Nantes sacrifie son « Arbre aux Hérons » sur l’autel des économies… et de l’écologie

Dix jours après avoir lancé un train de mesures pour accélérer la transition écologique et répondre aux exigences de sobriété énergétique, la maire de Nantes, Johanna Rolland vient d’annoncer l’abandon de la construction de l’Arbre aux Hérons. En question depuis vingt ans, cette attraction touristico-culturelle, dont l’investissement serait monté à 80 millions d’euros est, aujourd’hui, jugé incompatible avec les engagements sociaux et écologiques de la métropole nantaise.
Structure de bois et d'acier de 1.500 tonnes, de 35 mètres de haut et 55 mètres de diamètre l'Arbre aux hérons aurait nécessité un surcoût de 28 millions d'euros, dont près de la moitié en raison de la hausse des matières premières, justifie la Métropole nantaise.
Structure de bois et d'acier de 1.500 tonnes, de 35 mètres de haut et 55 mètres de diamètre l'Arbre aux hérons aurait nécessité un surcoût de 28 millions d'euros, "dont près de la moitié en raison de la hausse des matières premières", justifie la Métropole nantaise. (Crédits : ©Compagnie La Machine)

Ce devait être le digne successeur du Grand Éléphant et du Carrousel des mondes marins, imaginés par Pierre Oréfice et François Delarozière, fondateur de la compagnie La Machine, pour réveiller la ville de Nantes et favoriser son attractivité nationale et internationale, drainer un million de visiteurs...

Vingt ans après les premières esquisses et de nombreuses polémiques, la maire de Nantes et présidente de la métropole, Johanna Rolland, a tranché et décidé «de mettre un terme au projet d'Arbre aux hérons ». « Après l'été que nous venons de traverser, je crois qu'il n'est pas utile de rappeler à quel point l'urgence écologique et l'urgence sociale sont prégnantes. Être maire, c'est gouverner, c'est choisir. C'est assumer des décisions. C'est ce que nous faisons aujourd'hui », a-t-elle justifié, au grand dam des protagonistes du projet qui, dès le lendemain, dénonçaient les arguments écologique et budgétaire avancés par l'élue.

Une enveloppe gonflant de 35 millions à 80 millions d'euros

Pour mémoire, l'Arbre aux hérons, c'est, dans sa dernière version, une structure de bois et d'acier de 1.500 tonnes, de 35 mètres de haut, 55 mètres de diamètre, comprenant une vingtaine de branches, des jardins suspendus, un bestiaire mécanique installé à une vingtaine de mètres de hauteur, au-dessus desquels "vole" un héron de 16,50 mètres d'envergure où pourraient prendre place des passagers. En 2015, le projet, qui devait initialement être implanté sur l'île de Nantes, était estimé à 35 millions d'euros.

À l'époque, à la veille des élections municipales, Johanna Rolland prévenait déjà que « l'Arbre aux hérons ne se réalisera pas dans ce mandat, mais [que] le projet doit se poursuivre. Au moment où nous devons faire des efforts budgétaires considérables, le montant de l'investissement est trop élevé. Ce projet ne pourrait, en tout état de cause, voir le jour qu'à la condition de recueillir a minima un tiers de financements privés. »

Un an plus tard, décision était prise d'implanter le projet, non plus sur l'île de Nantes, mais dans la carrière Misery, dans le quartier du Bas-Chantenay, un espace de trois hectares aujourd'hui en cours de réhabilitation pour devenir « un jardin extraordinaire, cœur de la nouvelle centralité métropolitaine.»

 En 2017, le principe du financement est acté autour d'une répartition par tiers, entre un fonds de dotation réunissant des acteurs privés (CCI de Nantes-Saint-Nazaire, Medef, Crédit Mutuel de Loire-Atlantique, 45 entreprises, près de 6.000 particuliers sollicités par un campagne de crowdfunding...), Nantes Métropole et des partenaires publics (région, département, Europe...). Au fil des années et des études techniques, le projet évolue et l'enveloppe budgétaire enfle pour atteindre 52,4 millions d'euros HT en 2020.

À partir de là, les polémiques vont se multiplier contre ce projet clivant, imaginé sous les mandats de Jean-Marc Ayrault. Les écologistes, entrés à la mairie de Nantes dans une liste commune avec le PS lors des dernières élections municipales n'auront de cesse de torpiller le projet. L'association anticorruption Anticor pointera quelques irrégularités dans le montage financier et l'attribution des marchés publics, dont les protagonistes du projet voulaient se passer, etc. Jusqu'à ce que la guerre en Ukraine, la hausse des matières premières, la crise de l'énergie et les circonstances climatiques deviennent fatals au héron et consorts.

Trop, c'est trop... selon Johanna Rolland

La hausse du budget, réévalué à 80,4 millions d'euros en 2022, est expliquée, selon la métropole et la préfecture, par l'obligation de passer plusieurs marchés de construction, le renchérissement du projet et les complexités techniques (soit 13 millions d'euros HT), d'une part, et par l'inflation des matières premières, dont l'acier (en hausse de 56%), qui aurait engendré un surcoût de 15 millions HT, d'autre part.

« C'est trop ! Trop, parce que ce montant ne permet à l'évidence pas de respecter le principe fondamental d'un financement en trois tiers... Trop, parce que cette augmentation [...] doit aussi être regardée à l'aune des urgences écologiques et sociales... », justifie la présidente de la métropole Johanna Rolland.

Amère déception du côté des concepteurs

Pierre Oréfice et François Delarozière, qui se disent « tristes et déçus », ont le sentiment d'avoir été trahis dans ce qui était considéré comme une œuvre collective.

« Le chiffre de 80 millions d'euros est avancé aujourd'hui sans avoir été concerté, sans recherche d'alternatives. L'inflation ajoutera un coût supplémentaire, c'est vrai. C'est le cas pour toutes les opérations de la métropole et sur le territoire national. En 2021, Johanna Rolland expliquait qu'avec la règle des tiers, le financement représentait 0,45 % des 2,5 milliards d'investissement global sur 6 ans [pour la métropole]. Bien que le phénomène se soit accéléré, l'investissement pour l'Arbre aux hérons n'aurait même pas atteint les 1%. Il s'agit donc d'un choix politique, non budgétaire », estiment-ils.

Tous deux dénoncent une décision prise au profit d'un autre chantier touristico-culturel, Cap 44-La cité des Imaginaires qui accueillera le nouveau Musée Jules Verne. Un projet chiffré à 52 millions d'euros dont les travaux ont démarré cet été. « Le choix de la sagesse et du raisonnable au détriment du rêve et de la création », regrettent les artistes, dont l'évaluation du bilan carbone de « l'œuvre inachevée » serait « comparable à celui de la construction d'un immeuble de 6 étages comme il s'en construit plusieurs chaque année à Nantes», répondent-ils aux écologistes.

Des retombées économiques pourtant estimées à 30 millions d'euros par an

Tandis que l'association Anticor s'interroge sur l'avenir des fonds récoltés par le fond de dotation et sur les conséquences d'une décision où 8,4 millions d'euros financés par l'État, la région, le département ont déjà été engagés pour les études techniques, Yann Trichard, le président de la Chambre de commerce et d'industrie de Loire-Atlantique, et membre fondateur du fonds de dotation, a fait savoir sur les réseaux sociaux qu'il cherchait une solution alternative pour ressusciter un Arbre aux hérons dont les retombées économiques attendues étaient chiffrées, elles, à 30 millions d'euros par an.

Banque des Territoires | Partenaires

Les territoires qui se renouvellent face à la crise

En direct - Transition Forum 2022

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 6
à écrit le 19/09/2022 à 17:43
Signaler
Tant mieux. Encore un éléphant blanc à la sauce socialiste totalement superflu. Poubelle !

à écrit le 19/09/2022 à 17:31
Signaler
J'aime bien les prix loufoques qui explosent comme le prix des jeux olympique ou autres. On devrait les obliger à tenir les prix annoncées ,il y aurait moins d'horreurs ou moins de gabegie avec l'argent public .

à écrit le 19/09/2022 à 15:47
Signaler
Mais on ne dit pas combien a couté cette "lubie" socialiste avant son abandon ?

à écrit le 19/09/2022 à 14:42
Signaler
Pour une fois qu'on stoppe un délire. Quant à attirer 1 million de visiteurs, c'est du rêve, vu ce que Nantes est devenue

à écrit le 19/09/2022 à 14:31
Signaler
Je ne connais pas la profitabilité de ces « machines » mais si l’éléphant est « fun », le reste est super moche! Et allez faire un tour à la Roche sur Yon: un véritable désastre, une négation de l’Art. C’est tout le problème quand des élus qui ne con...

à écrit le 19/09/2022 à 13:26
Signaler
Waouh ! Cela existe encore un politique capable de prendre des décisions qui dérangent pour l'avenir de sa communauté... Elle a tout à fait raison, si la situation s'améliore, il sera toujours temps de reprendre le projet à un coût moindre dans le fu...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.