Exposition universelle 2025  : Fromantin et Philippe se renvoient la responsabilité sur le financement

 |   |  806  mots
(Crédits : Stephane Mahe)
Suite aux informations du JDD.fr parues samedi soir, le président du comité d'organisation de l'Exposition universelle 2025, Jean-Christophe Fromantin, a sonné la charge lundi 22 janvier 2018 contre le Premier ministre, promettant une nouvelle présentation du projet dans quelques semaines.

Visiblement ému, le maire (DVD) de Neuilly-sur-Seine Jean-Christophe Fromantin, président du comité d'organisation de l'Exposition universelle de 2025, ne digère toujours pas la nouvelle tombée samedi soir :

« C'est un moment difficile à quelques mètres de la ligne d'arrivée sept ans après avoir démarré à la sortie de l'Exposition universelle de Shanghai. »

Selon nos confrères du JDD.fr, le Premier ministre a en effet adressé une lettre au délégué interministériel Pascal Lamy pour lui signifier les « faiblesses structurelles » du projet, considérant que « la poursuite de cette candidature ne saurait prospérer sans le recours à une garantie publique. »

Pas d'argent public dès le départ

D'emblée, le lundi 22 janvier 2018 à l'Hôtel de l'Industrie, Jean-Christophe Fromantin réfute ces accusations :

« dès le départ, on l'a monté avec ceux qui investissent, de l'ordre de 25 à 30 millions d'euros sans argent public pour se libérer du risque politique ».

Le modèle de financement reposait en effet sur une hypothèse de 33 millions de visiteurs payant 34 euros leur billet, soit 1,5 milliard d'euros de recettes en billetterie. Un modèle original qu'avait salué le président de la République Emmanuel Macron en visite sur le plateau de Saclay le 25 octobre dernier.

Toujours selon le JDD.fr, Édouard Philippe leur a également reproché que « la marge d'aléas ne permette pas d'absorber certaines hypothèses de fréquentations défavorables ». Là encore, le président du Comité Expofrance 2025 se défend en rappelant qu'il avait présenté, dès le dépôt officiel de la candidature le 28 septembre 2017, « des hypothèses conservatrices validées par l'État sur lesquels nous nous étions engagées ».

Vers un report de la ligne 18 ?

Sans oublier une nouvelle mouture lundi dernier, le 15 janvier 2018, calculée sur la base de 25 millions de visiteurs et qui faisait état de 230 millions d'euros pour la location du terrain et 350 millions pour la construction du globe. « Cela permettait de dégager une redevance pour le territoire de Saclay », rappelle Jean-Christophe Fromantin qui accuse le gouvernement d'avancer « des arguments qui sont faux et qui cachent un autre sujet : la ligne 18 »

Et le maire de Neuilly-sur-Seine d'exiger des informations sur les Jeux olympiques :

« Comme élu et comme contribuable, je serais très preneur du modèle adopté pour voir si les mêmes exigences se sont imposées. »

La ligne 18 étant en effet inscrite au cœur du document contresigné par l'exécutif et transmis au Bureau international des Expositions (BIE).

130.000 emplois durables attendus, selon de Boissieu

Le président du conseil départemental de l'Essonne, François Durovray, qui partage ses craintes sur le Grand Paris Express, ne dit pas autre chose :

« Le modèle économique existait malgré les contraintes de l'État et de ses représentants. Le comité s'est soumis aux différentes hypothèses. »

L'économiste Christian de Boissieu, ancien président du Conseil d'analyse économique, avait, en effet, calculé des retombées pérennes : 23 milliards d'euros de retombées économiques, 0,5 point de croissance supplémentaire et 130.000 emplois durables.

Jean-Christophe Fromantin comme François Durovray se disent donc « choqués » par ce « gâchis », alors que le projet devait fédérer 1.000 jeunes de 70 nationalités différentes, des entreprises de toutes tailles et des territoires prêts à louer leurs parcelles :

« La décision qui a été prise, ce n'est pas celle de la France, c'est celle du Premier ministre. Le renoncement du Premier ministre n'est pas le renoncement de la France ! », tonnent les deux édiles.

Le Grand Paris Express demain à Matignon

Une infrastructure pérenne internationale aurait donc pu enfin voir le jour au sud de Paris mais l'État en a décidé autrement. Les élus locaux n'entendent pas non plus en rester là et présenteront, dans quelques semaines, un nouveau programme. De même, ils comptent écrire au chef de l'État pour lui demander un rendez-vous, et si et seulement si l'État notifie au BIE le renoncement, ils se plieront à la décision de l'Élysée.

En attendant, ce mardi 23 janvier 2018, ont été successivement reçus, à Matignon, le président (LR) de la métropole du Grand Paris Patrick Ollier, le vice-président (LR) de la région Île-de-France chargé des Transports Stéphane Beaudet et le président (PS) du conseil de surveillance de la Société du Grand Paris Jean-Yves Le Bouillonnec. Il y a fort à parier qu'il y a été question de la ligne 18 censée relier Orly au CEA Saint-Aubin en 2024 et donc traverser, au passage, le plateau de Saclay qui devait accueillir l'Exposition universelle en 2025. Le Premier ministre Edouard Philippe a d'ailleurs annoncé une « concertation » avant toute arbitrage définitif.

Lire aussi : Grand Paris Express : Philippe ouvre une concertation avant de rendre ses arbitrages

| Lire aussi : La France se retire de la course à l'Exposition universelle 2025

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 27/01/2018 à 17:59 :
Cette reculade me fait penser à la politique de Hollande.
Attention aux signaux contradictoires vis à vis des entreprises : s’ils continuent, la France va faire d’un surplace.
a écrit le 26/01/2018 à 8:55 :
JO, validés, coupe du monde de rugby, validée, coupe du monde de foot, on coure après.

Exposition universelle: Heu... quoi !?

Quand on voit le niveau des lrem, aucun média de masse n'a relayé la boulette énorme de la ministre du logement qui conseille aux sdf de rester chez eux parce qu'il va faire froid, c'est tout simplement honteux, on comprend bien que la culture c'est pas leur truc.

Ils sont aussi incompétents que nos politiciens classiques mais en plus ils sont complètement crétins.

Au secours.
Réponse de le 26/01/2018 à 12:22 :
Erratum: toujours recouper les infos après les avoir entendu de la bouche d'une connaissance aussi véridique semble t'elle être: "Le froid et les conseils de Nora Berra aux SDF : Nicolas, surveille tes ministres !" http://leplus.nouvelobs.com/contribution/317481-le-froid-et-les-conseils-de-nora-berra-aux-sdf-nicolas-surveille-tes-ministres.html

Désolé pour la "fake news".

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :