3% est l'arme suprême pour relancer la croissance, ressusciter la demande agrégée et lutter contre le chômage. Un taux d'intérêt directeur négatif éviterait également de « taper » dans les créanciers et limiterait les restructurations des dettes. La politique budgétaire et autres mesures fiscales sont certes indispensables dans le contexte actuel. Pour autant, seule la politique monétaire - responsabilité des banques centrales - interagit avec le crédit qui est l'essence même de nos économies modernes. Seuls des taux d'intérêt négatifs - voire largement négatifs - sont aujourd'hui susceptibles de sauver ce qui peut encore l'être.

___

(*) Michel Santi est macro économiste, spécialiste des marchés financiers et des banques centrales. Il est fondateur et directeur général d'Art Trading & Finance.
Il vient de publier «Fauteuil 37» préfacé par Edgar Morin
Sa page Facebook et son fil Twitter.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 20/10/2020 à 22:02 :
Ainsi avoir des taux négatifs serait la solution pour avoir une dette soutenable et payée par ceux qui nous prêtent de l'argent car leur aversion au risque est plus important que tout. Ces prêteurs accepteraient de perdre entre 1 et 3 % de leurs prêts pendants plusieurs années ?? Est ce réellement concevable?
A terme, il n'y a que 2 façons de réduire les dettes des Etats ayant plus de 100% de dettes sur PIB: Soit un retour de l'inflation, soit la guerre. Cette dernière n'étant guerre souhaitable, il ne reste qu'un retour peu probable de l'inflation.....durablement proche de 0% en Europe; entre 1 et 2% aux US et entre 1 et 3% en Chine en raison des hausses de salaires d'une population active qui diminue depuis presque 10 ans.
Réponse de le 20/10/2020 à 22:41 :
Ne pas mettre de côté l'option guerre trop vite. Vu le degré des tensions internationales, nationales, et tout particulièrement en France "grâce" à Macron, régionales, vu l'incapacité des sociétés à vivre ensemble et à débattre, c'est peut-être la meilleure solution. Et maintenant, on sait que ça procure de la croissance pour 30 ans.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :