Google prône la déconnexion... avec une nouvelle fonction Android

 |   |  392  mots
Les smartphones équipés par Android auront un tableau de bord pour indiquer notamment le temps passé sur les applications ou le nombre de notifications envoyées quotidiennement par chacune d'entre elles pour aider l'utilisateur à mesurer sa consommation.
Les smartphones équipés par Android auront un "tableau de bord" pour indiquer notamment le temps passé sur les applications ou le nombre de notifications envoyées quotidiennement par chacune d'entre elles pour aider l'utilisateur à mesurer sa consommation. (Crédits : Dado Ruvic)
Pour réduire l'addiction numérique, Google préconise de recourir... au smartphone. Le géant américain a annoncé de nouvelles fonctionnalités sur Android, son système d'exploitation mobile, visant à réduire le temps passé sur son téléphone. L'utilisateur pourra paramétrer lui-même ses propres limites de temps d'utilisation. De quoi permettre à Google de connaître finement les habitudes de ses clients.

Aussi ironique que cela puisse paraître, Google a prôné la déconnexion lors de sa conférence annuelle des développeurs, qui se tient du 8 au 10 mai à Mountain View (Californie). Régulièrement accusé comme les autres géants Internet de favoriser l'addiction numérique, le géant américain a présenté, mardi 8 mai, une série de fonctionnalités destinées à aider ses utilisateurs à la déconnexion via, paradoxalement, des outils nichés dans son téléphone.

Sundar Pichai, Pdg de Google, a assuré vouloir promouvoir le "bien-être numérique" grâce à un "tableau de bord", une série de commandes qui permettent, par exemple, de limiter le temps passé sur certaines applications.

"Il y a une pression croissante (qui pousse) à répondre immédiatement" à toutes les sollicitations venues de son téléphone, mais "nous avons l'occasion de faire mieux" et de passer de "la peur de manquer quelque chose" à "la joie de manquer quelque chose", a-t-il assuré. "Nous voulons rendre du temps aux utilisateurs."

Une nouvelle lubie confirmée par Sameer Samat, responsable produits chez Google : "Le bien-être numérique va être un sujet de long terme pour nous", a-t-il insisté en présentant une série de nouvelles fonctionnalités prévues dans la nouvelle version d'Android, le système d'exploitation mobile de Google, qui équipe plus de 80% des smartphones dans le monde.

Connaître dans le détail les habitudes de ses clients

Le téléphone indiquera notamment le temps passé sur les applications ou le nombre de notifications envoyées quotidiennement par chacune d'entre elles pour aider l'utilisateur à mesurer sa consommation. L'usager pourra ainsi programmer lui-même des limites de temps (par exemple, pas plus de 15 minutes par jour sur telle ou telle application). Autant de fonctions qui permettent par la même occasion à Google de connaître encore plus finement les habitudes de ses clients.

Selon Google, l'intelligence artificielle, en permettant au téléphone d'accomplir plus de tâches tout seul, permet aussi de passer moins de temps rivé sur son écran, notamment grâce à son assistant vocal, qui peut désormais passer lui-même de vrais coups de fil à un interlocuteur humain, pour prendre un rendez-vous chez le coiffeur ou réserver une table au restaurant.

Lire aussi : Intelligence artificielle : quand Google veut imiter les humains

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 10/05/2018 à 20:39 :
ce n’est pas de l’innovation ça.
la déconnection c’est :
être joignable sans téléphone( smartphone) par exemple , n’importe ou dans le monde...

a écrit le 09/05/2018 à 17:44 :
"L'utilisateur pourra paramétrer lui-même ses propres limites de temps d'utilisation. De quoi permettre à Google de connaître finement les habitudes de ses clients."

Tout est dit puisqu'en effet on ne voit absolument aucun intérêt de paramétrer son téléphone pour se déconnecter alors qu'il suffit de le poser tout simplement.

La façon dont les actionnaires milliardaires se jettent sur le business des données qui ne repose sur rien au final démontre que notre économie est en mort cérébrale, abattue par la rentière financière.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :