Disney, heurté par la pandémie, met le paquet sur le streaming

 |  | 728 mots
Lecture 4 min.
D'avril à juin, seule la branche des services de streaming de Disney a réalisé un chiffre d'affaires supérieur à celui de la même période il y a un an.
D'avril à juin, seule la branche des services de streaming de Disney a réalisé un chiffre d'affaires supérieur à celui de la même période il y a un an. (Crédits : DADO RUVIC)
Tandis que l'activité des parcs d'attraction, des croisières, de l'événementiel et des produits dérivés a plongé de 85% entre avril et juin en raison des conséquences de la crise sanitaire, la plateforme de streaming de Disney, Disney+, se porte bien : le service a même atteint son objectif minimal en termes d'abonnés 4 ans plus tôt que prévu.

À la faveur de la pandémie, Disney a trouvé l'élu de son coeur: le streaming direct des contenus aux consommateurs, déjà prioritaire avant la crise sanitaire, fait désormais l'objet de toutes ses attentions.

La plateforme Disney+, qui a atteint lundi les 60,5 millions d'abonnés, va accueillir le film "Mulan" en exclusivité pour l'instant, après que sa sortie au cinéma a été retardée à plusieurs reprises et est désormais repoussée sine die.

Le service a atteint son objectif minimal en termes d'abonnés 4 ans plus tôt que prévu.

Lire aussi : Streaming : comment l'ouragan Disney+ a séduit 50 millions d'abonnés en seulement cinq mois

En tout, Disney compte désormais 100 millions d'abonnés payants pour ses plateformes (Disney+, ESPN+ et Hulu), grâce à ses catalogues abondants et à l'univers de Star Wars, mais aussi au Grand confinement.

Et ce n'est pas fini: le groupe californien a annoncé mardi le lancement pour 2021 d'un nouveau service de streaming, sous la marque Star, qu'il a acquis auprès de Fox.

La nouvelle plateforme proposera des contenus que Disney possède déjà, venus notamment d'ABC Studios, Fox Television, FX, 20th Century Studios et Searchlight. Elle sera entièrement intégrée à Disney+ dans de nombreux marchés.

Lire aussi : Streaming : Disney+ peut-il s'imposer en Europe face à Netflix ?

Physique encombrant

D'avril à juin, seule la branche des services de streaming de Disney a réalisé un chiffre d'affaires supérieur à celui de la même période il y a un an: près de 4 milliards de dollars, contre 3,9 milliards en 2019.

Lire aussi : Streaming : pari gagnant pour Disney+

L'activité des parcs d'attraction, des croisières, de l'événementiel et des produits dérivés a elle plongé de 85%, à 983 millions de dollars.

Au total, Disney a réalisé 11,8 milliards de dollars de recettes, moitié moins qu'il y a un an, et se retrouve avec une perte nette de 4,7 milliards de dollars pendant le troisième trimestre de son exercice décalé, contre près de 2 milliards de bénéfice net l'année dernière.

Son titre s'appréciait pourtant de plus de 5% lors des échanges électroniques après la fermeture de la Bourse.

Le marché prend en effet en compte les bonnes perspectives du groupe côté streaming, mais aussi son résultat par action ajusté, qui ressort positif à 8 cents par action, en prenant en compte une charge de 3,5 milliards de dollars pour les pertes liées à la pandémie.

Cette charge correspond à l'impact négatif du nouveau coronavirus sur les activités physiques (parcs, croisières, etc).

Dans les autres secteurs, les pertes de revenus sont en partie compensées par la baisse des coûts de production, les tournages et voyages étant à l'arrêt.

"Covid a encore frappé"

Mais la pandémie va continuer de peser lourdement sur les revenus du groupe.

Quand des parcs ont annoncé leur réouverture, notamment à Shanghai, Paris, Orlando (Floride), "nous avions plus de demande que ce que les consignes de distanciation sociale nous permettent", a raconté le patron de Disney Bob Chapek lors d'une conférence téléphonique avec des analystes.

"Puis, malheureusement, le Covid a encore frappé", a-t-il continué, en référence à la résurgence des contaminations, notamment dans le sud et l'ouest des États-Unis. "Nous avons eu un niveau plus élevé que prévu d'annulations".

Les résultats du trimestre en cours devraient pâtir des "conditions perturbées dans la distribution", avec de nombreux magasins encore fermés ou peu fréquentés, et de la comparaison sur un an "avec les [très bonnes] ventes de marchandises Frozen et Star Wars l'année dernière", a indiqué Christine McCarthy, la directrice financière de la société.

Après avoir économisé sur la production de nouveaux films, Disney va en plus devoir composer avec des coûts plus élevés pour assurer la sécurité sanitaire des tournages qui reprennent.

Bob Chapek s'est néanmoins déclaré "aussi optimiste que possible" pour le reste de l'année: "Nous avons bien sûr 'The Mandalorian 2' [la série Star Wars produite par Disney+, Ndlr], que nous avons annoncée pour octobre, et aussi une flopée de contenus Marvel qui arrivent et que nous attendons avec impatience".

Lire aussi : Netflix, Disney+, Amazon, Canal+, OCS... comparatif des offres de streaming en France

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 05/08/2020 à 9:54 :
Merci pour ce bon article avec plein de trucs à manger dedans.

"Au total, Disney a réalisé 11,8 milliards de dollars de recettes, moitié moins qu'il y a un an, et se retrouve avec une perte nette de 4,7 milliards de dollars pendant le troisième trimestre de son exercice décalé, contre près de 2 milliards de bénéfice net l'année dernière."

Avouez quand même que 5% d’augmentation boursière pour 4.7 milliards de perte net c'est quand même franchement aberrant non ? Quelle logique suit donc la finance ?

"Too big to fail" du coup on méprise voir ignore les mauvaises nouvelles pour ne se cantonner qu'aux bonnes puisque les banques de toutes façons suivront toujours. C'est aussi ça la médiocrité financière qui tire toute l'économie vers le bas.

"Si vous avez un découvert de 100 dollars c'est votre problème mais si vous avez un découvert de 100 millions de dollars là c'est le problème de la banque" Jean-Paul Getty

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :