La stratégie gagnante de Seat pour un futur rassurant

 |   |  1386  mots
(Crédits : DR)
L’avenir de la mobilité a de quoi soulager les inconditionnels du volant. Grâce à l’adaptation de son offre et une gamme GNV la plus étendue du marché en Europe, SEAT sait parler d’avenir.

C'est avec de très bonnes nouvelles que SEAT a présenté ses chiffres du premier semestre 2019. De toute son histoire, jamais le constructeur barcelonais n'avait réalisé chiffre d'affaires aussi élevé. Les livraisons mondiales de la société ont augmenté de 4% pour atteindre un volume total de 314 300 voitures (289 900 en 2018 sur la même période).

En juin 2019, SEAT a augmenté ses ventes de plus de 10% pour le deuxième mois consécutif. Dans un contexte où la mobilité doit changer pour devenir responsable vis-à-vis de l'environnement, ces résultats, montrent que SEAT a su adapter son offre aux attentes du marché. Les acteurs de l'industrie qui réussiront leur transition  énergétique y trouveront ainsi davantage de nouvelles opportunités au lieu d'y percevoir des contraintes. Dans l'industrie automobile, les,motorisations aux carburants alternatifs, écologiques et respectueux de l'environnement, comme l'électricité ou le gaz naturel vont ainsi à la rencontre d'un marché potentiel phénoménal. SEAT l'a compris depuis quelques années déjà. Il y a presque un an, au dernier salon Mondial de l'Automobile à Paris en octobre 2018, les visiteurs assistaient au lancement de la Leon TGI, le premier véhicule SEAT roulant au gaz naturel (GNV) en France. Plus que stratégique, il illustrait la volonté du constructeur barcelonais de se présenter en précurseur sur un marché en pleine croissance. Un choix soutenu par les acteurs du développement de cette énergie.

Lire aussi : Seat : Acteur de la mobilité propre de demain

Pour s'en assurer et montrer son engagement, SEAT signait, au même moment, un accord stratégique avec l'Association Française du Gaz Naturel pour Véhicules (AFGNV) qui fédère les acteurs publics, économiques et  industriels français pour accompagner le développement de l'usage en tant que carburant, du gaz naturel et du biogaz en France. Parmi ses membres, l'Association Française du Gaz compte des équipementiers des industries gazières et automobiles, des motoristes, des distributeurs et des fournisseurs de gaz naturel. Mais quand on regarde de plus près la liste des constructeurs de véhicules partenaires de l'AFGNV, proposant des gammes aux particuliers, seuls SEAT et Fiat Chrysler Automobiles y figurent. Preuve que bien au-delà des annonces ou tactiques commerciales, il s'agit d'être concrètement acteur et promoteur de ce nouveau mode de consommation. On le sait, c'est aussi en observant la part dédiée à l'investissement que l'on reconnait les projets soutenus et qui ont du sens pour un groupe industriel. SEAT a justement annoncé que 6 millions d'euros seraient affectés à la production de voitures au GNV (jusqu'à 250 voitures par jour, contre 90 auparavant).

Le GNV, filière d'avenir au service de la croissance verte, arrivera à conquérir le marché français avec le soutien conjoint des constructeurs et des fournisseurs de gaz naturel. C'est de cette façon que le constructeur barcelonais est devenu leader sur le marché du GNV en Europe.

Seat et le développement du GNV en Espagne : Un modèle à suivre

Si les automobilistes particuliers commencent tout juste à s'intéresser aux motorisations au GNV, c'est que l'offre ne leur était pas encore réellement proposée auparavant. Les constructeurs s'étant d'abord tournés vers le marché des utilitaires ou celui des transports publics. Pourtant il suffit de passer de l'autre côté des Pyrénées pour observer à quel point le gaz naturel est devenu une véritable alternative. En 2015, à Bilbao en Espagne, SEAT et Volkswagen-Audi Spain signaient avec EDP (fournisseur d'énergie) un accord visant à promouvoir l'utilisation du gaz naturel comprimé (GNC) et le développement de véhicules fonctionnant au gaz naturel. L'objectif était de développer des packages commerciaux communs dans lesquels Volkswagen-Audi Spain fournissait des véhicules fonctionnant au GNC, tandis qu'EDP fournissait l'infrastructure de recharge nécessaire au ravitaillement en carburant. Cet accord prévoyait également le développement d'offres commerciales pour le secteur de la location, visant à renouveler les flottes d'entreprises disposant de véhicules utilisant le GNC. Pour renforcer cette synergie, il a même été étudié d'installer des points de chargement de véhicules à gaz naturel accessibles au public, directement chez les concessionnaires. Ce qui permettait d'étendre très rapidement la carte d'infrastructures de chargement, car le gaz naturel pour véhicule, comme un gaz de ville, est très facilement stockable contrairement aux carburants fossiles classiques. Les créateurs de la mobilité de demain élargissent ainsi leurs offres en s'associant à des services innovants. Deux autres exemples, toujours en Espagne, pays qui fait figure de joli terrain d'expériences pour le Groupe, montrent la volonté de SEAT de favoriser cette mobilité propre.

Lire aussi : Un réseau de stations qui s'étoffe

Des charges à domicile. SEAT a signé en 2017 un accord stratégique avec la société Naturgy (Fournisseur d'énergie depuis plus de 170 ans qui propose des offres de gaz naturel, de GNL et de GNV) dans le but de promouvoir l'introduction et la commercialisation de véhicules alimentés au gaz naturel comprimé. Cet accord a permis aux deux sociétés de travailler conjointement à un programme de charge domestique de gaz naturel destiné aux particuliers, promu avec l'Administration espagnole pour se conformer aux aspects réglementaires correspondant à cette activité. L'accord stratégique prévoit également une plus grande implémentation des véhicules à gaz et la promotion du GNC dans le domaine du service public.

Intégrer les services d'autopartage. Via son projet Xmoba (la société de services pour la mobilité de SEAT qui investit dans des modèles économiques liés aux nouvelles mobilités), SEAT a acquis 100% des actions de Respiro (start-up d'autopartage), plaçant ainsi cette entreprise, au coeur de sa stratégie de covoiturage. Un an plus tard, le conseil d'administration de Xmoba, ne voyant pas la nécessité de disposer d'un parc 100% électrique, a indiqué que Respiro intégrerait 173 voitures à gaz naturel comprimé (GNC) avec des SEAT Mii, Ibiza et Leon qui fonctionneront à Madrid et qui pourront accéder au centreville grâce à son label écologique, proche du certificat français qualité de l'air Crit'Air (se décline en six catégories, selon le type de votre véhicule, son ancienneté, sa motorisation et son type d'émissions -norme Euro- pour favoriser les véhicules les moins polluants). Rappelons que depuis le 16 mars 2019, le centre-ville de Madrid n'est accessible qu'aux automobiles possédant l'un des deux labels CERO ou ECO destinés aux véhicules à basse émission de gaz à effet de serre. Synergie de groupe : 16 nouvelles fourgonnettes Volkswagen Caddy roulant au GNC de la gamme des véhicules utilitaires Volkswagen, portant le label ECO seront ajoutées à l'offre de covoiturage Respiro.

Lire aussi : Biométhanisation : Quand les bretons montrent l'exemple

A travers ces différents accords, SEAT s'engage, bien au-delà de la recherche et de l'innovation sur les véhicules du futur, pour la construction des véhicules de demain, en prenant part au développement de l'usage de cette motorisation au gaz qui a de nombreux avantages. Rappelons que cette technologie, qui existe depuis longtemps permet, entre autres, la réduction des émissions de CO2 et de NOx, mais aussi des économies avec un prix du carburant nettement moins cher que les autres motorisations essence ou diesel avec un temps de chargement similaire. A long terme, les projets de SEAT sont ambitieux, puisque le groupe est en route vers la Chine avec l'introduction de la marque dans deux ou trois ans. Actuellement en construction, un centre de R & D situé à Hefei (province de l'Anhui en Chine) permettra développer d'ici 2021, des petits véhicules et des  composants électriques, autre énergie alternative poussée par le groupe. Luca de Meo, président de SEAT soulignait à ce sujet que « La Chine est aujourd'hui le pays de référence du véhicule électrique et nous voulons faire partie de cet écosystème pour échanger des connaissances et progresser vers une mobilité mondiale plus durable ». La stratégie électrique de SEAT déploiera jusqu'au début de 2021 six modèles électriques et plug-in hybrides avec la version électrique de la Mii et la el-Born (deux premiers modèles entièrement électriques de la marque). Elle n'en oublie pas cependant le déploiement de ses modèles au GNV.

Lire aussi : Le pari nécessaire du carburant alternatif

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :