L'Île-de-France, une région de passage ?

 |   |  777  mots
Paris a pourtant un solde migratoire positif par rapport à la province.
Paris a pourtant un solde migratoire positif par rapport à la province. (Crédits : NicoElNino - Fotolia.com)
Le solde migratoire de l'Île-de-France par rapport aux autres régions françaises est déficitaire. Révélateur d'une perte d'attractivité ?

L'Île-de-France perdrait-elle en attractivité ? Il y a en effet davantage de ménages français qui quittent la région capitale pour la province que de ménages qui s'y installent. Une étude récente de l'institut d'aménagement et d'urbanisme de l'Île-de-France (IAU-IDF) explique en effet que, en 2010, « 93.600 ménages ont emménagé en Île-de-France, en provenance d'une autre région de France métropolitaine, et 123.100 ménages ont parcouru le chemin inverse ». La région accuse donc un déficit de 30.000 ménages dans ses échanges avec la province. Ce phénomène métropolitain n'est pas isolé, il se vérifie « aussi dans le Grand Londres et les grandes métropoles nord-américaines », indique l'auteure de la note de l'IAU-IDF, la démographe Sandrine Beaufils.

Le logement fait flamber le coût de la vie en Ile-de-France

Certes, les motifs de départ de la région capitale tiennent, comme dans toutes les zones urbaines, à « l'opportunité d'une mutation professionnelle », ou encore pour les retraités, « au souhait de s'installer dans sa résidence secondaire ou dans une région d'adoption ».

Mais la principale cause du déficit migratoire de l'Île-de-France résulte peut-être du coût de la vie élevé par rapport aux revenus des franciliens. Notamment, les prix des logements à l'achat en Île-de-France atteignent en moyenne 5.240 euros du m² dans l'ancien, alors qu'à Lyon ou à Lille, ils sont respectivement de 3.230 euros du m² et de 2.840 euros du m², selon les chiffres des notaires.

Incontestablement, la possibilité d'avoir un logement plus grand au même prix, associé à un temps de trajet réduit entre le lieu d'habitation et le lieu de travail, incite les franciliens à préférer la province. Ainsi, selon la note de l'IAU-IDF, l'attractivité de la région capitale « pourrait s'amenuiser si l'on ne prenait pas garde à la qualité de l'offre de logements et, notamment, à ses prix, qui continuent de progresser toujours plus vite que les revenus des ménages ».

Ce sont d'ailleurs les ménages les plus modestes, les plus pénalisés par le coût de la vie francilienne, qui partent le plus: quand les ménages aisés sont aussi nombreux à partir qu'à arriver, la région « perd » 10.000 ménages intermédiaires et 20.000 ménages modestes.

« Les ménages modestes, en particulier les familles ne disposant que d'un seul revenu d'activité, et les retraités sont les plus enclins à partir », ajoute la note.

Paris présente un solde migratoire positif

Dans le cadre de son développement, le Grand Paris devra donc prendre en considération ces risques, qui sont, qui plus est, ciblés dans certains territoires. Les départements qui connaissent les déficits migratoires vers la province les plus importants sont en fait ceux de la grande couronne. « Le département des Yvelines perd 8.200 ménages nets vers la province, le Val-d'Oise, 7.100 ménages et la Seine-et-Marne, 6.100 ménages », explique aussi Sandrine Beaufils. Ceci tient principalement au fait que les arrivées y sont faibles, alors que les départs « sont aussi importants qu'en proche couronne ».

A l'inverse, du fait des arrivées massives d'étudiants et de jeunes actifs qui occupent des petits logements locatifs privés dans le centre de l'agglomération, « Paris présente un solde net de ménages en provenance de la province de plus de 6.000 ménages », explique la note de l'lAU.

« Ce bénéfice avec la province s'étend dans les communes limitrophes de Paris, de Puteaux à Saint-Ouen, de Montrouge à Boulogne-Billancourt, ainsi qu'à Ivry-sur-Seine et Villejuif. »

L'Île-de-France a pourtant des atouts

L'Île-de-France a donc des atouts, et pas des moindres : un jeune au début de sa carrière professionnelle a plus de chances dans cette région de trouver un emploi, et donc moins de chance d'être déclassé dès son entrée sur le marché du travail. Par ailleurs, la région capitale propose davantage de perspectives de promotion qu'ailleurs en France.

Mais l'étude de l'IAU-IDF amène toutefois à plusieurs réflexions, à une période où l'émergence du Grand Paris est considérée par le monde des affaires comme une poule aux œufs d'or : pour garder son attractivité, la métropole capitale s'attellera-t-elle à remettre au centre des préoccupations la qualité de vie affectée notamment par les temps de déplacement ? Et pourra-t-elle agir pour faire converger le coût de la vie et les revenus des ménages ? Si le projet de transport en commun d'environ 30 milliards d'euros du Grand Paris Express tend à répondre favorablement à la première problématique ; la seconde, en revanche, reste pour l'instant sans réponse.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 27/04/2016 à 13:06 :
Excellente nouvelle. Le déséquilibre Ile de France - Province doit se réduire et il faut encourager un solde migratoire négatif en faveur de la Province. Quiconque habite en banlieue et passe plus d'une heure par jour du lundi au vendredi dans des transports en commun bondés, en est convaincu. Le meme passe souvent ses samedis à chercher à se garer dans les parkings toujours pleins d'un carrefour ou d'un centre commercial. Il n'y a que nos politiques qui ne prennent jamais le métro et qui ne font pas leurs courses eux-mêmes qui parlent de l'importance majeure pour Paris d'avoir autant d'habitants que Londres.
Evidemment, cela passe par une vraie politique d'encouragement des délocalisations non pas vers l'étranger mais vers la province. Depuis Edith Cresson, je n'ai pas souvenir d'un seul responsable politique qui en ait fait un objectif politique !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :