Altice continue de refinancer son énorme dette

 |   |  382  mots
Patrick Drahi, le fondateur et propriétaire d'Altice (SFR).
Patrick Drahi, le fondateur et propriétaire d'Altice (SFR). (Crédits : Reuters)
Le groupe de Patrick Drahi a annoncé jeudi avoir refinancé pour 3,4 milliards d’euros de dettes pour ses filiales SFR Group et Altice International. Une nouvelle preuve, à en croire ses responsables, que le groupe parvient à gérer son passif.

Chez Altice, chaque opération de refinancement fait l'objet d'une minutieuse communication. En montrant qu'il gère activement son passif, le géant des télécoms et des médias (maison-mère de SFR) veut balayer les craintes liées à son énorme dette. Laquelle s'élève aujourd'hui à plus de 50 milliards d'euros. Ce jeudi, le groupe de Patrick Drahi a annoncé qu'il avait refinancé pour 3,4 milliards d'euros de dettes de ses filiales SFR Group et Altice International.

Dans un communiqué, Altice précise que l'opération permet de « renforcer [ses] liquidités et de réduire les coûts d'intérêts annuels de 60 millions d'euros au total ». Désormais, la maturité moyenne de la dette du groupe est de 6,8 ans, et son coût moyen pondéré passe de 6,1% à 6%. Sans bouder son plaisir, Dennis Okhuijsen, le directeur financier d'Altice, a salué la manœuvre :

« Avec cette dernière opération [...], Altice a refinancé 30 milliards d'euros de dettes depuis un an, a-t-il affirmé dans le communiqué. Cela démontre clairement l'engagement d'Altice à gérer activement ses passifs [...], et à réduire ses coûts d'intérêts. »

Pas d'échéance majeure avant 2022

Pour le groupe de Patrick Drahi, cet « engagement » constitue le pendant de ses grosses emplettes à répétition dans les télécoms (les « câblos » américains Suddenlink ou Cablevision), les médias (BFM-TV, Libé, L'express), les droits sportifs (la Premier League anglaise). Et depuis peu dans la publicité ciblée, avec le rachat cette semaine du français Teads pour 285 millions d'euros. A mesure que sa dette gonfle, Altice met donc un point d'honneur à démontrer qu'il la maîtrise pour rassurer les investisseurs.

C'est la raison pour laquelle Michel Combes, DG d'Altice et PDG de SFR, a carrément jugé en octobre dernier, dans nos colonnes, que la situation d'Altice était à ce sujet « d'un confort absolu ». Pourquoi ? D'une part, d'après lui, parce qu'Altice n'a pas d'échéance de remboursement majeure avant 2022. D'autre part, parce que la dette du groupe est « en grande partie » à taux fixe, insiste le dirigeant. Lequel estime enfin que la génération de cash du groupe lui permettrait « amplement de faire face à une remontée des taux ».

(avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 24/03/2017 à 14:02 :
Permettez moi de penser que "Le groupe de Patrick Drahi" , celui qui achète des sociétés une fortune avec l'argent des autres, va faire Booouum et que nous allons vivre ce spectacle dans quelques temps. Achetez vos tickets à l'avance.
Mais ce monsieur s'en fiche, il aura déjà tout pris (dans les caisses) et tout vendu (les actions).
Sa richesse personnelle s'accroit tranquillement mais surement, et il démissionnera juste avant la faillite.
Drahi sera un beau symbole d'un capitalisme de l’extrême, avec permission des gouvernements, pour faire n'importe quoi.
Réponse de le 28/03/2017 à 16:53 :
c'est nos banques qui sont responsables, y compris nos politiciens, et c'est une forme de Ponzi mais connue de tous. Lui claquera ses milliards en Israël, tandis que nos banquiers cupides devront rapatrier les milliards des paradis fiscaux, sinon c'est la planche à billets de notre banque européenne qui se mettra en route. Je ne me fais aucune illusion sur ce personnage, ce qui est odieux c'est l'aval de nos marionnettistes qui sont aux commandes.
a écrit le 24/03/2017 à 4:31 :
On ne prete qu'aux riches. et meme aux parvenus.
a écrit le 24/03/2017 à 2:04 :
AH ce qu'ils sont forts avec la finance !
Si seulement ils étaient capables de faire fonctionner leur réseau ...
a écrit le 23/03/2017 à 18:12 :
Les banquiers ont tellement confiance qu'ils prêtent à 6% LOL (un taux a 3% c'est plutôt la norme en pro )
Les banquiers se disent qu'ils récupéreront bien une bonne partie de leur mise si ça tourne mal
Ca reste un peu fou 50 milliards de dettes à rembourser avec altice qui sur 2015 et 2014 fait des déficits et 2.5 milliards juste pour les intérêts
Les salariés et les clients de SFR savent ce qu'ils les attend pour l décennie qui vient

Si c'était ma société j'aurai un peu de mal à dormir MDR
Réponse de le 23/03/2017 à 19:50 :
quand tu as 50 milliards de dettes c est ceux qui ont preté qui ont du mal a dormir ...!!
Réponse de le 03/04/2017 à 15:05 :
C'est le principe du droit a tondre. Les fonds se revendent le droit de tondre les moutons de certaines entreprises. Plus les moutons sont gras, plus l'endettement est permis pour racheter le droit de tonte. Fermiers Généraux 2.0 en somme...
a écrit le 23/03/2017 à 18:06 :
Qui a permis la vente de SFR par Drahi, vite une réponse ???
a écrit le 23/03/2017 à 13:58 :
55milliards de dettes â 6% sur 6ans soit plus de 3 milliards an à dégager. Pompage énorme vers la Suisse Eu, et Israël je souhaite connaître la solution à part Mâcron
a écrit le 23/03/2017 à 13:54 :
Si tout va si bien au royaume Drahi, j'aimerais comprendre pourquoi il a quitté absolument toute fonction dans les structures citées dans l'article, Altice en particulier. Aurait-il été écarté?

Que fait Drahi aujourd'hui? De l'immobilier? Ou gère-t-il ses holdings patrimoniales tout en dépensant son argent?
a écrit le 23/03/2017 à 13:26 :
Toujours des commentaires aussi positif
a écrit le 23/03/2017 à 13:23 :
Ce sont surtout les CLIENTS, au prix de pratiques lamentables, qui sont sollicités pour désendetter Altice.
Abonné de la box SFR pack famille, je m'aperçois il y a environ 3 semaines que je ne reçois plus BFM TV. La hot line m'indique d'abord qu'il s'agit d'un problème technique (assaillie d'appels, j'imagine maintenant la défausse !!...). Puis hier, on me dit clairement que cette chaine a été retirée du forfait (sans aucune information préalable bien entendu). Je lis parallèlement que Draghi qui était à 49% chez BFMTV a pris récemment le contrôle (au prix fort du fait de la prime de contrôle !)... Et hop ! disparition de BFM TV du forfait famille pour l'inclure à un forfait plus coûteux pour boucler le plan de financement élaboré par le diligent Mr Michel Combe, le fossoyeur parachutiste d'Alcatel Lucent.
Et bien ma décision est prise, je ne suis pas un gogo : résiliation prochaine de ma box SFR pour échapper à ce duo de mégalo-affairistes et retour dès que possible chez FREE qui ne traite pas ses clients de la sorte.
Vivement la consolidation du secteur !
Réponse de le 23/03/2017 à 13:41 :
Je suis du même avis et je n'attendrai pas 2022 pour agir !
Réponse de le 24/03/2017 à 19:46 :
Il y a quelque chose que je ne comprends pas. BFM TV est une chaine gratuite de la TNT. Ceux qui n'ont aucun abonnement TV reçoive cette chaine gratuitement.
Eteignez votre box et brancher votre TV sur votre antenne extérieure
Abonné Canal je reçois toutes les chaines de la TNT par mon antenne et les autres chaines de mon abonnement TV par ma box.
cela doit aussi etre possible avec un abonnement SFR.
De plus quel est l'interet de SFR de ne pas diffusez BFM alors que c'est gratuit et leur propriété.
Ceci dit, que Altice puisse faire autant d'achat à crédit est choquant. cela se terminera certainement mal et ce sera mérité. Par cntre les clients et surtout les salariés seront les dindons de la farce
a écrit le 23/03/2017 à 12:46 :
Quand on a un bon réseau de financiers on peut être milliardaire positif ou milliardaire négatif et être traité de la même manière, de toute façons subventionnés par les États ils sont gagnants à tous les coups.

Quand je pense qu'il manquait 5000 euros à mon ami pour pouvoir sauver son petit commerce et que les banques lui ont ri au nez alors que pourtant l'ayant copieusement enfoncé...
Réponse de le 23/03/2017 à 14:03 :
si vous devez 5000 euros à la banque, c'est vous qui avez un problème. Si vous devez 50 milliards c'est la banque qui en a un
Réponse de le 24/03/2017 à 9:03 :
Devise du néolibéralisme: Avidité, compromission, réseau.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :