La SNCF face à des virages historiques : quel modèle pour demain ?

 |  | 608 mots
Lecture 3 min.
Car nous sommes à un tournant : ce « monde de demain » que beaucoup appellent désormais de leurs vœux va se traduire par un bouleversement de nos habitudes et le train va devoir se réinventer pour prendre - en plus du virage économique qui l'attend - un profond virage sociétal écrit le député Bertrand Pancher, président du groupe Libertés et territoires à l'Assemblée nationale.
"Car nous sommes à un tournant : ce « monde de demain » que beaucoup appellent désormais de leurs vœux va se traduire par un bouleversement de nos habitudes et le train va devoir se réinventer pour prendre - en plus du virage économique qui l'attend - un profond virage sociétal" écrit le député Bertrand Pancher, président du groupe "Libertés et territoires" à l'Assemblée nationale. (Crédits : DR)
TRIBUNE. Président du groupe "Libertés et Territoires" à l'Assemblée nationale, Bertrand Pancher demande la constitution d'une mission d'information parlementaire associant tous les groupes et l'ensemble des commissions sur l'avenir de la SNCF.

La SNCF est un beau vaisseau mais qui aura connu bien des tempêtes ces dernières années et la crise sanitaire qui n'en finit pas n'aura fait qu'enfoncer un peu plus le clou. Le résultat est là : un chiffre d'affaires qui selon les estimations accuserait un recul de 5 milliards d'euros, une marge opérationnelle en perte de 4 milliards d'euros et un reconfinement qui risque aussi de lui coûter cher : d'aucun évoque un milliard d'euros supplémentaire.

Il devient urgent d'anticiper les nouvelles attentes

Malgré tout la SNCF résiste avec agilité et est bien décidée à garder le cap. Elle a ainsi tout mis en œuvre pour assurer un service le plus efficace possible durant les différents épisodes de la crise.

Par ailleurs, son Président Jean-Pierre Farandou, réaffirme régulièrement qu'il ne perd pas de vue la transformation de l'entreprise et commence à poser des jalons en annonçant par exemple vouloir réinventer le TGV et sa logique tarifaire. Il devient en effet urgent d'anticiper les nouvelles attentes des usagers.

Car nous sommes à un tournant : ce « monde de demain » que beaucoup appellent désormais de leurs vœux va se traduire par un bouleversement de nos habitudes et le train va devoir se réinventer pour prendre - en plus du virage économique qui l'attend - un profond virage sociétal.

Lire aussi : Farandou prescrit un train de mesures choc aux lignes qui relient la Normandie à Paris

Le train va retrouver ses lettres de noblesse

D'ailleurs nos concitoyens ne s'y sont pas trompés eux qui en appellent plus que jamais à une remise en valeur d'un réseau secondaire trop longtemps délaissé et pourtant si nécessaire à leur quotidien. Cette attente va, à n'en pas douter, sortir renforcée de la crise sanitaire. Par ailleurs le télétravail rentre enfin dans les usages et va se pérenniser, entrainant un nouvel aménagement du territoire faisant ainsi baisser conséquemment les trajets quotidiens en train, et notamment en TGV. Enfin, il y a fort à parier que le train va retrouver les lettres de noblesse qu'il avait dû céder - ces dernières décennies - à l'avion ou à la route pour les déplacements plus longs de voyageurs mais aussi de marchandises.

Le train et notre société nationale ont donc encore bien des atouts !

Mais pour ce faire, la SNCF devra trouver les moyens de répondre à ses nouvelles aspirations, se réinventer encore et toujours. L'Etat pour sa part devra mettre les bouchées doubles pour l'appuyer conséquemment et sur le long terme : ceci passe indubitablement par des moyens pérennes que nous n'avons toujours pas mis en place, toujours aussi aléatoire et jamais à la hauteur des enjeux.

Répondre à l'ampleur des objectifs qui ont été fixés

Certes l'Etat a repris une partie de la dette SNCF mais cela ne doit pas être confondu avec une recapitalisation ; certes le plan de relance prévoit un effort conséquent pour le rail - pas moins de 4,7 milliards d'euros -mais quid de l'après 2022 ?

Face à autant d'incertitudes, experts et citoyens s'interrogent : comment la SNCF va-t-elle pouvoir répondre à l'ampleur des objectifs qui lui ont été a fixés ? Relance des lignes secondaires, du fret, du train de nuit, renouvellement et rénovation - de grande ampleur - du réseau, ouverture à la concurrence...

Compte-tenu de ce contexte et des enjeux importants pour notre société nationale et le maillage de notre territoire, je demande la constitution d'une mission d'information associant tous les groupes et l'ensemble des commissions, sur l'avenir de notre bien commun, la SNCF.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 23/11/2020 à 10:27 :
Guillaume Pépy aurait du être mis en examen pour les accidents mortels survenus sous sa présidence et pour ses choix désastreux : son tgv jamais à l'heure, peu fiable et au service déplorable sur lequel il a tout misé délaissant totalement les lignes secondaires. Il aura été incapable de copier le Shinkansen japonais et le train à grande vitesse chinois...
a écrit le 23/11/2020 à 10:02 :
On a droit a des titres sous forme de question parce qu'ils n'ont pas de réponse a donner! Nous avons droit a "des commissions" mais c'est toujours la concurrences, soit disant, libre et non faussé qui a le dernier mot!
a écrit le 23/11/2020 à 9:18 :
Merci cela fait toujours du bien de lire un amoureux du train comme la plus grande majorité des français dont c'est le moyen de transport préféré mais qui au noms d'intérêts privés à été copieusement massacré.

On ne reviendra pas sur les 3/4 de nos lignes ferroviaires françaises que nos politiciens ont détruit mais on peut quand même se poser la question de la capacité de nos politiciens d'être en mesure de diriger.
a écrit le 23/11/2020 à 8:41 :
C'est mort-né avec la CGT sud and co au manettes

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :