Face au covid-19, les technocrates français pris au dépourvu

 |   |  1628  mots
Dans la plus totale urgence, Emmanuel Macron a annoncé une dotation exceptionnelle de 4 millards d'euros à l'organisme « Santé publique France » - bien impuissant face au Covid-19, faute de moyens - pour commander « médicaments, respirateurs et masques » destinés à lutter contre l'épidémie.
Dans la plus totale urgence, Emmanuel Macron a annoncé une dotation exceptionnelle de 4 millards d'euros à l'organisme « Santé publique France » - bien impuissant face au Covid-19, faute de moyens - pour commander « médicaments, respirateurs et masques » destinés à lutter contre l'épidémie. (Crédits : Reuters)
CHRONIQUE. La manière dont les autorités sanitaires françaises ont géré la crise du Covid-19 a fait apparaître de graves dysfonctionnements de l'administration et des choix stratégiques discutables.

Suite à la publication de cette chronique, Aquilino Morelle, cité dans l'article, souhaite apporter certaines précisions. Elles sont publiées à la fin de l'article.

Certaines interviews sont parfois très cruelles, après coup. C'est le cas de celle qu'Agnès Buzyn, alors candidate à la mairie de Paris, a donné le 3 mars aux « 4 Vérités » de France 2. Car ce matin-là, l'ancienne ministre de la santé explique : « J'ai préparé évidemment en tant que ministre l'arrivée de ce virus bien avant qu'il n'arrive en France en réalité, puisque nous avons, dès que l'épidémie a augmenté en Chine, travaillé à avoir des stocks de masques, faire des commandes, vérifier que les services de réanimation avaient le nombre de machines suffisantes. Tout cela a été préparé en amont. Le stade 3 est prêt ». Malheureusement, rien n'était prêt.

Incapable de faire face

La France, sixième puissance économique mondiale, a été incapable de faire face d'une manière raisonnable à cette pandémie mondiale. Faute de moyens, le confinement national a été décidé dans la précipitation quand le pouvoir s'est aperçu (un peu tard) que nos services de santé n'allaient pas pouvoir faire face à l'afflux de malades graves. C'est en réalité une solution prise par défaut, dans la plus totale impréparation et urgence. Eberlués, les Français n'ont pu que constater l'indigence de l'hôpital public, et l'incurie de l'Etat, à travers le manque cruel de masques, de tests, et de respirateurs. Il faut se rendre à l'évidence, depuis trente ans, la France est devenu à bas bruit « un pays sous-développé en matière de santé », comme l'a dénoncé le professeur Juvin, chef des urgences de l'hôpital Pompidou à Paris.

Depuis le début du confinement, la colère gronde dans les hôpitaux, mais également dans chaque famille française. Face aux plaintes déposées pour mise en danger de la vie d'autrui, les ministres du gouvernement, comme les hauts fonctionnaires, sont tétanisés, multipliant les signaux contradictoires. Car bloquer et confiner l'ensemble d'un pays, et notamment sa capitale politique et économique  (Paris représente 30 % de la croissance française chaque année et centralise la plupart des réseaux de communication), n'est pas du même ordre que de mettre sous quarantaine une partie de la Chine. Certes, face à l'ampleur d'une telle crise, les tâtonnements sont compréhensibles, mais les mensonges sont inexcusables. Comme prétendre que le port d'un masque ne sert à rien, alors que George Gao, le directeur général du Centre chinois de contrôle et de préventions des maladies, a expliqué à Science que ne pas en porter était une « grave erreur ».

Lire aussi : Un milliard de masques, 14.000 lits en réanimation, 80.000 tests par jour: les nouveaux objectifs du gouvernement

Chaque responsable sort son parapluie

Pour ne rien arranger, chaque responsable a tendance à sortir son parapluie. Concernant la pénurie de masques, les technocrates de la santé renvoient la responsabilité au SGDSN (Secrétariat général de la Défense et de la Sécurité Nationale). Au sein de l'Etat, la faute est pourtant collective. L'actuel directeur général de la santé, Jérôme Salomon, ntait-il pas le conseiller en charge de la « sécurité sanitaire » des Français de la ministre socialiste Marisol Touraine ?

Surtout, suite aux polémiques qui ont suivi l'épisode du H1N1 en 2009, l'Etat s'est peu à peu désarmé face une pandémie de grande ampleur. Pour la Cour des Comptes et Bercy, c'était alors toujours « trop cher ». Selon l'économiste Claude Le Pen, cette crise « a fait naître dans une partie de la haute administration de la santé le sentiment d'en avoir trop fait, d'avoir surestimé la crise et, finalement, d'avoir inutilement gaspillé des fonds publics au profit des laboratoires pharmaceutiques. L'Etat s'est ainsi convaincu qu'une réduction de la voilure était nécessaire ».  

La santé vue dans une optique seulement comptable

Durant dix ans, la santé des Français n'a été considérée que sous l'optique comptable, comme si le risque avait disparu ! Ainsi, en plus de la liquidation des stocks de masques, l'Établissement de préparation et de réponse aux urgences sanitaires (EPRUS), créé à l'origine par loi de 2007 sur la lutte contre les épidémies, portée alors par le ministre de la santé Xavier Bertrand, a vu ses crédits être rabotés avant d'être fondu dans « Santé publique France » bien impuissant face au Covid-19, faute de moyens. Dans la plus totale urgence, Emmanuel Macron a annoncé une dotation exceptionnelle de 4 millards d'euros à cet organisme pour commander « médicaments, respirateurs et masques » destinés à lutter contre l'épidémie.

Lire aussi : La France en pénurie de masques : aux origines des décisions d'État

Une décision bien tardive : à l'automne dernier, la ministre Buzyn perdait les arbitrages financiers pour l'hôpital public face à Bercy et Matignon. Début mars, le cabinet d'Olivier Véran, qui avait annoncé une commande de 200 millions de masques fin février, n'avait procédé en réalité qu'à une première prise de contact auprès d'éventuels fournisseurs. Avec un souci de taille : la France n'ayant plus les moyens de produire des masques en grand nombre, la Chine a dû être appelée à la rescousse...

Soutien aux "Kouchner boys"

De fait, pour le gouvernement des « experts » promu par la macronie, cette crise sanitaire est une véritable débâcle. Et si l'ancien ministre de la santé, Bernard Kouchner se félicitait récemment que le gouvernement « gère très bien » la crise, c'est d'abord pour soutenir ses « Kouchner boys ». L'actuel directeur général de la santé, Jérôme Salomon, est en effet un proche du conseiller d'Etat Didier Tabuteau, qui fut l'ancien directeur de cabinet de Kouchner à deux reprises  : « Depuis son passage au ministère et à l'agence du médicament, Tabuteau a la haute main sur les politiques de santé depuis vingt ans », juge un ancien de la DGS. Mais on pourrait également citer un autre conseiller d'Etat, l'actuel patron de l'AP-HP, Martin Hirsch, autre directeur de cabinet de Bernard Kouchner par le passé. Ces trois-là sont bien sûr proches de l'ancien ministre de la santé, Agnès Buzyn, et de son mari, Yves Lévy, ex-patron de l'Inserm, mais également du socialiste Aquilino Morelle, ou à droite, de l'ancien ministre de la santé, Xavier Bertrand.

Forcément, ces dernières semaines, les déclarations intempestives du professeur Didier Raoult ont eu le don d'irriter tous ces hauts fonctionnaires de la santé. « C'est clan contre clan », pointe un initié. Par le passé, Raoult conseilla le candidat Jacques Chirac pour la partie santé de ses programmes. En 2003, le ministre Jean-François Mattéi lui confia un rapport sur le bio-terrorisme. Mais si Didier Raoult gêne, c'est que la stratégie qu'il propose (tester au maximum, et soigner le plus tôt par de l'hydroxychloroquine, une molécule ancienne, et peu chère, avec un antibiotique) met en lumière les difficultés actuelles de l'Etat français. Des pays comme la Corée du Sud, Taïwan, le Japon, ou encore l'Allemagne n'ont pas eu à choisir le confinement car ils ont pu, très tôt, tester massivement leurs populations respectives. Dans l'entourage du chef de l'Etat, on fait savoir que le contact n'est pas rompu avec Didier Raoult. Et pour cause : dans la sphère économique, ils sont nombreux à soutenir en coulisses le professeur marseillais, notamment la plus grande fortune française, Bernard Arnault de LVMH ou Serge Weinberg de Sanofi.

Lire aussi : Covid-19: une vaste étude pour "clore le débat" sur la chloroquine

L'OMS prend parti pour le traitement américain

Face à une telle crise majeure, les enjeux économiques globaux vont-ils primer sur les gains à venir des laboratoires pharmaceutiques ? Le 24 février, le jour précédant les premières déclarations de Didier Raoult sur l'hydroxychloroquine, le directeur général adjoint de l'Organisation mondiale de la santé (OMS), Bruce Aylward, prenait parti pour un traitement breveté par l'américain Gilead, sans attendre les premiers résultats des tests : « Il n'existe actuellement qu'un seul médicament duquel nous pensons qu'il pourrait avoir une réelle efficacité, le remdesivir. »

En France, si l'Inserm a fini par inclure l'hydroxychloroquine dans ses essais, ce n'est pour l'administrer qu'à des patients en détresse respiratoire. À l'inverse des recommandations Raoult que l'Italie a décidé de suivre : l'hydroxychloroquine y est prescrite aux patients ayant des signes débutants. C'est ce qu'explique le docteur Pierluigi Bartoletti, vice président de la Fédération italienne des médecins généralistes, au Corriere della Sera : « Nous venons de comprendre que le virus a une évolution en deux phases, et que c'est au cours de la seconde, après quelques jours (une semaine environ), que la situation peut brutalement, en 24 ou 48 heures, s'aggraver et conduire à une insuffisance respiratoire réclamant des soins intensifs. Les résultats que nous commençons à accumuler suggèrent que l'hydroxychloroquine administrée tôt, donne la possibilité d'éviter cette évolution à une majorité de patients et de désencombrer les salles de réanimation ». En attendant que la science se prononce, la guerre contre le Covid-19 continue...

Lire aussi : Le gouvernement veut accélérer la production de masques, l'industrie sous pression

__________

Précision de Aquilino Morelle suite à la publication de l'article :

" Si j'ai effectivement de l'amitié et de l'estime pour Didier Tabuteau, même si je ne l'ai vu que très rarement depuis une quinzaine d'années, je ne connais pas Jérôme Salomon et ne suis pas proche de Martin Hirsch. Quant à Bernard Kouchner, ma collaboration avec lui remonte à ... 1993."

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 09/04/2020 à 23:12 :
"un pays sous-développé en matière de santé"... mais pas sous-développé en matière de financement de la santé puisque nous y dépensons 11,3% du PIB contre 11,1% en Allemagne. La question : où passe l'argent ?
a écrit le 09/04/2020 à 19:48 :
Intéressant article. Un truc me chiffonne dans toutes ces guéguerres : pourquoi ne devrait-il y avoir qu'un seul traitement ? On croirait qu'on cherche un sérum miracle comme dans un film catastrophe. Mais si ça se trouve, plusieurs traitements fonctionnent pour des cas différents (stade de la maladie, profil du patient, etc.). Pour beaucoup de pathologies, il existe plusieurs traitements, tout simplement parce que tous les patients n'ont pas le même profil. On en essaie un, et si la personne réagit mal, on en essaie un autre.
Bref, quand je lis "l'OMS prend parti", j'ai peur et j'espère que vous exagérez. Dans toute cette affaire, nous avons l'impression que nos gouvernements occidentaux - français en tête - et organisations "mondiales", comme l'OMS, ne font que procéder à des arbitrages pour savoir qui aura le "marché".
Au contraire, les pays d'Asie sont restés pragmatiques et ont beaucoup mieux géré la chose. Et qu'on ne vienne pas me dire que c'est uniquement par expérience : ils sont, de toute façon, mieux organisés. En plus de cela, la population a davantage de civisme. Il suffit de marcher dans les rues de Séoul pour comprendre.
a écrit le 08/04/2020 à 18:12 :
La France dirigé par un caporal(qui se prend pour naboléon) après le désastre du
capitaine de pédalo ne peut que faire ceux qui a été déjà fait en 14/18 les mêmes
ringard produisent les mêmes effets...On fait de la surveillance,on fait du contrôle
on pénalise ..L'esprit petit chef transparait pour chaque petit responsable..On ne gère pas un pays(comme une start up) on le dirige..La crise met à nu l'incapacité de l'actuel gouvernement et l'actuel Président ..La gestion comptable montre ,aujourd'hui,ses limites
Le démembrement de l'industrie,l'abandon des PME/PMI et les délocalisations sont là aussi la preuve d'un choix de société ,d'un choix politique..Le peuple de france abandonné ,humilié,sacrifié à qui on a raconté des mensonge doit pouvoir demander
justice.Il faut dés maintenant,entreprendre une grande pétition pour juger après la crise les responsable (ou les irresponsables)
Réponse de le 09/04/2020 à 23:21 :
"Le démembrement de l'industrie,l'abandon des PME/PMI et les délocalisations sont là aussi la preuve d'un choix de société ,d'un choix politique."
Un choix collectif, pas imposé par en haut. La France a fait collectivement le choix de saborder son industrie par les 35 heures. Et un beau jour on est tout surpris de se retrouver dépendants des importations pour à peu près tout et obligés de bricoler pour faire face à l'urgence. Même dans l'agroalimentaire on ne cesse de perdre du terrain. Dans le même temps l'Allemagne est devenue autosuffisante et même largement exportatrice dans ce domaine (grâce notamment aux fermes industrielles héritées de la RDA qui, rationalisées, sont devenues un formidable atout).
a écrit le 07/04/2020 à 18:23 :
Petite suggestion économique.....Si nous arrêtions de soigner toute la misère du monde et ce gratuitement, avec une pente ascendante inexorable, nous n'en serions peut-être pas là aujourd'hui ! On ne peut pas augmenter chaque année ce budget et en même temps augmenter le nombre de bénéficiaires. C'est un gouffre sans fin. C'est pourquoi il va falloir un jour prendre des décisions pragmatiques de bon sens qui ne plairont pas à tous.
a écrit le 05/04/2020 à 18:53 :
Effectivement les technocrates français n'ont pas été à la hauteur et ça doit surement faire reconsidérer toute la formation de notre haute fonction publique, notamment avec la réévaluation du rôle de l'ENA. Mais si celui qui lève le petit doigt est viré, ça n’incite pas les gens à une quelconque remise en cause. La manière dont le Chef d 'Etat Major des Armées (Général de Villiers) a été éjecté à l'arrivée d'Emmanuel Macron a muselé tous les hauts fonctionnaires. "Je suis votre chef"... Oui Monsieur le Président, bien Monsieur le Président, vous avez surement raison Monsieur le Président. 3 ans plus tard, on paie la facture
a écrit le 05/04/2020 à 10:24 :
Truc impressionnant, les bourses sont restées sourdes l'ampleur du problème (il fallait les fermer , selon moi). Vous me direz les politiques aussi. En France ont dit tout et son contraire . Notre président à vraiment une tête de vainqueur, ainsi que nos hauts fonctionnaires grassement payer.
a écrit le 05/04/2020 à 0:47 :
Chronologie de la récession de la France

1- délocalisation en 1990- protection des entreprises UE-France
2- chômage en hausse
3- destruction des classes moyennes
4- gilet jaune - crise économique
5- pandémie mondiale
6- protection des entreprises UE - France grâce à l’Allemagne - Slovénie - Tchécoslovaquie - Pologne - Bulgarie ...
7- destruction des PME et PMI- auto entrepreneurs de Frances , commerçants ...
8- le après pandémie
9- les grands groupes délocalisés UE vont prendre tous les marchés en France - pays de création d’entreprise hors start up
10- chômage de masse en augmentation
11- crise sociale - crise économique
12 - migration de populations
a écrit le 04/04/2020 à 9:19 :
"Les technocrates incapable de faire face" normal dans un pays ou chaque ouvrier à une hydre de patrons au dessus de lui... Regardez les réformes des fonction publique, on a viré en masse les catégories B et C et gardé tout les A... Et aujourd'hui vous vous demandez pourquoi ils sortent leur parapluie? Déjà avant ils le faisaient car ceux qui prenaient les décisions pertinente étaient de la catégorie B et la A s'appropriait et se félicitait de cette décision qui n'était pas la leur, bien sur si ça fonctionnait pas ils se défaussait de cette responsabilité et fustigeait la catégorie B... Et oui y a de la réforme a faire mais pas comme elle est faite depuis 20 ans...
a écrit le 04/04/2020 à 9:04 :
Nouveau revirement, le port du masque est conseillé.

En fait la france n'a jamais changé de doctrine, elle a toujours eu celle de la girouette
Réponse de le 04/04/2020 à 18:44 :
le port du masque sera rendu obligatoire, avec fortes amendes à la clef pour ceux qui n'en auront pas.

Sauf qu'ils seront encore très difficiles à trouver et couteront une fortune.

Une façon comme une autre de renforcer encore le confinement tout en affirmant nous libérer.
a écrit le 03/04/2020 à 19:58 :
[…]

Une pandémie mondiale, qu’elle soit naturelle ou délibérément provoquée, sert en fait les objectifs de l’establishment mondialiste de plusieurs façons. D’abord et avant tout, elle constitue une superbe distraction. Le grand public, submergé par la peur d’une force invisible de la nature qui peut le tuer à tout moment, oubliera probablement la menace bien plus grande qui pèse sur sa vie, sa liberté et son avenir, à savoir l’effondrement de l’énorme « bulle de tout » et la « solution » mondialiste qu’une pandémie peut déclencher.



Le coronavirus n’est qu’une menace modérée par rapport à la crise économique. Cela dit, je voudrais aborder quelques questions concernant le virus lui-même avant d’aborder la question économique.

J’ai vu beaucoup d’hypothèses délirantes et de désinformation pure et simple propagées par les gens en ce qui concerne cette pandémie potentielle. Tout d’abord, l’idée qu’elle ait été causée par des citoyens chinois « mangeant des chauves-souris » ou exposés à un marché d’animaux vivants est plutôt ridicule. Nous n’avons vu AUCUNE preuve tangible que cela soit vrai, et je crois que le récit est une couverture pour le fait que la ville de Wuhan où l’épidémie de virus a commencé abrite non pas un mais DEUX laboratoires de niveau 4 pour les risques biologiques. J’ai du mal à ignorer l’étrange « coïncidence » des laboratoires de haut niveau de Wuhan en faveur de l’idée que le virus a été lancé par hasard en raison des régimes alimentaires bizarres des habitants de la Chine centrale. Au vu des preuves, il semble que le coronavirus ait été mis en gestation dans un laboratoire, et non dans la soupe aux chauves-souris et aux serpents de quelqu’un. En 2017, des scientifiques étrangers ont averti que ces laboratoires n’étaient pas sécurisés et qu’un virus pourrait s’échapper d’une de ces installations.

[…]

Il y a seulement trois mois, John Hopkins, la Fondation Bill et Melinda Gates et le Forum économique mondial (une ruche de mondialistes autoproclamés) ont lancé une « simulation de pandémie » appelée Event 201, spécifiquement axée sur le coronavirus. Pas Ebola, ni la grippe porcine, ni même la grippe aviaire - mais CORONAVIRUS. La simulation met en scène la propagation d’un coronavirus en Amérique du Sud, attribuée à la transmission de l’animal à l’homme (les porcs). La conclusion de l’exercice était que les gouvernements nationaux étaient loin d’être prêts, avec une note de 40 sur 100 sur leur échelle de préparation. La simulation prévoyait plus de 65 millions de décès dans le monde.

L’événement 201 s’est déroulé presque exactement comme il l’a été en Chine aujourd’hui. Certaines personnes très malhonnêtes ou peut-être plutôt stupides ont affirmé que ce genre de choses était « normal », prétendant que nous avons « de la chance » que les élites aient effectué des simulations à l’avance afin de « nous sauver » d’une épidémie de coronavirus. J’affirme que l’événement 201 n’était pas une simulation mais un jeu de guerre pour étudier les résultats possibles d’un événement dont les mondialistes savaient déjà qu’il allait se produire. Si l’on met de côté le fait qu’avant presque chaque crise majeure et chaque attaque terroriste de ces dernières décennies, les autorités effectuaient des simulations pour cet événement précis juste avant qu’il ne se produise ; quelqu’un croit-il vraiment que l’événement 201 est une pure coïncidence ?

[…]

Mais qu’est-ce que les mondialistes ont à gagner directement d’une pandémie de coronavirus, au-delà du simple chaos exploitable ? Il est intéressant de noter qu’un représentant de Johnson and Johnson, l’une des entreprises qui pourrait finir par concevoir un « vaccin » contre le coronavirus, a suggéré lors de l’événement 201 qu’une autorité économique mondiale « centralisée » chargée de financer et d’acheter des vaccins pour les différentes nations en crise était une option pour résoudre la pandémie.

[…]

En ce qui concerne les effets économiques, même si le virus devait rester principalement en Chine, l’économie chinoise est, en termes fondamentaux, la plus importante au monde ; elle est le plus grand exportateur/importateur et elle est au cœur de l’économie mondiale désormais interdépendante. Si l’économie chinoise s’effondre, même pour une courte période, cela provoquera une onde de choc dans toutes les autres économies nationales et les lignes d’approvisionnement.

[…]

La raison pour laquelle les mondialistes veulent un effondrement est simple : ils ont besoin d’une crise afin de manipuler les masses pour qu’elles acceptent une centralisation totale, un système monétaire mondial et une gouvernance mondiale. Ils sont également de fervents partisans de l’eugénisme et de la réduction de la population. Pour eux, une pandémie mondiale est à tout le moins une circonstance utile ; mais le moment où le coronavirus s’est manifesté et leur « simulation » très précise d’il y a seulement trois mois suggèrent également leur implication potentielle, car elle survient au moment même où l’implosion de la bulle « Du Tout » s’accélérait.

[…]

Ne vous y trompez pas, l’effondrement a déjà commencé, que le virus frappe durement les États-Unis ou non. La seule question est de savoir si ce sera l’événement déclencheur qui accélérera le processus d’effondrement déjà en cours.

[…]

Je ne serais pas surpris si nous découvrions dans les deux prochaines semaines que le nombre de décès se compte par milliers et que le taux de maladie se compte en fait par centaines de milliers. Le fait que la Chine ait maintenant mis en quarantaine plus de 50 millions de personnes dans 16 villes suggère que le danger est beaucoup plus élevé qu’elle ne l’a admis. Si c’est le cas, l’économie chinoise est au moins sur le point de subir un coup dur. Si le virus ne se propage pas, les dommages économiques le feront.

[…]

Les lignes d’approvisionnement mondiales étant gelées et les voyages éventuellement restreints, le commerce va s’arrêter. Il n’y a pas d’autre solution. Il ne s’agit pas seulement de la Chine, il s’agit de toutes les nations. Et, en fin de compte, il ne s’agit même pas du coronavirus, mais de la bombe à retardement financière que l’establishment mondialiste a créée. Il s’agit de notre interdépendance économique et du château de cartes que nous sommes devenus. Au lendemain de la catastrophe, les mondialistes réclameront encore PLUS d’interdépendance. Ils prétendront que la tragédie a frappé parce que nous n’étions pas « assez centralisés ».

[…]

Lire l’intégralité de l’article sur crashdebug.fr
a écrit le 03/04/2020 à 15:30 :
Le malaise avec l'Administration est bien plus vaste que ce que l'on voit au travers de cette crise qui va laisser des traces, au moins en terme de crédibilité.
D'abord, il y a peu de profils "opérationnels" dans les hautes sphères, mais beaucoup de technocrates qui "connaissent" les dossiers. Ensuite, il y a une culture très négative qui fait que celui qui remonte un problème est sanctionné. Du coup, plus aucun problème n'est signalé : officiellement, tout va très bien, tous les "indicateurs" sont au vert - et les indicateurs, c'est pas ce qui manque.
Ce système fonctionne tant qu'il n'y a pas de vraie crise, mais on l'a vu avec les attentats et différents scandales liés à la santé, en pratique, il ne fonctionne pas. Malgré ses moyens, l'Administration ne voit jamais rien venir.
Il faut une réforme en profondeur avec un changement de culture. Il faut inculquer une culture de l'efficience et repenser le fonctionnement global en fonction des missions régaliennes et tant pour les procédures inutiles et les postes redondants.
Réponse de le 03/04/2020 à 16:15 :
Pas de bruit pas de vague. Silence radio.

Vous êtes (bien) payés pour vous taire. Le premier qui parle…
a écrit le 03/04/2020 à 15:26 :
Depuis 30 ans, il est clair la France a adopté une politique assumée: privilégier la redistribution et l'aide sociale (au sens large), au détriment de l’investissement public ('support') et privé ('productif'). Les impôts et cotisations sociales ont très fortement augmentés (globalement nous sommes passés 1ier au monde, devant la Suède), au bénéfice d'une très forte redistribution; cela a eu des bénéfices indéniables: le taux de pauvreté a diminué, les retraités profitent globalement de pension convenables et d'un pouvoir d'achat légèrement supérieur aux actifs, les dispositifs d'aides aux personnes vulnérables (chômeurs, parents isolés, actifs à bas revenus, personnes malades ou handicapées etc) jouent plutôt bien leur rôle d'amortisseurs sociaux, même si ce n'est pas parfait. Ce sont des résultats importants. MAIS il y a un gros 'mais': cela s'est fait au détriment des investissements dans les infrastructures publiques au sens large - hôpital / santé, recherche, justice, armée, bref les grandes fonctions régaliennes coûteuses - et au détriment de l'économie productive privée, notamment de l'industrie - il est maintenant parfaitement clair que, à l’exception de 2 ou 3 secteurs de niches comme le luxe, l’agroalimentaire et l'aérospatial le tissu industriel productif français est totalement sinistré, sous-performant car trop peu mécanisé et digitalisé, et n'est même plus capable de fabriquer ses médicaments et son propre matériel médical, fussent de simples masques -. Il va falloir investir énormément, et donc 'serrer la vis' autre part.
Les années qui viennent vont donc être celles des choix stratégiques. Les prélèvements sur une économie déjà exsangue ne pouvant pas augmenter considérablement (il reste bien quelques marges de manœuvre sur les fraudes sociales et fiscales et la fiscalité des GAFAM, mais contrairement à ce que l'on croit beaucoup a déjà été fait et ça n'ira pas très loin), on ne pourra pas à la fois continuer à financer les structures sociales au même niveau, rénover les structures publiques régaliennes, et moderniser le secteur productif privé. ça ne passera tout simplement pas; comme aux urgences il faudra faire un tri, dresser des priorités, sacrifier certains pour sauver les autres et expliquer clairement aux citoyens les conséquences de ces choix. Ce sera aux citoyens de choisir par leur vote.
a écrit le 03/04/2020 à 14:12 :
La critique est toujours plus facile que l action. Les chroniqueurs journalistes et commentateurs de cet article devraient etre un peu plus modeste dand la critique souvent pleine de haine, le premier ministre de Singapour vient de prendre le décision de fermer les écoles de proner le teletravail de fermer tous les commerces et entreprises qui ne sont pas de 1ere necesité cela à partir de mardi. D aprés lui c est La SEULE solution pour arréter l épidémie le dépistage marche quand il y a PEU de malades au dela d un certain nombre cette solution ne fonctionne pas!
Le confinement décrit par certains en France comme une méthode datant du moyen age ....
Nos technicrates si decriés insultés dans cet article ont peut étre choisi la meilleure méthode pour lutter contre ce virus que personne ne connait parfaitement
a écrit le 03/04/2020 à 14:06 :
Comment le gouvernement explique-t-il l'absence de réponse aux 75 laboratoires de France qui lui ont indiqué par écrit, depuis mi-mars, être en capacité de procéder à 300 000 tests par semaine ?? Pourquoi ne teste-t-on pas la population pour cibler le confinement vers les bonnes personnes, rassurer la population, fiabiliser les chiffres de la mortalité et relancer progressivement la machine économique ?? C'est à n'y rien comprendre, le mot "technocratie" est lourd de sens et j'espère que des responsabilités dans la gestion de cette crise (et son coût faramineux) seront recherchées et trouvées...
a écrit le 03/04/2020 à 10:46 :
j"ai vue un premier ministre complétement paumé quand le jeune fille lui a demandé pourquoi les ministres les parlementaires et les sportifs avaient droit aux testes et pas nous il est parti sur les epads ça n avait rien avoir c'est un peut le titanic et macron capitaine désastre et les technocrates ces guignols sans cerveaux qui prônaient l'economie dans les hôpitaux on vois le résultat une catastrophe sanitaire
Réponse de le 05/04/2020 à 9:53 :
Pour la transformation de l’hôpital, il faut aussi aller voir le grand sage Sarkozy. Il a massacré la police aussi.
a écrit le 03/04/2020 à 10:22 :
Les masques tombent!

Une liberté sans respect,
une égalité des clans,
une fraternité de façade,
un régime royaliste,
une démocratie malade,
une justice gouvernée,
une centralisation décérébrée,
un court-termiste généralisé,
une gouvernance sous chantage,
une méritocratie du copinage,
une expertise de cabinets,
une gestion de bon père de partie,
un déni de banqueroute...

Continuons à pavoiser fièrement sur le bord du cratère, le volcan nous attendra!
Réponse de le 03/04/2020 à 11:14 :
une épidémie de bêtise

continuons à "yakafauconer" pour se donner l'impression d'être clairvoyant!
Réponse de le 03/04/2020 à 12:57 :
En un mot, une démocratie évacuée et à refaire en évacuant le pilotage de Bruxelles à la génèse du tout, bravo .. Frexit, vite ..
Réponse de le 03/04/2020 à 13:50 :
Trois rapports publics (2003,2005,2010) consultables en ligne ont tenté de sensibiliser la "France d'en haut" sur les risques d'une épidémie de grande ampleur et sur les moyens pour y faire face.

Quelles ont été les réponses ?
a écrit le 03/04/2020 à 9:24 :
Je suppose que vu les résultats des autres pays, il y a des technocrates français partout... Et même dans les pays illibéraux ! A moins que cette tribune ne soit seulement que d'une bêtise sans nom. D'ailleurs, où est il précisé que le monsieur travaille pour le monde diplomatique ?
Réponse de le 03/04/2020 à 12:31 :
Oui tout à fait regardez la Corée du Sud qui compte environ 52 millions d'habitants: (au 03/04/20) 10 000 personnes contaminées, 6021 personnes gerris, 174 décès. La Corée du Sud est pourtant située à proximité de la Chine.

Autre régime, autres méthodes, autres mœurs…autres résultats

Beaucoup moins de décès en Allemagne: autre système de santé.

Il n'y a pas de technocrates Français partout (heureusement)
Réponse de le 03/04/2020 à 13:47 :
En Russie: 147 millions d'habitants. Au 03/04/20 : 4149 personnes contaminées, 281 guéries, 34 décès.

Pas beaucoup de technocrates Français chez Poutine.
Réponse de le 03/04/2020 à 15:53 :
Un ou deux exemples ne permettent pas de réduire à néant ma remarque quand l'écrasante majorité des pays du monde, quels que soient leur systèmes, ne font pas mieux que nous. Vous avez 2 contre exemples ? J'en ai au moins 160 qui vont dans mon sens. Quand à la manière dont ces pays font mieux, quelque chose me dit que les mêmes qui manifestent en France pendant des mois en criant à la dictature ferait une drôle de tête si on appliquait les méthodes coréennes ou russes !
Réponse de le 03/04/2020 à 15:54 :
Un ou deux exemples ne permettent pas de réduire à néant ma remarque quand l'écrasante majorité des pays du monde, quels que soient leur systèmes, ne font pas mieux que nous. Vous avez 2 contre exemples ? J'en ai au moins 160 qui vont dans mon sens. Quand à la manière dont ces pays font mieux, quelque chose me dit que les mêmes qui manifestent en France pendant des mois en criant à la dictature ferait une drôle de tête si on appliquait les méthodes coréennes ou russes !
Réponse de le 03/04/2020 à 15:56 :
Par ailleurs, en vous relisant, j'ai comme l'impression que vous n'avez pas tout à fait compris mon post initial : je vais faire plus direct, je sens que mon effet de style passe au dessus de certains. Si la technocratie française était responsable des échecs de la gestion de crise du covid 19, alors tous les autres pays devraient faire mieux. Ce n'est pas le cas donc l'idée force de cet article est faux.
Réponse de le 05/04/2020 à 8:17 :
Ce sont portant des exemples que vous-même vous recherchez pour les récuser.

Au 5 avril 2020, au classement mondial, la France est dans la 3ème position pour le nombre de décès et la 5ème pour le nombre de cas. (source: Center for Systems Science and Engineering (CSSE) de la Johns Hopkins University (JHU) qui fait foi dans le monde pour le suivi de la pandémie).

Peut-être trouvez-vous que la gestion de la crise par les technocrates Français est un bon exemple, soit.

Le port des masques de protection: pendant des semaines sont déconseillés par la "France d'en haut". Désormais, c'est le contraire y compris avec des masques "fait-maisons".

Un pas en arrière, un en avant…;-)
a écrit le 03/04/2020 à 8:44 :
Finalement on refait le même constat que l'on a fait dans le précédent siècle sur les régimes marxistes ou marxisants. Ils se sont tous traduit par le même fiasco, et ils ont sombré dans l'inefficacité des systèmes étatiques, rappelez -vous c'est Tchernobyl pour l'URSS. Ce qui crée la promotion des individus dans ces systèmes c'est le gout du pouvoir et son corollaire l'argent. Pas étonnant donc ce qui se passe en France.Pour le système libéral on observe un peu la même chose mais il y a des contre pouvoirs, il semble que seule l'Allemagne ait un système plus efficace et qui serve mieux la collectivité tout en restant dans un système démocratique.Je pense qu'il faut s'en inspirer.
a écrit le 03/04/2020 à 7:38 :
L'incurie de l'état vient que ses hauts responsables sont juridiquement irresponsables à moins qu'ils commettent un délit ou un crime en dehors de l'exercice de leur fonction.
Donc si par exemple, un ministre de l'économie décide de vendre un fleuron comme ALSTOM qui fabrique des composants stratégiques pour la France contre l'avis du ministère de la défense, et qui mets en danger la souverainté nationale sur des sujets critiques (centrales nucléaires), ou bien qu'un président engage la france dans l'IOTAN et la rend donc solidaire de conflits dans lesquel l'OTAN et ses alliés seraient impliqués ne pose là aussi aucun problème de responsabilité.
Non seulement, ils engagent le futur de la france sur de sujets importants voire graves mais en plus ne demandent pas l'avis des français.
Ces gens ne rendent de compte à quasiment personne et prennent une tape sur la main de temps en temps, pourquoi ne feraient-ils pas ce qu'ils veulent au mépris de la sécurité des français ?
On se souviendra de Christine Lagarde convoquée et jugée coupable de négligence mais dispensée de peine par la cours de justice de la république.
Au pire ils iront pantoufler dans le privé dans des boîtes à qui ils auront rendu service ou auront une promotion comme Moscovici qui n'a démontré aucun résultat particulier à l'économie.
La France est le seul pays développé au monde dans lequel les responsables politiques de haut rang sont jugés par une justice spéciale, là leur, par leurs pairs.
L'effondrement moral de la classe politique fait que ce genre de fonctionnement rend quasi certain l'occurence de carences graves de l'état car il n'y a plus vraiment de serviteurs de l'état mais des gens qui se servent de l'état pour leur carrière.
Et leur exemple désastreux n'est certainement pas motivant pour les fonctionnaires.
Réponse de le 03/04/2020 à 8:38 :
combien aurais due être éjecté après les gilet jaune
ministre et haut fonctionnaire
pour la cas de la présidence de la BCE c'est la justice.
qui se rend complice
comme le jugement est rendu regardé qui couvre qui
a écrit le 03/04/2020 à 4:25 :
Depuis plus de trente annees ces gens nient la realite.
On s'en rend compte maintenant ? Pas etonnant de voir l'etat des consciences degradees, pessimistes et tres tres angoissees, et pan v'la le coro.
Les prebendes sont le seul objectif, de preference sur le dos des citoyens.
a écrit le 02/04/2020 à 22:31 :
Faire état de la chloroquine utilisée par l'Italie ne semble pas pertinent si on observe les résultats sur l'évolution du nombre de décès dans ce pays.
Réponse de le 03/04/2020 à 8:55 :
Le nombre de décès de l'Italie n'est pas du à la chloroquine mais à la saturation du système de santé qui a été débordé. De plus au départ elle n'a pas été utilisé dans les traitements, car le médecin dit "nous venons de comprendre"D'ailleurs il n'est pas sur qu'in fine la France n'ait pas un aussi grand nombre de décès car notre courbe sera très étalée et il y aura encore beaucoup de morts dans les Ephad toute l'année et peut-être sur la suivante.
a écrit le 02/04/2020 à 22:11 :
Je suis sur latribune là?

Bon article, mais il faudrais aussi regarder comment le programme épidémique mis en place par la santé après les mesures d'austérités de 2010 n'a pu être mis en place.

Les stades de réactions épidémique ont été appliqués pour les stades 1 et 2. Cependant, il n'était pas possible de tester suffisement de monde dans les premiers foyers d'épidémie donc la situation est vite devenue incontrolable.

Je ne me souvient plus de ce que préconisaient les chercheurs pour le stade 3 mais il n'y avait pas de confinement généralisé. Vous remarquerez qu'aujourd'hui on ne parle même pas du stade 4. On est sorti du programme épidémique.

Pourquoi on en est sorti? On ne pouvais pas faire de test, on ne pouvais pas endiguer l'expantion sans masques (même si c'est peu utile, ça l'est quand même).

Comment en est-on arrivé là? 10 ans de mesures d'austérités destiné à faire payer au public et aux salariés la crise de 2009.

J'ai vue sur un site de video connu une conférence, à Brest il me semble, concernant les pandémies. Elle réunissait historiens, médecins, expliquait les stades de luttes en cas de pandémie et datait de novembre/décembre 2019...
Réponse de le 03/04/2020 à 9:13 :
Le confinement n'est pas une mesure de stade 3. Le confinement est une mesure de tout début de crise parce qu'un confinement efficace ne peut être que limité dans la durée et l'espace.

Au stade 3 on tente de gérer l'afflux des malades en maintenant les mesures barrières (masques, gants, savon), mais on présume que l'extension du virus est telle qu'on ne peut plus confiner.

Comme d'habitude, le gouvernement a pris les choses à l'envers en commençant par des mesures de stade trois appauvries, et comme ca n'a pas fonctionné, il tente de revenir en arrière... C'est de l'amateurisme... étonnant de leur part?
a écrit le 02/04/2020 à 21:47 :
La situation sanitaire de la France est chaotique, socialement et économiquement aussi ;

le problème, c'est l'inaptitude des équipes de macron à gouverner.
a écrit le 02/04/2020 à 20:13 :
L'expression du BON SENS à travers de FINES ANALYSES ! http://tout1savoir.eklablog.com/boris-le-lay-sur-le-covid-19-la-crise-economique-a184319338
a écrit le 02/04/2020 à 19:27 :
Bref : à lire les posts précédents :
a) il faut absolument des coupables : nous sommes tous coupables, puisque nous sommes en démocratie.
b) arrêtez de râler et d'essayer de vous donner bonne conscience par tous les moyens, c'est pitoyable, on se croirait chez les intellos parisiens.
c) les posts sont plus longs que d'habitude : je vois qu'on s'em... grave dans le grand confinement.
Réponse de le 02/04/2020 à 20:11 :
Faux, plus de démocratie depuis 2009 avec le transfert du levier politique à Bruxelles. La souveraineté est le seul support de la démocratie, la démocratie et la souveraineté ne se regagnent uniquement qu' au moyen du FREXIT.

Le reste de votre billet n' appelle aucun commentaire, vacuité du confinement ?
a écrit le 02/04/2020 à 19:12 :
Les technocrates français, bien vu. A commencer par le premier, le locataire de l' Elysée dont le rôle se résume à signer une fois l' an les GOPE ou feuille de route de Bruxelles et dont nous mesurons l' influence mortifère sur nos hôpitaux et nos services de santé publics dans la crise du moment. Le quasi seul rôle de nos députés qui est de passer plus de 70 % de leur temps à transposer en droit français, dans notre constitution, les directives de Bruxelles. Voilà où nous en sommes avec les gvts néolibéraux qui ont vendu la France contre une poignée de lentilles et sans jamais qu' un seul débat ne vienne apporter un éclairage à une situation surréaliste qui se déroule à l' insu des français. Vous en doutez ? Voyez plutôt :

"DÉCOUVREZ LE “SGAE” : LA DISCRÈTE ADMINISTRATION QUI VOLE AUX FRANÇAIS LEUR DÉMOCRATIE – par Guillaume Pellissier de Féligonde"

Tout y est, du discours de la méthode!, clair, net et malheureusement sans bavures, un dossier à la hauteur de l' énorme travail didactique que seule l' UPR sait produire..
Réponse de le 03/04/2020 à 7:18 :
de l'élysée" ? Même pas, c'est le contribuable qui paie, même la vaisselle ! C'est plutôt du squat
a écrit le 02/04/2020 à 18:18 :
le choix d'une économie ultralibérale est représenté par Jupiter le banquier. Economie du marché, privatisations, casse du système de santé et de retraite, fermeture des maternités et hopitaux de campagne, casse des droits sociaux dénigrement et éradication des fonctionnaires (par l'énarque Jupiter)
L'argent le profit pour les premiers de cordée et la santé pour les gilets jaunes les modestes les travailleurs essentiels. La vie confinée protégée pour les riches et la misère et la mort par virus pour les faibles et les vieux. C'est un choix des ultralibéraux d'avoir des salaires exorbitants (genre ghosn) et un cdd avec smic à temps partiel pour les travailleurs essentiels (routiers, boulangers, livreurs, chauffeurs uber etc...). On a donc supprimé tout ce qui est bien public pour favoriser les dividendes de quelques riches actionnaires stock options. Résultat les pauvres et les vieux meurent, c'est normal et correspond au dogme moral de l'ultralibéralisme
Réponse de le 02/04/2020 à 18:54 :
Absolument en phase avec ces propos et la ..terminologie et les mots employés. Les néolibéraux macronien, sarkozien, hollandien, liliputien! ont achevé la France et de sont protégé d'en-haut, eux. Ils ont dans le même temps fait régresser la France au Moyen Age où une chevalerie défendait à tout le moins, la veuve et l' orphelin. Eux ont réduit nos ainés à mourir en EHPAD. Avec ces "ceux d'en haut" là, nous sommes retournés au XV ème siècle. La lutte des Lequesnoy contre les Groseille ne fait que commencer. RIC, FREXIT, comme une urgence...
a écrit le 02/04/2020 à 17:55 :
Pris au dépourvu :

L'organisation des transferts de patients est toujours en cours de "rodage" dans certaines régions. Des malades en provenance du CHU de Reims (Marne), de la polyclinique privée Courlancy de Bezannes et de l’hôpital de Châlons-en-Champagne devaient être transférés vers le CHU et la clinique Saint-Gatien de Tours (Indre-et-Loire), mais les autorités sanitaires ont demandé au convoi de faire demi-tour, rapporte 20 Minutes. L'autorisation nécessaire à ce transfert n'aurait pas été validée. Au bout d'une heure de trajet, le chauffeur du bus a donc été invité à rebrousser chemin. "La directrice du CHU a reçu un coup de téléphone lui indiquant qu’il fallait arrêter ce transfert et faire revenir les patients", raconte Arnaud Robinet, maire de Reims et président du conseil de surveillance du CHU.L'Agence Régionale de Santé (ARS) du Grand Est explique que "les échanges interrégionaux [de patients atteints de Covid-19] sont soumis à l’autorisation du centre de crise sanitaire du ministère de la Santé, ce qui n’était pas le cas" pour ce transfert. La régulation des transferts de patients contaminés se faisant au niveau national, ce transfert a donc été retardé. "La doctrine est nationale et déclinée à l’échelon régional.
a écrit le 02/04/2020 à 17:15 :
Cette tribune porte une lourde accusation contre la Cour des comptes, suspectée de trouver que la prévention des pandémies coûte " toujours « trop cher »" et d'être ainsi à l'origine, avec "Bercy", "de graves dysfonctionnements de l'administration et des choix stratégiques discutables" ne permettant pas à la France de réagir efficacement à l'actuelle pandémie.
Ceci est totalement infondé ! La Cour n'a jamais critiqué le fait que la France se prépare à lutter contre une pandémie au motif que cela serait trop coûteux. Au contraire, dans son rapport de 2010 sur l'utilisation des fonds mobilisés pour la lutte contre la pandémie grippale, elle a écrit que "l'acquisition d’importantes quantités de masques (...) s’est avérée pertinente".
Elle l’a rappelé récemment sur Twitter https://twitter.com/Courdescomptes/status/1241709919163777025 et l’a signalé à France Info, qui a rectifié les informations erronées qu’elle avait diffusées à ce sujet (https://www.francetvinfo.fr/sante/maladie/coronavirus/la-cour-des-comptes-dement-avoir-recommande-la-destruction-des-masques-stockes-au-contraire-affirment-les-sages_3879541.html)
Réponse de le 02/04/2020 à 18:59 :
Le rapport de la CIA de 2009 mentionnait expressément le risque de Coronavirus .Celui de la Cour sur les CHU n'a pas envisagé ce drame .Il y a toujours des cloisonnements dans notre organisation .Certains travaillent sur les risques nucléaires ,bactériologiques ,ou chimiques (coucou les barbus) et d'autres constatent que les CHU ont des difficultés de rentabilité .
a écrit le 02/04/2020 à 16:16 :
Moi j'ai une question : ce Professeur Raoult ne sait-il pas faire une étude médicale à la méthodologie incontestable ? Qui n'oppose aucune contestation par ses pairs ? Un virologue aussi mondialement connu, Prof de CHU, doit être capable de le faire !...ou d'en diriger une ? Il y a plein de scientifiques à Marseille qui peuvent l'aider, non ?

Plutôt que de passer son temps à répondre à des interviews ou des coups de fils avec Mélanchon&Co, dont son copain Endeweld?

Ces articles entretenant une polémique totalement inutile en ce moment nous gonflent....
Réponse de le 02/04/2020 à 16:59 :
Je viens de lire un article un petit médecin de New York qu'on appellerait médecin de campagne chez-nous a discrètement a soigné 700 personnes en ajouta une dose de sulfate de zinc et que 2 morts.
Pourquoi prouver scientifiquement quelque chose qui a déjà servi contre l'épidémie similaire précédente heureusement jugulée.
Réponse de le 02/04/2020 à 17:04 :
Pour poser ce genre de question, avez vous au moins lu son CV?
Réponse de le 02/04/2020 à 17:10 :
"Il y a plein de scientifiques à Marseille qui peuvent l'aider, non ?"

Il n'est pas seul:

Yolande Obadia:Elle est la présidente de la Fondation Méditerranée Infection qui «a pour objectif de condenser les moyens de lutte contre les maladies infectieuses».

Expert de la microbiologie, Philippe Colson supervise toutes les «PCR» (polymerase chain reaction), c'est à dire les tests de diagnostic du Covid-19. Il dirige l'ensemble des examens biologiques en laboratoire.

Philippe Brouqui :Infectiologue, il est le chef du service des maladies infectieuses de l'hôpital de La Timone à Marseille, mais aussi le «coordinateur de l'ensemble du pôle». Selon Didier Raoult, Philippe Brouqui est également «en relation directe avec le ministère» pour tout ce qui concerne les «essais et stratégies thérapeutiques».

Bernard La Scola:Virologue, il a «isolé plus de 600 virus» dans le cadre de l'épidémie, selon le Pr. Raoult.

Florence Fenollar est professeure de microbiologie et directrice du Comité de lutte contre les infections nosocomiales (Clin) de l'Assistance publique - Hôpitaux de Marseille (AP-HM).

Hervé Tissot-Dupont:Spécialiste en santé publique ainsi qu’en maladies infectieuses et tropicales, Hervé Tissot Dupont est médecin de l’Assistance Publique-Hôpitaux de Marseille.

Jean-Christophe Lagier: Il dirige le service d'hospitalisation de maladies infectieuses et tropicales et gère ainsi l'ensemble des malades infectés par le coronavirus admis à l'IHU.

Pierre-Edouard Fournier:Médecin biologiste, il dirige la plate-forme de diagnostic moléculaire de l'IHU.

Michel Drancourt est un spécialiste du diagnostic de laboratoire des infections.

Jean-Marc Rolain :Ce spécialiste des antiinfectieux, antibactériens comme antiviraux, teste et étudie différentes molécules afin de déterminer lesquelles sont potentiellement utiles.

Andreas Stein :Médecin biologiste et chef de service, Andreas Stein assure la fluidité du flux permanent des patients,
Réponse de le 02/04/2020 à 17:10 :
Vous êtes comme d' habitude totalement à la rue dans votre empressement de rejeter sur ordre la méthode D. Roult qui fonctionne, la seule qui fonctionne pour le moment à condition de la prendre à temps.

La méthodologie du D Raoult, hydroxychloroquine + azithromycine coûte 20 E contre 200 E contre la suggestion olé olé du service de santé. Voilà son environnement.


IHU Marseille
Procédure de sécurisation de la prescription du traitement hydroxychloroquine/azithromycine
Accueil Procédure de sécurisation de la prescription du traitement hydroxychloroquine/azithromycine
1 avril 2020
L’association d’hydroxychloroquine et d’azithromycine est proposée dans le traitement du COVID-19. Dans la mesure où cette association pourrait conduire à des allongements de l’intervalle QT et donc à des torsades de pointes (arythmie ventriculaire maligne), il a été décidé à la demande de l’équipe du Professeur Raoult de mettre en place dans l’urgence une procédure pragmatique de sécurisation de cette prescription.



Nous avons pratiqué de façon systématique un électrocardiogramme à tout patient COVID-19 candidat au traitement et, en cas de prescription, nous avons répété l’électrocardiogramme après deux jours de traitement.

A ce jour, les patients concernés étaient tous les patients consécutifs traités pour COVID-19 par l’équipe du Professeur Raoult, soit en ambulatoire soit en hospitalisation conventionnelle.
L’intervalle QT a été mesuré sur le premier électrocardiogramme et corrigé selon la formule de Bazett

Les recommandations étaient les suivantes :

* Autorisation de prescription si le QT corrigé était inférieur à 460 ms
* Discussion au cas par cas du bénéfice-risque en cas de QT corrigé 460 ms et 500 ms
* Contre-indication en cas de QT corrigé supérieur ou égal à 500 ms.
* Indépendamment de la valeur du QT corrigé, une liste de médicaments pouvant allonger l’intervalle QT était fournie aux prescripteurs afin d’éviter toute co-médication avec l’un de ces médicaments.
* Par ailleurs, en cas de doute, il était recommandé de contrôler la kaliémie du patient.
* Enfin une « hot-line » était mise en place entre infectiologues et cardiologues pour traiter les problèmes au plus vite

Actuellement, sur un nombre conséquent d’électrocardiogrammes avant prescription (plus de 500), le traitement n’a été contre-indiqué que dans des cas exceptionnels. Le traitement n’a été ensuite arrêté pour raison cardio-vasculaire qu’encore plus exceptionnellement.

Le suivi strict des patients par l’équipe du Pr Raoult n’a pas révélé d’événement clinique significatif.

Ces observations préliminaires sont de nature à rassurer les prescripteurs sur la sécurité d’utilisation de cette association médicamenteuse dans le contexte épidémique menaçant que nous connaissons.

Service de cardiologie, Pr Deharo
Hôpital La Timone, AP-HM
Réponse de le 02/04/2020 à 17:32 :
Réponse à Bouli et Lachose....
ça sert à rien de faire des copié collés de textes connus, rien dans ces textes n'indiquent l'efficacité incontestable de la Chloroquine sur le Covid-19 par rapport à d'autres molécules....
Une étude scientifique et médicale doit être incontestable dans sa méthodologie, reconnue par ses pairs car duplicable. Pour le moment, aucune autre équipe n'a confirmé formellement avec une étude sérieuse ce qui est fait à Marseille.
C'est indécent d'en faire un plat politique.
Réponse de le 02/04/2020 à 18:00 :
Je vais être très brutal. Pour autant que je le sache une étude scientifique incontestable dure des mois.
Raoult a donc fait ce qui est faisable en si peu de temps: Une évaluation et un rapport.
Après si vous vous voulez comparer vous pouvez sauter d'un avion et n'accepter d'ouvrir le parachute que le fabricant vous aura envoyé le test de conformité du parachute. Autre solution, vous tirez sur la poignée en espérant que le parachute a été bien préparé et qu'il va marcher.

Raoult nous dit c'est une piste interessante ca vaux le coup de l'utiliser en l'absence de contreindication et d'autre alternative.
Aprè si vous voulez des résultats bien propres vous pouvez demander au virus de bien vouloir se mettre en pause, mais quelque chose me fait dire que celui-ci risque de ne pas nous écouter.
Il ne s'agit pas de science, il s'agit de commander en temps de crise et ca, ca ne se fait pas en ouvrant les parapluies.
Je ne dirais que le second mot de mon évaluation: ... molles.
Réponse de le 02/04/2020 à 18:04 :
@Leloup 17.32 Les CHU, les pays qui appliquent ou répliquent la méthode Raoult obtiennent les mêmes résultats y compris la Chine quand le malade est pris à temps et vient d' être diagnostiqué porteur. La seule méthodologie contestable de la part des services de santé est d' appliquer ce traitement quand le malade s' est aggravé, alors qu' il est trop tard, c' est français ou pas .....? Si ce gouvernement en retard sur tout et qui est la risée de la presse asiatique ( je peux vous le sourcer) avec ce débat surréaliste autour de la chloroquine voulait prouver l' échec du traitement Raoult, il ne s' y prendrait pas autrement. Les français l' ont compris.
Réponse de le 02/04/2020 à 18:52 :
@Leloup

Je te rappel que ta question était :
"Il y a plein de scientifiques à Marseille qui peuvent l'aider, non ?"

Je t"ai donc répondu sur ce sujet point et non sur :
"rien dans ces textes n'indiquent l'efficacité incontestable de la Chloroquine sur le Covid-19 par rapport à d'autres molécules...."
Faut lire.
Réponse de le 02/04/2020 à 19:42 :
Réponse à Rémi, Bouli et les autres...

On est d'accord sur une chose, l’étude faite à Marseille est parcellaire et incomplète, même si elle a été faite par l'une de meilleure équipe de virologues au monde.
Et vous engagez la politique sanitaire d'un pays tout entier, politique qui va couter des centaines de milliards sur une étude parcellaire unique ?

C'est vraiment vous les amateurs !!!!

Rémi, sautez pas trop " brutalement", vous pourriez vous faire mal....
Réponse de le 02/04/2020 à 20:18 :
@19.42 Tu peux choisir de mourir si tu ne veux pas de RAOULT, je suis depuis le début pour, les chinois ont été traité, on ne va pas rererererelister tous les pays qui l' utilisent avec succès, ni refaire le match en augmentant les morts, , on ne va pas en faire des stères pendant une nuit.
a écrit le 02/04/2020 à 15:45 :
Logique puisque par définition, la reproduction des élites et l'endogamie fait qu'il n'est pas possible de voir, car la vision c'est l'expérience, le lien avec la population, la maîtrise de l'économie et surtout sa déclinaison sociale.

A force d'avoir fabriqué des clones, du coup entre eux a par se manger pour le pouvoir, il ne sont pas capable de grand chose d'autre!

Cela permet en temps de crise que la réalité ne ment pas, elle est l'image des séquences actuelles.

Les technoclones qui pour se défausser de leurs responsabilités sont capables d'avoir la critique facile sur les gniakwés ou les italiens tout en leur sucrant les masques qu'ils ont commandé par les suédois....

La prétendue élite qui n'a rien vu, alors que nous le savons depuis un moment!
Donc expliquer que personne n'aurait fait mieux, c'est toujours un cloaque de la pensée qui n'enlève pas l'incapacité de ceux qui prétendent et disposent du pouvoir.

La fuite en avant dans l'affairisme est la démonstration de tout cela, la confusion entre étique et intérêts personnels nous font comprendre aussi le problème le jour ou celui ci viendra d'une centrale nucléaire!

Et comme on peut le constater, les premiers a tailler la route sont ceux qui se supposent supérieurs, sans doute dans l’accaparement de l'état a des fins d’intérêts personnels ou amicales....

Et comme la pensée française se résume en un format d'élite que Bonaparte a fabriqué dans le temps et dans l'espace, l'irresponsabilité et la non prise d'initiative caractérise tout cela a la fois.

Comme dans une boite techno dans laquelle j'étais et ou il fallait envoyer les managers que l'on vient de nommer en formation manager ....

Alors, comme la fuite en avant se constate dans le non respect par le garant du pouvoir de la constitution, du coup nous avons l'inculture l'inhumanisme et la crétinerie visible.

Non pas simplement sur la gestion de la crise, mais simplement que tout pouvoir qui s'est reproduit endogame a finit par tomber puisqu'il est l'intérêt de quelques uns!

Le "en même temps" est l’institutionnalisation de la non décision et de fait au fur et a mesure que l'élite endogame se reproduit, la peur de la prise de décision devient de plus en plus forte !

L’allégeance aussi du fait. Une élite d'état derrière lequel l'identitaire est la clef pour comprendre pourquoi l'incapacité de savoir regarder l'autre autrement que par de la condescendance lié a l'ignorance.

Lorsque vous êtes multiculturel par l'apprentissage des cultures, vous comprenez a ce niveau de caducité qu'il ne reste que la com, et rien dans l'économie du pays a postériori.

Ce qui est marrant, c'est que ce sont les mêmes qui sont une aide a la gestion qui a présent sont le pouvoir.... Et après tant d'études et des moyens colossaux, finalement pour découvrir le cas eugénisme institutionnel !

A ce point que physiquement aussi ils se ressemblent tous, o diversité masculiniste et sans aucun contenu de fond.

Alors finalement j'ai passé assez de temps a le dire, que de l'avoir eu dans des boites de développement c'est pire que tout !

ça tourne a 10 0000 boules par mois, mais ça veut aller chercher le gosses a 16h30, faire rentrer sa femmes avec un salaires similaire et avoir un petit chèque a la sortie lorsqu'il y a une nouvelle opportunité de cooptation.

A votre avis, pourquoi il y a des primes pour coopter les collègues scolastiques?

Alors a la fin vous avez des enfants, sans culture et sans lien humain qui prétendent a une économie qu'il ne connaissent pas et dont les résultats sont la preuve de cette réalité....

Et comme je sais de la ou je parle, des infos et des savoirs faire que j'ai pu obtenir, heureusement que j'ai financé mes études, cela m'a permit de comprendre que lorsqu'un politique dit quelque chose avec du pouvoir, il faut savoir donc a travers son réseau lire l'interprétation...

C'est l'histoire du mulot et la Guyane est une ile ...
Réponse de le 02/04/2020 à 19:51 :
Votre texte est prodigieusement bien écrit et décrit avec justesse l'entre-soi de nos élites .
Je suis du même avis que vous sur les premiers paragraphes mais est-il possible,en France ,de faire autrement?
a écrit le 02/04/2020 à 15:29 :
Très très bon article c'est un bonheur de lire de vrais journalistes concencieux et très professionnels .
a écrit le 02/04/2020 à 15:03 :
Tout est dans ce texte:
""Depuis 2005, le principe de précaution (PP) est inscrit dans la Constitution française à l’article 5 de la Charte de l’environnement. Celui-ci dispose que « lorsque la réalisation d'un dommage, bien qu'incertaine en l'état des connaissances scientifiques, pourrait affecter de manière grave et irréversible l'environnement, les autorités publiques veillent, par application du principe de précaution et dans leurs domaines d'attributions, à la mise en œuvre de procédures d'évaluation des risques et à l'adoption de mesures provisoires et proportionnées afin de parer à la réalisation du dommage » (Charte de l’environnement)."
Pourquoi n'a-t-il pas été appliqué, ou bien à quoi cela a-t-il servi de l'écrire sans l'appliquer.
Réponse de le 02/04/2020 à 18:05 :
Ca a été parfaitement applique: "grave et irréversible l'environnement"
L'humain n'est pas considéré comme l'environnement, mais comme la source du dommage à l'environnement.
Ca fait quoi de valoir moins qu'un papillon?
a écrit le 02/04/2020 à 14:46 :
Pire encore qu'un gouvernement incompètent il y a une administration calamiteuse, ingérable, hypertrophique, sans sens de responsabilité individuel et capacité d'initiative.
Pire encore que l'administration il y a des journalistes superficiels. qui jugent sans rien comprendre.
a écrit le 02/04/2020 à 14:42 :
Accuser ne sert à rien. La responsabilité doit etre partagée par tous les hommes politiques qui ont été au pouvoir durant ces 30 dernières années, et également par une bonne partie de la population.
Il y a un discours récurrent en France : On est les champions du mondes des dépenses sociales (cela comprend la santé) et nous payons trop de charges. On aimerait tous en payer un peu moins. Conséquence les gouvernants essayent de réduire les dépenses sans vraiment y parvenir mais cela se ressent fortement sur le fonctionnement des services publics et en particulier l’hopital.
Pour le problème des masques, effectivement on en manque. Mais quand on regarde à la TV comment portent les masques ceux qui en ont, on a un sérieux doute sur leur efficacité. Exception pour les soignants qui eux ont été formés. J’ai vu des gens portés des masques sans recouvrir le nez, l’écarter pour voir leur bouche et sourire. Comment procèdent-ils pour l’enlever ? Est-ce qu’ils le remplacent régulièrement
Normal que Sanofi soutienne D. Raoult, en tant que fabricant ce serait une très bonne affaire
Réponse de le 02/04/2020 à 16:18 :
....La responsabilité doit etre partagée par tous les hommes politiques qui ont été au pouvoir durant ces 30 dernières années, et également par une bonne partie de la population.....

Si tout le monde est responsable, alors c'est que personne ne l'est?

Il y a pourtant des raisons très identifiées à la crise du système de soins français.

1°) le numerus clausus. Le nombre de candidats admis en médecine a chuté de moitié entre 1979 et 1999, passant de 8500 à 3750, en dehors de toute logique démographique et technique.

2°) la tarification à l'acte, qui oblige les hôpitaux à sélectionner leurs clients et privilégier la rentabilité plutôt que la qualité et la sécurité, sachant que certains actes n'ont jamais été revalorisés en 10 ans.
Avant 2007, la moitié des ressources des hôpitaux provenait d'une enveloppe globale de fonctionnement. Après 2007, c'est devenu 100% T2A, sans logique encore avec le fait qu'un hôpital a des frais fixes.

3°) la réforme 2009 (Loi Bachelot) a mis les hôpitaux sous la tutelle de fonctionnaires formés comme des directeurs financiers de multinationale, avec des méthodes de management à l'américaine et de gestion inspirées du toyotisme, qui ne laissent aucune marge. Sauf que les humains et les pandémie, ça n'est pas des caisses de bagnoles.

Le tout sur un fond d'austérité permanente imposée par la tutelle politique qui voit la santé publique comme un coût et pas comme un bien commun à préserver.

Toutes ces choses sont identifiées et datées. Avec un peu de peine, vous pourrez facilement mettre des noms derrière les décisions politiques.
Réponse de le 03/04/2020 à 1:08 :
Dans votre réponse vous citez un certain nombre d'exemples qui ont conduit à la crise du système de soins. Je suis d'accord avec vous sur tous ces exemples et leurs conséquences. Ces exemple démontrent bien qu'il y a un grand nombre de responsable a la fois des politiques mais aussi d'une partie de la population.
Prenez par exemple le numerus clausus. A l'origine c'est une demande des syndicats de médecins pour limiter la concurrence.
Dans de nombreuses régions on manque de médecin mais là ou il fait bon vivre ils sont trop nombreux.
Et que dire des médecins qui exercent comme intérimaires. Ils sont beaucoup mieux payé que ceux qui sont salariés par un hopital. Ils coutent trés cher aux hopitaux et au système de santé. Ces couts limitent les investissements des hopitaux.
la tarfication à l'acte est une immense erreur
Et à la base de tout cela nous sommes aussi responsables car on veut payer moins de charges et d'impots.
a écrit le 02/04/2020 à 13:58 :
Excellente analyse qui résume à 100% mes pensées.
A diffuser largement (ce que je ne manquerai pas de faire).
Mais où va l'argent de nos impôts???
En espérant que cette crise soit une occasion pour notre pays de se réinventer et ne plus confier le pouvoir et les décisions stratégiques à cette caste bureaucratique parisienne incompétente.
a écrit le 02/04/2020 à 13:58 :
Tres bon article mais vous oubliez que les choix entre rigueur financiere et dépenses de santé ne sont que le résultat d'arbitrages dont la source est, comme toujours, oubliée par l'ensemble des francais.
A force de systematiquement faire le choix du "plus de loisirs / moins de travail" (35 heures, RTT...) pendant les 30 dernieres années, on a oublié que la capacité financiere d'un pays a supporter son systeme de santé (et autres dépenses sociales) serait a terme affaiblie par le manque de création de richesse que ce choix ne pouvait qu'engender...
Il est plus facile de blamer ses dirigeants que de se regarder dans un miroir et de prendre ses responsabilités pour les choix de société que nous avons tous, collectivement, fait...
Réponse de le 02/04/2020 à 14:49 :
La destruction des stocks de masques n'est pas due aux 35 heures !!! L'affaiblissement des sommes versées aux hôpitaux non plus. S'il y a eu manque de de création de richesse , c'est essentiellement la faute des gouvernements successifs qui ont considéré l'industrie comme inutile facilement délocalisable tout en gardant la main mise sur la TVA. Miser tout sur des services qui ont affaibli le pouvoir d'achat de la population, sans créer de la valeur ajoutée a accru cette dépendance aux productions étrangères en grande partie réalisée par des entreprises françaises pour notre propre marché avant tout. Pour contrecarrer cette externalisation de notre production, il fallait imposer sur le chiffre d'affaire réalisé sur ces produits pour le marché français. Libre aux producteurs français de fabriquer à l'étranger pour ces marchés extérieurs afin d'assurer la compétitivité vis à vis de nos concurrents. Cela aurait peut être permis aux producteurs français de relocaliser ici, leur production pour le marché national.
Réponse de le 02/04/2020 à 14:50 :
Sur la vraie cause du sous-investissement et du sous-financement de l'hopital (35h, allocations. transfers sociaux, plethore d'administratifs non operatifs dans la fonction publique...) vous avez raison à 100%. Les français doivent se regarder dans un miroir et ils verront les responsables de leurs situation.
Réponse de le 02/04/2020 à 15:48 :
Certes nous avons collectivement une responsabilité, néanmoins depuis 30 ans, nous avons tout les ans de la croissance, malgré le 35h.
Et nous avons perdu de nombreux droits, chômage, retraite, hôpitaux, mais aussi revenu.
Comment peut on expliquer que les services régressent, mais que le pays est en croissance de 0,5% à 2% selon les années?
Ou est passé cet argent , apparemment pas redistribué, car les revenus stagnent ni investi dans nos hôpitaux.
Et c'est là que vous faites une erreur, en opposant des catégories (indépendants, employés, chômeurs, libéraux, retraités, fonctionnaires) qui souffrent toute de cette situation. Chacun d'une manière différente, mais néanmoins bien réelle.
Réponse de le 03/04/2020 à 9:20 :
Expliquez nous donc comment les 35h expliquent que les personnels des hôpitaux sont plutôt à 45h/sem voire 70h pour certaines spécialité (et ce, avant la crise...)?

Ce seraient les 35h qui auraient détourné les soignants de la fonction publique hospitalière?.... un salaire trop élevé?..... de trop bonnes conditions de travail?.... un excès de RTT?
a écrit le 02/04/2020 à 13:38 :
Excellent papier à diffuser amplement.
Mais il faudra bien que tous ces politiques et leurs technocrates rendent des comptes: il devrait bientôt y avoir beaucoup de places libres dans la haute administration. Dommage que nous manquions de places en prison!
Réponse de le 02/04/2020 à 13:54 :
"Dommage que nous manquions de places en prison! "

Ca va venir:


Plusieurs milliers de détenus ont quitté leur cellule ces derniers jours. Pour enrayer la propagation de l'épidémie de coronavirus dans les prisons françaises, 3 500 d'entre eux ont été libérés depuis le début des mesures de confinement, a annoncé la ministre de la Justice Nicole Belloubet au JDD.
Les prisonniers concernés ont tous moins de deux mois de détention restants à purger et n'ont pas été condamnés pour un crime, des actes liés au terrorisme ou des violences conjugales. Ils seront « assignés à domicile et seront réincarcérés s'ils ne respectent pas les obligations du confinement », précise la Garde des Sceaux.
a écrit le 02/04/2020 à 13:32 :
les technocrates ne sont que la petite partie de l'énorme bureaucratie qui structure toutes nos administrations . est-il raisonnable d'attendre de ces organisations faites et habituées à ronronner lentement dans des environnements de flux laminaires , une quelconque adaptabilité ,agilité ,créativité , lorsqu'elles sont brutalement confrontées à un changement générateur de flux turbulents ?
la gestion administrative de la crise du coronavirus retenue par le politique prouve bien que ce choix n'est pas le bon . Lenteur des diagnostics sur la propagation et l'évolution de l'épidémie , indécision sur la stratégie à adopter entre mesures de prévention massives et organisation de structures curatives ,communication erratique sur les comportements à adopter par la population ,ont conduit à des choix subis qui s'avèrent catastrophiques pour l'économie et la vie quotidienne d'une majorité de gens sans pour autant lever les menaces sur l'étendue et la durée de l'épidémie .
une anecdote révélatrice de la faiblesse administrative : article dans un journal régional sur un Laboratoire d'analyses médicales qui indique attendre une livraison de "tests" covid-19 ....bloquée en douane . ( sans doute en attente de dédouanement )
a écrit le 02/04/2020 à 13:30 :
les technocrates ne sont que la petite partie de l'énorme bureaucratie qui structure toutes nos administrations . est-il raisonnable d'attendre de ces organisations faites et habituées à ronronner lentement dans des environnements de flux laminaires , une quelconque adaptabilité ,agilité ,créativité , lorsqu'elles sont brutalement confrontées à un changement générateur de flux turbulents ?
la gestion administrative de la crise du coronavirus retenue par le politique prouve bien que ce choix n'est pas le bon . Lenteur des diagnostics sur la propagation et l'évolution de l'épidémie , indécision sur la stratégie à adopter entre mesures de prévention massives et organisation de structures curatives ,communication erratique sur les comportements à adopter par la population ,ont conduit à des choix subis qui s'avèrent catastrophiques pour l'économie et la vie quotidienne d'une majorité de gens sans pour autant lever les menaces sur l'étendue et la durée de l'épidémie .
une anecdote révélatrice de la faiblesse administrative : article dans un journal régional sur un Laboratoire d'analyses médicales qui indique attendre une livraison de "tests" covid-19 ....bloquée en douane . ( sans doute en attente de dédouanement )
a écrit le 02/04/2020 à 13:23 :
Marina Carrère d'Encausse, animatrice de télévision et médecin, a reconnu que les autorités avaient menti en disant que les masques n’étaient pas efficaces contre le coronavirus. Ce mensonge a été formulé délibérément pour «une bonne cause», notamment, pour les réserver au personnel soignant, a-t-elle déclaré à Europe 1.. Etonnant, non, mourir pour une bonne cause, ça faisait longtemps que l' homme de base chair à canon des bonnes guerres n' en avait été farci ...?
a écrit le 02/04/2020 à 13:10 :
Haha, ce Marc Endeweld avance masqué...peut-être pourrait-il nous dire dès le départ qu'il est un mélanchoniste notoire et un critique acide de Macron depuis des années....
Un peu de transparence me semble nécessaire par les temps qui courent, comme le DR Prudhomme qu'on voit si souvent sur BFM, LCI, A2...etc tirer à boulets rouge contre le gouvernement et qui appartient à la CGT....

Peut-être pourrait-il laisser les médecins faire leurs boulots, après tout, le Pr Raoult, Virologue mondialement connu pourrait passer un peu plus de temps à rédiger correctement ses rapports de test de Chloroquine, il doit savoir le faire, de telle sorte que ses collègues lui disent : bravo, belle étude, méthodologiquement incontestable ! Plutôt que de passer son temps à répondre à des interviews...

Laissons la médecins faire leurs travail et les politiques en dehors de tout cela...Mélanchon et Le Pen se sont emparés du sujets, ils sont pas médecins, et devraient être plus modestes en ce moment.

Sinon, Mr Endeweld, pouvez vous nous parler de la superbe préparation et des moyens extraordinaires dont disposent les hôpitaux Vénézuéliens en ce moment ?
a écrit le 02/04/2020 à 13:07 :
Très bon article sans langue de bois. La bureaucratie est mise à mal à juste titre.
Le mépris du public pour le privé, la gabegie administrative, les décisions ineptes, c'est elle!
Espérons que ça servira de leçon pour l'avenir.
a écrit le 02/04/2020 à 13:06 :
La France énerve la Suède, plus belle l' UE ...!

La société Mölnlycke a fait transiter par la France des masques qu’elle comptait rediriger en partie vers l’Espagne et l’Italie. Mais au nom de la réquisition des stocks de matériels médicaux en France pour lutter contre l’épidémie de Covid-19, ces masques ont été saisis le 5 mars dernier.

L’affaire tombe mal en pleine épidémie du Covid-19 en Europe. La France a réquisitionné le 5 mars un stock de quatre millions de masques appartenant à une entreprise suédoise, révèle L’Express mercredi 1er avril 2020.


Or, la moitié de ces masques devait être redirigée ensuite vers l’Espagne et l’Italie, pays durement touchés par la propagation du coronavirus.

Comment peut-on en pleine crise Covid se permettre de déshabiller Paul pour habiller Jacques après avoir installé la pénurie par l' incurie en France ?
a écrit le 02/04/2020 à 13:03 :
Excellent papier ! Un des plus professionnels lus depuis 15 jours sur le sujet du coronavirus. Je rappelle que dans le système français les fonctionnaires ne sont ni responsables de leurs actes, ni condamnables au pénal.
Grâce à mitterrand, aux termes de la loi Le Pors de 1983, article 11, les fonctionnaires ne sont ni civilement ni pénalement responsables. Ils sont statutairement irresponsables de leurs actions ou inactions dans l’exercice de leurs fonctions. Ils ont le pouvoir, mais aucune responsabilité.
Nos dirigeants ne sont pas incompétents, ils sont irresponsables. Juridiquement.
a écrit le 02/04/2020 à 13:00 :
Parfait! Votre article résume parfaitement notre situation. Constat accablant, mais sans appel. Étonnant de trouver une telle lucidité dans un journal spécialisé sur l'économie, plutôt que la santé publique.
Aujourd'hui l'IHU méditerranée annonce que sur 1677 patients traités avec le protocole Raoult, qui ne se résume pas à l'hydroxychloroquine, ils n'on eut à déplorer que 2 décès.
a écrit le 02/04/2020 à 12:50 :
Le professeur Raoult demande que l'on prenne son anti viral le plus tôt possible et que fait le gouvernement, il l'autorise qu'en cas de complications majeures. N'importe quoi!
Par ailleurs, Macron se montre à la TV , mais depuis 2 ans, les infirmières, professeurs, Médecins l'alertent sur l'état de déliquescence des hôpitaux . Pas de tests, pas de masques, on a vraiment des décideurs publics au top niveau.
a écrit le 02/04/2020 à 12:39 :
Le rôle premier, constitutionnel de l'état, est d'assurer la Sécurité des Citoyens .
Ce derniers gouvernements ont (et continuent) massacré l'hôpital publis, dans le but ultérieur de le privatiser (ainsi que la Sécu), cela par aveuglement idéologique .
Force est de reconnaître que le néo- libéralisme est meurtrier
a écrit le 02/04/2020 à 12:34 :
Article intéressant, de toute évidence l'on ressent la jouissance extrême de son auteur,
la bureaucratie le mal français, mais le libéralisme débridé à la trump, le pied!
a écrit le 02/04/2020 à 12:32 :
Article intéressant, de toute évidence l'on ressent la jouissance extrême de son auteur,
la bureaucratie le mal français, mais le libéralisme débridé à la trump, le pied!
a écrit le 02/04/2020 à 12:32 :
La gestion du gouvernement n'est certainement pas parfaite. le système est probablement perfectible depuis des années. Il est cependant de très mauvaise foix de mener un procès uniquement à charge avec des approximations pareilles:
1- l'Allemagne est en confinement en bonne et du forme
2- La ville de New-York, qui n'est pas d'une petite contribution dans le PIB américain est en confinement et surchargée
2- la vague sanitaire sature TOUS les systèmes de santé nationaux qui n'ont de toutes façons pas été dimensionnés pour cela
3- Même avec le meilleur système de santé du monde, il y aurait des victimes, c'est malheureusement la vie
Réponse de le 02/04/2020 à 13:08 :
Pourtant la liste est longue des pays qui touchés avant nous, ont sans conteste mieux réagit. La Corée du sud, Taïwan, Hong Kong et le Japon. Je ne parlerait pas de la Chine, car il est difficile d'avoir des informations indépendantes. Quant au différentiel entre l'Allemagne et la France, il est tout aussi évident. L' Allemagne a des masques, des tests fiables, des lits en réanimation en beaucoup plus grand nombre que la France. Pour que notre système de santé soit tombé si bas, il a fallut les efforts conjoints de ces politiques et responsables qui plastronnent aujourd'hui dans les media et font tout pour empêcher l'utilisation du seul traitement qui porte quelque espoir.
Réponse de le 02/04/2020 à 17:08 :
@arjuna : On est limite dans le complotisme là. Contrairement à ce que prétendent certains, des procédures et protocoles existent. La décision même, prise relativement rapidement au regard des autres pays, de confiner strictement la population même au prix d'un coût économique énorme relève bien de la volonté de sauver un maximum de vies. On n'empêcherait pas 'par principe' l'utilisation d'un traitement qui peut sauver des vies!
C'est la crise, bien sûr que c'est la m***e, mais chercher à miner nos autorités et administrations en ce moment précis, c'est vraiment pas une bonne idée. Croire que la France serait une exception me semble une erreur : les lits, les masques,... tout manque partout.
Oui, c'est vrai que les doctrines mises en place dans certains pays asiatiques, issues notamment d'un apprentissage dans la douleur face au SRAS, ont été efficaces. Mais ces gouvernants n'étaient pas des génies, ils ont appris. C'est ce qu'on est en train de faire.
a écrit le 02/04/2020 à 12:31 :
Article intéressant, de toute évidence l'on ressent la jouissance extrême de son auteur,
la bureaucratie le mal français, mais le libéralisme débridé à la trump, le pied!
a écrit le 02/04/2020 à 12:25 :
Enfin un article honnête et sincère qui expose la réalité que tout le monde constate; Kouchner qui dit que le gouvernement fait bien son travail c'est honteux et qui n'a de raison que la corruption et le copinage. A quand un procès en place publique (retransmis à la TV) de tous ces acteurs qui sont responsables de milliers de morts et du confinement? Malheureusement, le système est plus fort et, comme pour le sang contaminé, quelques postes vont changer mais les salaires bien gardés. Et les français continueront à voter pour ces incapables corrompus (Martin Hirch, c'est intéressant de l'avoir cité dans l'article, n'avait il pas la responsabilité de bâtir un vrai plan d'urgence et d'avoir des masques dans les 38 hopitaux de l'APHP, c'était écrit dans la loi). Il a 20000€par mois de salaire pour faire des réunions insipides. Pour Les labos.... no comment etc... merci pour l'article.
a écrit le 02/04/2020 à 12:06 :
La France s'est déjà trouvée dans cette situation .Au début de la guerre de 14 ,la défaite était certaine car la stratégie datait de Napoléon .Puis comme souvent , après la retraite ,le sursaut des soldats a permis la victoire de la Marne .Ce sera pareil avec cette épidémie .Les millions de sans - grade ,par leur dévouement et leur sacrifice ,gagneront la bataille .Les Français ont des ressources et beaucoup sont solidaires. Espérons que les populistes de droite ou de gauche ,qui ne proposent rien de sérieux ,resteront dans leurs grottes .
Réponse de le 02/04/2020 à 12:33 :
"Les millions de sans - grade ,par leur dévouement et leur sacrifice ,gagneront la bataille" On aurait préféré que ce gvt qui avait préalablement plombé l' hôpital public pour répondre à la privatisation rampante du secteur voulue par les GOPE de Bruxelles ou feuille de route à Macron ne prenne à minima pas 3 semaines à un mois de retard dans la gestion de la crise. Pour le reste, oui nous faisons confiance à nos médecins qui prodiguent un travail aussi compétent qu' harassant contre la pandémie..
a écrit le 02/04/2020 à 11:45 :
Il faudrait s'interroger sur les motivations de tous ceux qui tirent à boulets rouges sur le gouvernement. Quid de la fiabilité des paroles de tous ces médecins dont les propos reviennent sans arrêt dans les médias. Quelle crédibilité donner aux propos et aux graves accusations prononcés par le Dr Christophe Prudhomme, délégué CGT habitué à critiquer le gouvernement depuis longtemps ? Il n'est malheureusement pas le seul ce cas et ces gens là ferait mieux de faire leur travail auprès des malades plutôt qu'à passer une partie de leur temps sur les plateaux de télévision.
Réponse de le 02/04/2020 à 12:17 :
Quells sont les votres pour protéger l'exécutif , alors qu'il n'apris aucune mesures avant le 14 Mars , tout le monde en est conscient , on a regardé venir une peite grippette et s'est aperçu qu'il s'agissait d'un monstre pandémique . Parlons des matches de football , des réunions dans l'Est , les élections et les retours des familles franco-Chinoises par l'armée , contaminant ainsi son personnel du val d'Oise . Et ce n'est qu'un élément , il y a beaucoup d'autres problèmes à leurs reprocher ..
Réponse de le 02/04/2020 à 12:27 :
Vous êtes en France ou sur Mars? Il suffit de vivre ce que vive les Français pour se rendre compte de l'incurie de nos gouvernants. Les respirateurs mi Mai pour les vendre à l'Afrique qui sera dans la phase montante de la maladie mais surement pas pour les français, ce sera trop tard.
a écrit le 02/04/2020 à 11:44 :
On ne peut effectivement être satisfait des résultats de l'"action" gouvernementale: objectivement, et en étant plutôt favorable au Président, je crois que c'est tout simplement désastreux. Et je crois aussi que si le management de la crise revient au politique, notre administration est clairement défaillante (sans même parler des coûts). Il faudra aussi faire le point de toutes les structures, commissions, organisations et autres conseillers, au niveau national, au niveau européen, et au niveau mondial, pour comprendre leurs inputs. Qui peut dire en quoi ces structures et personnes apportent quelque chose de positif dans la gestion de cette crise? Qui comprend le rôle de l'OMS aujourd'hui, si ce n'est les quelques petites phrases de ses dirigeants pour suivre l'évolution de cette crise sanitaire.. et les politiques qui se sont repliés sur l'approche nationale doivent être aussi dans cette incompréhension... Il va falloir faire le ménage car payer pour ne rien avoir, si ce n'est des disputes dont on aimerait quelles fussent stériles (cette guerre d'égos inacceptable entre Inserm/Ministère et le Prof. Raoult dont il est évident que ses préconisations apportent une solution peut-être pas idéale, mais positive). La chienlit aurait dit le Général!
a écrit le 02/04/2020 à 11:18 :
Marc Endeweld est un anti-Macron depuis des années: comment espérer une analyse impartiale quand on est aveuglé par la haine...
a écrit le 02/04/2020 à 11:17 :
en 2015, le ministre actuel de la santé était rapporteur dune mission sur le financement de l hôpital
en 2016, l actuel DGS qui égrène les morts tous les soirs, disait que la france n était pas prête a un évènement majeur..
nous sommes en 2020.... et ils sont tous les deux aux plus hauts poste de l état...

ayant participé à la politique de santé du candidat Macron...;

sur la Kloroquine, on peut s interroger

sur les masques les sur blouse, les lunettes les gels hydroalcooliques, les respirateurs.... il fut sanctionner... après....

concernant la politique de santé, désastre depuis 15 ans.... en terme d organisation générale du système de soin....de la méthode de sélection des futurs médecins... et du numérus clausus...

on a concentré les hopitaux, et tout concentré sur l hopital.... avec quelques crânes d oeufs, certes très intelligents, mais totalement défaillants
a écrit le 02/04/2020 à 11:16 :
Les technocrates français de ce gvt des GOPE qui suivaient là la lettre la feuille de route de Bruxelles se trouvèrent fort d"pourvus quand Covid fut venu. Le plus grand étonnement vint de l' absence de Bruxelles à participer, jusqu' à hier soir et comme le rapportait F Asselineau dans son billet du jour..

"L’Union européenne se mobilise enfin contre le coronavirus pour aider avec notre argent 6 pays des Balkans non membres de l’UE (dont certains sont gangrenés par les mafias) !"

Alors que les pays du Sud de l’UE, Italie, Espagne, France, submergés par l’épidémie de covid-19 et faute de recevoir de l’aide de l’UE, reçoivent de l’aide médicale de Russie, de Chine et de Cuba, Olivér Várhelyi vient de faire savoir que l’UE a décidé de fournir une forte “réponse à la pandémie de coronavirus dans les Balkans occidentaux”.

Comme les Français payent environ 1/6 du budget de l’UE (sans qu’ils le sachent), les décisions prises par Olivér Várhelyi, commissaire européen hongrois, reviennent très concrètement à ce que les Français payent :
– 6,5 millions d’euros immédiatement
– et 62 millions d’euros à court terme
pour financer les dépenses listées ci-dessus, versées à 6 pays des Balkans occidentaux qui sont gangrénés par les mafias en tout genre et qui NE SONT MÊME PAS MEMBRES DE L’UNION EUROPÉENNE !

Car le fait est là : du fait du manque de respirateurs artificiels en France, les médecins urgentistes en sont réduits à choisir les malades qu’ils doivent laisser mourir ..
a écrit le 02/04/2020 à 11:12 :
Très bon article sur l'état de la France révélé par la crise du coronavirus. Crise bénigne pendant une semaine, elle devient sévère faute de traitement approprié genre chloroquine pour les individus ou distanciation par le port de masque pour la population. Mais nous sommes fin prêts, avec des méthodes bien de chez nous. Pas besoin d'aller voir comment les peuples précurseurs s'en tirent. Quand à nos dirigeants, ce sont les meilleurs, issus du sérail de la fonction publique et des carrières administratives, des fermiers généraux en somme. Les français qui fuient les risques pour eux-mêmes et aiment les précautions qui paralysent, les ont choisi. C'est la faute à Rousseau.
a écrit le 02/04/2020 à 11:00 :
Si on pouvait produire nous mêmes, on aurait moins de soucis. Mais cela suppose de revenir sur des dogmes comme le libre échange, la suppression des barrières douanières, le fait de dire à des milliers d’ouvriers qu’ils ne servent à rien, que seul Paris est productif, etc... Ça signifie en matière géographique redéfinir le lien paris province, se dire qu’il a du sens, mettre à la poubelle les concepts de ville monde qui appartiennent effectivement à la poubelle dès que la situation se complique. Et ça, ça pique... N’est ce pas?
a écrit le 02/04/2020 à 10:38 :
On est toujours plus intelligent après.
Et tous ces articles polémiques pendant que tout le monde se débat dans cette crise, et qu'il y a des gens qui souffrent et d'autres qui meurent sont indécents.
Et c'est facile, en plus : toutes les critiques du gouvernement partent du principe qu'on peut ne prendre que des bonnes décisions.
Les gens qui critiquent n'ont donc pris que des bonnes décisions dans leurs vies.
Ou jamais pris de décisions.
Réponse de le 02/04/2020 à 11:32 :
Absolument OK
Infliger à Macron toute la responsabilité en 32 mois de fonction effective
est caricatural.

Toute la désinvolture des pouvoirs, et le mille feuilles bureaucratiques
s'étalent depuis 39 ans
Réponse de le 02/04/2020 à 12:34 :
Si je suis votre raisonnement, responsable mais pas coupable et la faute aux précédents. Belle manière de se défausser, comme d'habitude, Fabius nous avait fait le coup. Le coup des 3 lettres en management. Les enfants, peu courageux, disent toujours ce n'est pas moi mais l'autre. Ils ont voulu le pouvoir alors il faut assumer, un peu de courage mais Macron, Philippe, ce n'est pas le cas... (ah oui, mettre des amendes et taper sur les manifestants, ça, pas de problème).
Réponse de le 02/04/2020 à 13:00 :
Je vous rappelle que vous êtes en France, un pays où il n'est jamais trop tôt pour ouvrir ce que vous appelez "une polémique", ce que j'appelle un procès en bonne et due forme à l'encontre de nos gouvernants et de la haute fonction publique sanitaire qui portent une immense responsabilité dans ce désastre. Il n'est pas trop tôt parce qu'après la pandémie il sera trop tard, tous les prétextes seront bons pour se disculper et éviter les procès médiatiques au prétexte que c'est du passé et qu'il y a d'autres urgences importantes à traiter comme la dépression économique à venir. Croyez-moi ils sauront étouffer le dossier…
a écrit le 02/04/2020 à 10:35 :
....beaucoup de griefs contre cet exécutif : incompétence , imprevoyance , amateurisme arrogant assortis de griefs encore moins acceptables comme mensonges , communication erratique et dénis !
La gestion d'épiciers comptables ménée depuis des années étale au grand jour ses insuffisances criantes mème si la crise présente est majeure et inédite .
Il faudra passer a la caisse ......a la sortie !
a écrit le 02/04/2020 à 10:30 :
Rien n'a été fait correctement, pas de masques, pas de tests, pas de moyens, financiers ou en personnels,décisions prises à la petite semaine par des incompétents, un entre soi évident, par des hauts, hauts, hauts personnages tous plus intelligents les uns que les autres. De copains en copains on arrive à ces résultats, mais l'heure des comptes va arriver. Allez sur le site plaintecovid.fr, vous pourrez déposer plainte contre ces personnages copains copains.
Réponse de le 02/04/2020 à 11:18 :
Voilà des évènements très improbables comme l'était le coronavirus:

un tremblement de terre de force 7,8 détruit la côte d'azur; 100 000 morts, 100 milliards de coût: reconstruction, pertes économiques

La centrale de Palluel explose, polluant tout le bassin de la Garonne; 1,8 millions de personnes à évacuer, 250 milliards de pertes cumulées sur 10 ans

On peut inventer des tas de scénarios de cet acabit.

Et croyez vous qu'un gouvernement éclairé puisse préparer à tout, pour éviter toute souffrance aux bons petits Français?

Alors ayez la décence de vous taire
a écrit le 02/04/2020 à 10:29 :
Merci Mr le Procureur pour votre intervention vraiment objective !!! J ironise bien sûr. Votre article transpire le manque d objectivité. Il y a des informations intéressantes mais utilisées sans lucidité. Si la France connaît un jour un hiver très dur, avec un territoire sous la neige...direz vous aussi que le Gouvernement n avait vraiment pas pris la mesure du risque en investissant pas suffisant dans des déneigeuses !? On attend mieux comme analyse...
Réponse de le 02/04/2020 à 11:43 :
Ce n'est pas comme si les personnels des EHPAD réclamaient depuis 2017 plus de personnel et de moyen.

Ce n'est pas comme si les urgentistes étaient en gréve depuis plus d'un an.

Ce n'est pas comme si dans le projet de budget 2020 on imposait aux hôpitaux 8 milliards d'économie supplémentaire.

Ce n'est pas comme si le gouvernement avait réduit les impôts des particuliers les plus riches de 8 milliards par an et celui des entreprises de 20.

Voyez vous, on cherche encore les circonstances atténuantes.
Réponse de le 07/04/2020 à 18:50 :
Nous sommes victimes du manque de préparation et du sous investissement massif pendant des décennies. L'industrie française, autrefois glorieuse et triomphante, ne sait plus produire (grâce à De Gaulle). Nous avons littéralement désossé notre outil productif (y compris dans la santé) et nous en payons les pots cassés.

Si un jour nous sommes vraiment attaqué sur notre territoire par un pays adverse et que l'on est plus capable de tirer des missiles parce que tel ou tel composant est fabriqué à l'étranger (ce qui est effectivement le cas pour presque toutes les armes "made in France") , que direz-vous ? Et bien c'est exactement ce qui se passe en ce moment même... Et c'est bien la faute de nos chers hauts (très haut) fonctionnaires qui ont mis en concurrence l'appareil de production national avec celui à bas coût des pays d'Asie du Sud Est.
Réponse de le 07/04/2020 à 18:52 :
Nous sommes victimes du manque de préparation et du sous investissement massif pendant des décennies. L'industrie française, autrefois glorieuse et triomphante (grâce à De Gaulle), ne sait plus produire. Nous avons littéralement désossé notre outil productif (y compris dans la santé) et nous en payons les pots cassés. Si un jour nous sommes vraiment attaqués sur notre territoire par un pays adverse et que l'on est plus capable de tirer des missiles parce que tel ou tel composant est fabriqué à l'étranger (ce qui est effectivement le cas pour presque toutes les armes "made in France") , que direz-vous ? Et bien c'est exactement ce qui se passe en ce moment même... Et c'est bien la faute de nos chers hauts (très hauts) fonctionnaires qui ont mis en concurrence l'appareil de production national avec celui à bas coût des pays d'Asie du Sud Est.
a écrit le 02/04/2020 à 10:16 :
Oui les hauts fonctionnaires sont hors sol. Rien de neuf.

Mais le vrai mal est dans la gestion comptable qui a voulu faire du zéro stock .

Le reste.... un stock pour h1n1 coûtait 2 milliards.... le zéro stock comptable coute au minimum 35 milliards par mois 4 millions de chômeurs et confinement du pays.

On ajoute l absence d innovation dans la gestion de crise....
a écrit le 02/04/2020 à 10:03 :
Face au covid-19, les technocrates français pris au dépourvu

clairement, tout ce que touche le gouvernement Philippe et sa majorité de droite extrême LREM et Modem est généralement très confus, approximatif, souvent "à l'envers" et in finé extrêmement désordonné,

s'ajoute l'arrogance et la violence policière pour imposer les désordres administratifs.

Globalement, c'est la conséquence de ce que Macron soit ne sait pas s'entourer, soit il n'a personne autour de lui de capable ...

... à l'évidence ... les 2 en même temps ...
a écrit le 02/04/2020 à 10:02 :
vous resumez parfaitement que les francais n'en peuvent plus de ce sovietisme inefficace, ou ils payent in fine les pots casses de gens ' qui sortent le parapluie' !!
inactions et mesactions.............
he on attend avec impatience ' responsables mais pas coupables'
fabius doit jubiler a se dire qu'il aura plein d'amis pour partager sa maxime
les boyards ont finis pendus pour moins que ca!
a écrit le 02/04/2020 à 9:56 :
Encore un article à charge contre le gouvernement, les autorités sanitaires, les scientifiques, sauf un. Connaissez-vous un seul pays qui a fait réellement mieux que le notre ? Ne citez pas les pays comme la Chine dont on connait la fiabilité de leurs informations. De plus, chaque pays a ses spécificités en terme de population, d'âges, de mentalité, etc...ce qui fait qu'il est compliqué de tirer des conclusions de chiffres bruts. Evidemment, vous vous aviez tout vu venir, vous aviez tout anticipé. Décidément il y a beaucoup de yakafokon.
Réponse de le 02/04/2020 à 10:14 :
@titou
Ce ne sont pas le connaissances qu'on peut uniquement critiquer, mais leur discours, la morgue, leur façon de ne pas assumer, car ils n'assument rien, se défilent en se retranchant derrière leur"savoir", leur statut, leurs privilèges. Compte tenu que le personnel politique n'a aucune vision de long terme, les catastrophes sont inévitablement au bout du chemin.
Réponse de le 02/04/2020 à 10:15 :
@titou
Ce ne sont pas le connaissances qu'on peut uniquement critiquer, mais leur discours, la morgue, leur façon de ne pas assumer, car ils n'assument rien, se défilent en se retranchant derrière leur"savoir", leur statut, leurs privilèges. Compte tenu que le personnel politique n'a aucune vision de long terme, les catastrophes sont inévitablement au bout du chemin.
Réponse de le 02/04/2020 à 10:36 :
Corée du Sud, Singapour, Taïwan.
Ils avaient des masques, des tests, et tout simplement avaient des plans/stratégies prêts qui n'avaient plus qu'à être activés. En résumé, ils ont mis des moyens dans la santé publique.
Ce n'est pas un hasard si les pays qui subissent le plus sont ceux ayant subi l'austérité de l'eurozone due aux manques de construction de l'euro, ou ceux comme les USA ayant fait des choix de santé collective avec les conséquences à assumer (et probable qu'ils l'assument).

Gouverner c'est prévoir, comme l'on dit. Si vous ne bâtissez pas des scénarios et les plans qui vont avec (ou non si vous êtes prêts à prendre le risque), vous vous retrouvez uniquement en mode réactif (en mode pompier), et là quoi que vous fassiez, ce sera trop tard, et donc critiqué.
Réponse de le 02/04/2020 à 11:14 :
@ Titou.
Oui un pays a fait bcp mieux. Un petit pays de 48 millions de citoyens. Je cite la Coree du sud ou le politique travaille pour le bien-etre de tous.
Ultra liberal et pourtant terriblement efficient pour ce qui concerne la sante du peuple.
La france avec un petit f est aux mains d' arrivistes et vous les applaudissez.
Sortez de votre hexagone corrompu par la corruption des la fin de crise quand votre gvt vous y aura autorise. yakafocon vous meme.
Réponse de le 02/04/2020 à 11:48 :
L'Allemagne, la Suisse, les pays-bas... pour le moment pratiquement tout le monde fait mieux que la France, l'Italie et l'Espagne.

Les trois premiers cités sont des pays pas forcément jeunes, et pour ce qui est de la mentalité, je vais vous dire un secret.... le virus s'en fout d'avoir affaire à des protestants ou à des indhous.
Réponse de le 02/04/2020 à 12:25 :
Oui, je suis un peu d'accord avec Titou, c'est une charge bien facile, en pleine crise, qui est très "politique".
Je suis en désaccord total avec cette idée que le système de santé aurait été désarmé, pour des raisons comptables, au point que la France devienne un "pays sous-développé" en la matière. Dans ce cas-là, qui est prêt à aller dans un de ces autres pays sous-développé?
D'ailleurs, nos dépenses de santé n'ont rien à envier à bien des pays.
La seule chose qu'on pourrait contester est que, du fait de l'ambition de réduire au maximum le reste à charge des patients, le financement de l'hôpital a pu en pâtir.
Mais il faut être raisonnable : 80 Mds € en 2018, 82 Mds € en 2019 et 84 Mds € en 2020 (poste "établissement de santé" de l'objectif national de dépense d'assurance maladie), on ne peut pas dire que le budget du pays sacrifie l'hôpital!
Je rappelle que y'a à peine plus d'un an, plein de manifestants fluorescents réclamaient des baisses d’impôts...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :