Paris : la surtaxe sur les résidences secondaires passe à 60 %

 |   |  278  mots
(Crédits : PASCAL ROSSIGNOL)
Conformément à ce qui a été voté par le Parlement fin 2016, la Ville de Paris va adopter une surtaxe d'habitation de 60 % sur les résidences secondaires pour 2017.

Ce lundi 30 janvier, le Conseil de Paris devrait adopter une surtaxe de 60 % sur les résidences secondaires. Le Parlement lui en avait donné la possibilité en novembre dernier, en adoptant un amendement prévoyant une nouvelle modulation de la taxe d'habitation sur ce type de biens. L'adoption de cette surtaxe par Paris ne sera, du reste, pas une surprise. Lors des débats d'orientation budgétaire pour 2017, et sur proposition du groupe communiste, la majorité de gauche de la ville de Paris avait voté le souhait d'augmenter la taxe additionnelle à la taxe d'habitation sur les résidences secondaires, estimées à 92.000 dans la capitale.

Deuxième majoration en deux ans

Il y a deux ans, la mairie de Paris avait déjà obtenu la possibilité de majorer de 20 % la taxe d'habitation sur les résidences secondaires. Une mesure dont avaient d'ailleurs pu bénéficier plusieurs dizaines de communes, de droite comme de gauche. Ce qui plaidait fortement en faveur d'une nouvelle hausse. Beaucoup d'élus estiment en effet que dans les territoires marqués par une pénurie de logements, les logements devraient être consacrés en priorité à l'habitation principale.

Une manière de boucler le budget

Mais au-delà de la pénurie de logements, cette surtaxe devrait permettre à la mairie de Paris de récupérer pour 2017 quelques précieux millions d'euros. La capitale subit en effet un contexte financier tendu : alors que la maire Anne Hidalgo souhaite mettre en œuvre un large plan d'investissements de 10 milliards d'euros sur sa mandature, Paris doit faire face à l'érosion de son autofinancement à cause de la baisse des dotations de l'Etat, et à sa participation croissante à la péréquation territoriale

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 28/01/2017 à 8:58 :
La surtaxe de 60% ne changera rien car l'on n'est pas sûr que ces "résidences secondaires" ne sont pas louées via des plateformes et les locations payées sur un compte bancaire étranger dont le propriétaire brésilien, américain, anglais ,russe etc est à l'étranger.
a écrit le 26/01/2017 à 9:21 :
Une bonne mesure qui semble logique, les riches sont en train d'éradiquer les outils de productions, ils en ont le droit vu que c'est à eux mais qu'au moins cet acte anti-économique majeur rapportent à ceux à qui ils les soustraient (en théorie...).
a écrit le 26/01/2017 à 7:58 :
Un petit pas en avant! Minuscul. A quand la remise a niveau de la taxe d'habitation en fonction du prix du marche du bien? 3% de la valeur du bien par exemple. Et 60% c'est rien du tout. Un petit 200% sera deja un vrai debut.
a écrit le 26/01/2017 à 0:35 :
la péréquation de l'offre et de la demande ne peut se faire que si 1 il y a des acheteurs prêt a acheter et 2 d'un autre coté des locataires prêt a payer le pris de la location. Paris qui est une devenue une ville musée ne peut plus offrir des logements corrects qu'a une classe d'acheteurs extérieurs à la France. Donc à terme pour les résidences secondaires elle va devoir se brosser Mrs Hildalgo. Les Français vont au Portugal et en Espagne faire leur résidence secondaires puisque les cieux du Maroc et de le Tunisie se sont assombris.
A trop vouloir plumer la Poule ils ont oublier de ne pas la faire crier.
a écrit le 25/01/2017 à 20:21 :
Le propos n'est-il pas au 2ème degré de chasser petit-à-petit les riches étrangers, ou provinciaux, de leur pied-à-terre à Paris, faire ainsi baisser les prix, et permettre enfin aux gentils parisiens de l'est de pouvoir réaliser leur migration à l'ouest (tendance parisienne de fonds, cf Des français ; Roger Peyrefitte, 1970).
a écrit le 25/01/2017 à 20:16 :
Pauvre ville de Paris dirigée par une socialiste complètement dogmatique. Une ville sale
qui avec sa fiscalité ,décourage les investisseurs. Entre Cosse et Hidalgo , on est pas prêt d'attirer les capitaux et de redynamiser notre capitale. Il faudrait une vraie politique de décentralisation en île de France , parquer 12 millions de personnes sur 45 Km 2 , voilà le problème du manque de logements .
Réponse de le 26/01/2017 à 9:39 :
à >8000€/m², les "investisseurs" sont clairement "découragés", c'est clairement un produit "moribond dont personne ne veut". Vous en avez d'autre des comme ça?
Puisque Paris est à ce point dans un état "catastrophique" et que les "socialo-communistes-bolchéviques-spoliateurs-soviétiques" de la Mairie "oppriment" à ce point les propriétaires, je veux bien faire dans la charité, et faire un grand sacrifice de ma personne et racheter ces appartements pour 10€/m², pour porter à leur place la croix et subir à leur place la dure condition de multipropriétaire nanti (on parle de gens qui ont une maison de vacances dans une zone où les prix sont hors de portée y compris pour des couples de cadres supérieurs).
Réponse de le 26/01/2017 à 11:10 :
Contrairement à l'intox communément diffusée, Paris est une ville propre : elle supporte bien la comparaison avec la plupart des villes de province ... (ne citons pas de noms, soyons charitable). Par ailleurs les impôts locaux sont relativement bas. Ceci est certainement du à la densité de population élevée (ce que vous dites vous-même) évidemment cette densité de population élevée a un tas d'avantages : impots bas, tous les services à disposition, transports, offres d'emploi, culture et quelques inconvénients (pollution que Mme Hidalgo attaque, heureusement, frontalement, malgré la scandaleuse opposition des LR).
a écrit le 25/01/2017 à 20:06 :
Mme Hidalgo veut que les parisiens puissent se loger avec les appartements laissés libres. Mais quasiment plus aucun parisien, et encore moins locataire, en place ne peut se payer un appartement à Paris. Les appartements sont vendus comme résidence secondaire car c' est seulement ce type de propriétaire qui peut acheter !! . Les parisiens pourront acheter si les prix baissent,... ce qui n' arrivera plus compte tenu de la saturation de la ville. Mme Hidalgo veut tout bétonner en social pour mettre 10 millions de franciliens à Paris. La solution est plutôt de décentraliser les emplois en banlieue (Bravo Mme Pécresse pour le conseil régional) et d' étendre Paris aux communes avoisinantes. Les centres villes sont toujours plus chers, Mme Hidalgo n'y changera rien (sauf pour encaisser des recettes supplémentaires qui lui manquent).
a écrit le 25/01/2017 à 19:36 :
Très bien, nous les commerçants préférons des logements occupés a l'année plutot que des logements vide 80 % du temps !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :