Larry Summers  : "Je vous l'avais bien dit"

CHRONIQUE. Dans une tribune au Washington Post, Larry Summers dénonce les 5 critères que la Fed avait mis en avant pour plaider l'inflation transitoire. En passant, il nous rappelle qu'il nous l'avait bien dit. Mais il tombe dans un piège philosophique classique : le problème de Gettier... Par Karl Eychenne, stratégiste et économiste.

6 mn

Larry Summers, Ancien Secrétaire du Trésor des États-Unis (de 1999 à 2001)
Larry Summers, Ancien Secrétaire du Trésor des États-Unis (de 1999 à 2001) (Crédits : Reuters)

Il est vraiment très fort Larry Summers. Déjà l'hiver dernier, il était convaincu que l'inflation allait devenir un sérieux problème. Dès lors, quand la Banque Centrale américaine (Fed) usa de son expression « inflation transitoire », Larry tiqua. Pour lui, l'inflation n'allait pas rendre les armes aussi facilement. Il n'était pas le seul à penser cela du reste, puisque dans le même temps Olivier Blanchard autre sommité, nous prévenait des risques ; tout en acceptant un débat constructif avec un Paul Krugman qui ne croit plus à l'inflation depuis longtemps. Nous y voilà. L'inflation américaine évolue aujourd'hui à près de 6,2 %, bien au-delà de sa zone de confort située autour de 2 %. Larry Summers nous l'avait bien dit donc, et il nous le rappelle dans cette tribune récente en invalidant les 5 critères que la Fed avait mis en avant en avril dernier, et qui justifiaient alors une certaine forme de passivité du politique face à la flambée des prix.

D'abord, Larry Summers nous explique que l'accélération des prix n'est plus confinée à certains secteurs contrairement à ce que pensait la Fed. Il a raison. Ensuite, il nous explique que la hausse des prix très spécifique mais très importante des voitures neuves et d'occasion n'a pas cessé, contrairement à ce que pensait la Fed. Il a raison. Puis, il nous fait remarquer que les tensions sur les salaires sont manifestes, il a encore raison. Les anticipations d'inflation des agents économiques ont finalement réagi aux tensions sur les prix, et commencent même à inquiéter les ménages. Il a toujours raison. Enfin, Larry Summers nous fait remarquer que toutes les autres économies développées montrent aussi des signes tangibles d'accélération d'inflation, malgré 30 années de désinflation tendancielle. 5 sur 5, il a tout bon Larry. Aucun risque qu'il ne passe pour une chouette de Minerve, il nous avait bien prévenus.

Sauf que Larry Summers aurait pu aussi nous prévenir qu'il avait anticipé le retour des mesures de restrictions sévères en Asie durant l'été, « confinant » de nouveau l'offre mondiale de biens au moment même où la demande déployait de nouveau ses ailes afin de rattraper le temps perdu. Il aurait aussi pu nous prévenir que certains pays producteurs de certaines matières premières allaient trainer des pieds (Russie pour le gaz, OPEP pour le Brent). Ces deux remarques sont nécessaires pour rappeler aux curieux que la ré-accélération récente de l'inflation américaine doit davantage à ces deux facteurs globaux qu'à une flambée des salaires américains. D'ailleurs, il suffit de comparer la progression des prix américains aux prix européens depuis la rentrée : 1,6 %, il ne semble donc pas que l'inflation américaine dénote par rapport à l'inflation européenne sur la période récente. Pour comparaison, les prix américains avaient monté deux fois plus vite que les prix européens de fin décembre 2020 à fin juillet.

Enfin, Larry Summers oublie peut - être de rappeler que son argument principal à l'inflation galopante était la surchauffe économique provoquée par un excès de zèle des autorités gouvernementales et monétaires, et non pas une offre qui peine à retrouver ses niveaux d'avant Covid. En bref, Larry Summers avait peur de la demande exubérante, pas de l'offre hésitante. La demande a-t-elle été exubérante ? Larry et Olivier craignaient que les politiques de soutien donnent un coup de pied au derrière tellement fort au PIB qu'il allait se retrouver près de 5 à 10 % au-delà de son niveau raisonnable (potentiel). Non, le PIB va bien mieux mais il n'est pas aussi euphorique, il serait même encore en retard... La surchauffe a bon dos donc. Certes, l'accélération récente de l'inflation américaine est impressionnante, et l'on pourrait se dire que les ménages américains ont enfin puisé dans leur épargne de précaution dopée par les politiques de soutien. Pourtant, les prix américains n'ont pas plus accéléré que les prix de la zone euro depuis la rentrée. Certes, l'inflation américaine est plus élevée que l'inflation euro sur les 12 derniers mois, mais ce n'est pas liée aux évolutions récentes.

Donc, si l'on résume. Larry Summers croyait que l'inflation allait s'envoler, il avait de bonnes raisons de le croire, et il a finalement eu raison de le croire, mais pas pour les raisons qu'il avait invoquées au départ...  De la même manière, la Fed avait tort sur l'inflation, mais peut - être pas tout à fait pour de mauvaises raisons. D'ailleurs, c'est exactement ce que la Fed suggère dans ses dernières minutes (à partir de la page 7), qui font le compte rendu des discussions ayant eu lieu durant le dernier comité de politique monétaire de début de novembre. Dans ces minutes, elle revient sur l'impact des tensions récentes des prix de l'énergie, et le retour du risque sanitaire en Asie.

Larry Summers est-il tombé dans le piège de Gettier ?

Lorsque que l'on croit quelque chose, que l'on a de bonnes raisons de croire quelque chose, et qu'il s'avère que la chose se réalise, et bien cela ne suffit pas à dire que l'on avait raison... C'est un piège devenu classique de la philosophie de la connaissance. En 1963, un certain Edmund Gettier trouva une faille dans la définition de la connaissance trop simpliste de Platon : « une connaissance, c'est une croyance, vraie, et justifiée ». Cette faille, l'auteur l'exposa dans un article devenu culte en 1963 : « Is Justified True Belief Knowledge ». Dans cet article, l'auteur démontre qu'il existe des croyances, auxquelles on a de bonnes raisons de croire, qui s'avèrent effectivement vraies, mais qui ne sont pas des connaissances...

Un exemple ?  Prenons le cas des marchés financiers : une nouvelle terrible vient d'être publiée sur les écrans Bloomberg. L'investisseur croit que les marchés d'actions vont s'écrouler, il a de bonnes raisons de le croire car par le passé il en a toujours été ainsi, et il s'avère qu'il raison puisque le marché d'écroule effectivement. Problème, le marché n'a pas baissé pour les raisons invoquées par l'investisseur, mais par ce que l'on appelle un « gros doigt » d'un investisseur qui n'est même pas au courant de la terrible nouvelle et qui s'est juste trompé de touche lorsqu'il a passé son ordre. Dans le même genre, nous avons désormais un certain Larry Summers qui croyait que l'inflation allait s'envoler, qui avait de bonnes raisons de le croire, et qui a finalement eu raison de le croire... mais pas (pas tout à fait) pour les raisons qu'il avait invoquées.

Le contingent n'annonce jamais son arrivée à l'avance. Ainsi, l'exubérance récente des prix de l'énergie liées à la nonchalance de certains pays producteurs, et le retour des mesures restrictives anti-virus en Asie étaient difficilement prévisibles par les autorités monétaires. Le contingent s'invite quand il veut. La preuve encore aujourd'hui, avec l'arrivée toute fraiche du nouveau variant sud - africain qui pourrait bouleverser encore la trajectoire des prix pour les mois à venir.

6 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 5
à écrit le 28/11/2021 à 17:52
Signaler
Larry Summers est un des principaux responsables de l'abrogation du Glass-Steagal Act, qui interdisait aux banques de détail US de faire de l'investissement. Il est donc un des grands responsables aussi de la crise bancaire de 2007-2008. Il ferait ...

à écrit le 28/11/2021 à 17:50
Signaler
La Fed a peut-être tort aujourd'hui sur l'inflation. Mais elle aura peut-être raison dans un mois. Ras le bol de cette rhétorique court-termiste (mais tellement pratique pour remplir les médias entre les espaces publicitaires). Et qui ne fait qu'e...

à écrit le 27/11/2021 à 19:54
Signaler
L'important c'est d'avoir des connaissances... bien placées !

à écrit le 27/11/2021 à 12:50
Signaler
Pour l'instant concernant l'inflation chacun peut croire en ce qu'il lui convient,. Les politiques monétaires très accomodantes ont donc encore un peu de temps devant elles. L'avenir personne ne le connait mais si l'inflation échappera du controle ...

à écrit le 27/11/2021 à 10:01
Signaler
En effet croire c'est en dessous de savoir et de penser même relevant ainsi bien plus du hasard que du fait.

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.