Avec la crise, l'Etat actionnaire devient l'Etat pompier pour les entreprises stratégiques (Air France-KLM, SNCF...)

 |  | 1507 mots
Lecture 7 min.
Martin Vial,
Martin Vial, (Crédits : REGIS DUVIGNAU)
La crise a modifié la politique actionnariale de l'Agence des participations de l'Etat (APE). Son action en renforcement de fonds propres va se focaliser sur deux types d'entreprises : celles fragilisées par la crise et dont le modèle économique est remis en cause comme Air France ou la SNCF, et celles, également touchées par la crise, mais dont le modèle est toujours valable comme les entreprises du secteur automobile. L'APE dispose d'une enveloppe de 20 milliards d'euros pour intervenir.

Avec la crise, les orientations actionnariales de l'Etat ont changé. La valeur patrimoniale des entreprises de son portefeuille s'écroulant, le temps des cessions de participations a laissé place à des interventions d'urgence pour sauver des entreprises stratégiques fragilisées par la crise. Une vingtaine d'entre elles ont été identifiées par l'Agence des Participations de l'Etat (APE) et sont surveillées comme le lait sur le feu. En cas de besoin de liquidités, elles pourront être aidées rapidement comme l'ont été dès le printemps dernier Air France et Renault.

Lire aussi : La France soutient Air France à hauteur de 7 milliards d'euros : "ce n'est pas un chèque en blanc", dit Le Maire

La doctrine d'investissements change

Résultat : simplifiée en 2017, la doctrine de l'APE en matière d'investissements a été revue. Alors qu'elle consistait pour l'Etat à rester au capital de trois catégories d'entreprises (celles relevant de la souveraineté comme la Défense et le nucléaire, les grandes entreprises de services publics et enfin les entreprises pour lesquelles un soutien était nécessaire, comme Dexia et PSA dans le passé), elle se concentre aujourd'hui sur deux types d'entreprises, a indiqué ce jeudi Martin Vial, le commissaire aux participations de l'Etat, lors d'une rencontre avec la presse : "celles dont le modèle est profondément et durablement impacté ou modifié par le Covid-19" comme le sont Air France, ADP ou la SNCF, et "celles qui ont certes été très frappées par le Covid, mais dont le modèle économique n'est pas remis en cause, comme le secteur automobile", a-t-il expliqué.

Renforcer les fonds propres

Pour les entreprises de la première catégorie, l'Etat est prêt à jouer les pompiers. Sa politique actionnariale se focalisera sur...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :