La star de l'IA DeepMind traverse-t-elle sa première crise ?

 |   |  1300  mots
Une des intelligences artificielles de DeepMind, baptisée Alpha Go, a battu les meilleurs champions du jeu de go, jeu réputé pour son extrême complexité.
Une des intelligences artificielles de DeepMind, baptisée Alpha Go, a battu les meilleurs champions du jeu de go, jeu réputé pour son extrême complexité. (Crédits : DeepMind)
DeepMind, entreprise de pointe de la recherche en IA, semble traverser une mauvaise passe : sa dette annuelle dépasse le demi-milliard d'euros, un des trois co-fondateur prend ses distances... Au-delà de ces signes alarmants, la pépite reste un atout précieux pour Google, sa société-mère.

Ses algorithmes d'intelligence artificielle ont battu les meilleurs joueurs d'échec, de jeu de Go et du jeu vidéo Starcraft 2. Ces prouesses techniques lui ont attiré les projecteurs, tant ceux du grand public que des spécialistes du secteur. Spectateur des premiers résultats, Google a racheté la startup britannique pour 400 millions de livres sterling (soit 650 millions de dollars à l'époque), en 2014. Fort de ce soutien, DeepMind a consolidé sa place de référence de la recherche en intelligence artificielle. Mais ces dernières semaines, la pépite de l'IA a montré ses premiers signes d'instabilité.

Le 7 août, des documents du registre britannique des entreprises, la Companies House, ont exposé les pertes de DeepMind sur 2018. Elles s'élèvent à 470 millions de livres (519 millions d'euros), alors que le chiffre d'affaires de la filiale d'Alphabet (maison-mère de Google) dépasse à peine les 100 millions de livres (110 millions d'euros). Mercredi 21 août, DeepMind annonçait qu'un de ses trois confondateurs, Mustafa Suleyman, prenait ses distances avec l'entreprise, sans préciser la raison. La pépite de l'IA, qui réunit certains des meilleurs chercheurs mondiaux, serait-elle en train de traverser une crise ?

Pour Google, l'équation va au-delà des pertes de DeepMind

DeepMind, à l'instar de son concurrent OpenAI, a pour objectif à long terme de créer une intelligence artificielle générale. Cette IA, capable de reproduire le fonctionnement du cerveau humain est pour l'instant hors de portée, si tant est qu'elle existe. De plus, l'entreprise s'est constituée avec la volonté de mettre ses résultats au profit du bien commun. En conséquence, les chercheurs publient la majorité de leurs travaux en open source (sans faire payer). Dès sa création, DeepMind n'avait donc pas vocation à devenir une machine à cash. Au contraire, la startup suit un objectif de recherche fondamentale. Lors de son rachat par Google, elle s'est donc assurée de garder une part d'autonomie stratégique vis-à-vis du groupe américain.

Mais pour se maintenir en tête de la course à l'IA, DeepMind doit embaucher les meilleurs chercheurs. Elle se heurte alors à la concurrence de tous les géants de la tech, dont Apple, Microsoft ou encore Amazon. En conséquence, la masse salariale de DeepMind s'élevait à 398 millions de livres (439 millions d'euros), pour environ 700 emplois. Ce chiffre colossal pèse trop lourd pour l'entreprise, qui affiche 470 millions de livres de pertes (519 millions d'euros), 70% de plus que l'année précédente. Alphabet a donc dû s'engager, via un accord, à éponger cette dette. Son montant s'avère relativement petit à l'échelle du groupe californien. Le géant de la tech a près de 117 milliards de dollars de côté, et a réalisé 10 milliards de dollars de bénéfice au dernier trimestre.

| Lire aussi : Pourquoi Microsoft mise un milliard de dollars sur la pépite OpenAI

Ventes de codes informatiques à Alphabet

DeepMind rappelle ses excellents résultats scientifiques et son objectif à long-terme. Mais la startup insiste tout de même sur ses efforts dans le transfert de technologie pour dégager de la valeur.

"Notre équipe DeepMind pour Google continue de faire de grands progrès afin d'apporter notre expertise et notre savoir dans des défis de la vraie vie à l'échelle de Google, ce qui nous a permis de doubler nos revenus l'an dernier", a déclaré une porte de parole de DeepMind, interrogé par Forbes au sujet des pertes.

DeepMind tire son chiffre d'affaires de ventes de son code informatique à Alphabet. Il alimente par exemple les algorithmes d'une autre filiale de Google, Waymo, consacrée à la voiture autonome. Mais ces transactions ne sont pas la seule raison qui pousse son entreprise-mère à éponger ses dettes. Grâce à sa filiale britannique, Google aurait diminué la facture liée au refroidissement de ses data centers de 40% - sans donner le chiffre exact de l'économie réalisée. Le groupe utilise aussi l'expertise de DeepMind pour améliorer son service de traduction Google Translate.

"Google considère son investissement comme un effort de R&D. DeepMind est devenu un des départements de recherche de Google dans lequel l'entreprise est heureuse de verser de l'argent, surtout si elle lui en fait économiser autre part", explique Walter Price, analyste chez Allianz Technology Trust, interrogé par le Telegraph. "De plus, cette situation peut aussi être avantageuse par rapport aux impôts, si elle est traitée comme une perte qui contrebalancera les profits que Google réalise en Europe et au Royaume-Uni."

DeepMind est donc loin d'être un puits à investissements sans retour pour Google. Cependant, l'entreprise britannique essaye de plus en plus de transférer ses technologies vers les produits de Google, pour dégager de la valeur. Mais mardi, le co-fondateur en charge de la division "Applied", destinée au transfert de technologie, a annoncé qu'il quittait temporairement l'entreprise.

Aucune précision autour du départ du co-fondateur

Le départ de Mustafa Suleyman a été communiqué sans préciser les raisons. Quelques heures plus tard, l'intéressé s'est exprimé sur Twitter pour calmer les spéculations : il ne quitte pas définitivement l'entreprise.

There's been some speculation over the last 24 hours about what I'm up to. After ten hectic years, I'm taking some personal time for a break to recharge and I'm looking forward to being back in the saddle at DeepMind soon.

— Mustafa Suleyman (@mustafasuleymn) August 22, 2019

"Il y a eu de la spéculation ses dernières 24 heures autour de ma situation. Après dix années trépidantes, je m'accorde du temps pour une pause afin de récupérer et je prévois de me remettre en selle à DeepMind bientôt", rassure Mustafa Suleyman dans son tweet.

En plus de son rôle essentiel dans le transfert de technologie - notamment de la technologie refroidissement des serveurs - Mustafa Suleyman dirigeait le pôle santé de DeepMind.

Le produit phare de cette division, une application baptisée "Streams", avait été vivement critiquée à son lancement. Elle permet au personnel médical du London's Royal Free Hospital, qui travaille en exclusivité avec DeepMind, de mieux suivre la santé de leurs patients. En 2017, l'autorité britannique en charge de la protection des données avait épinglé l'hôpital pour avoir illégalement donné à DeepMind l'accès à plus d'1,6 million de dossiers de patients. Vers la fin de 2018, Alphabet a décidé d'intégrer la centaine de chercheurs du pôle santé de DeepMind dans une structure équivalente baptisée Google Health. Dans l'opération, Mustafa Suleyman a été écarté de ses fonctions.

Cette division ne dégage toujours pas de chiffre d'affaires. Mais si Google veut en tirer une valeur financière, il dispose de potentiels produits commercialisables. D'abord, le rabat de Streams vers Google laisse penser que le groupe souhaiterait un jour commercialiser l'application. Ensuite, DeepMind a gagné, en décembre 2018, un concours de prédiction des formes de repliement protéines avec son IA AlphaFold. La compréhension de ce phénomène pourrait mener à des avancées cruciales en médecine en ingénierie des matériaux de demain. Reste à savoir si Suleyman reprendra ces chantiers à son retour annoncé dans l'entreprise.

_______

| Où va Google ? Retrouvez les autres articles de notre Dossier spécial dans La Tribune Hebdo n°260 daté du 14 septembre 2018 :

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 26/08/2019 à 0:32 :
L'entreprise qui est un investissement à long terme se restructure pour s'adapter efficacement à ses marchés naissants. Toutes les start-ups qui ont des résultats concrets font cela. L'un des fondateurs prend probablement du recul, car il possède une expérience considérable dans les applications de l'AI qui par nature posent des problèmes déontologiques et présentent des risques spécifiques en matière de responsabilité professionnelle. En fait c'est toute l'AI qui est en crise. Et ce n'est pas le projet du simulacre de l'intelligence générale d'un enfant de 3 ans à horizon 2050 qui permettra d'en sortir.
a écrit le 25/08/2019 à 9:42 :
"créer une intelligence artificielle générale. " Ouh là, fantasme ? Déjà, pourquoi vouloir singer l'intelligence humaine, pourquoi pas en faire une autre ? Par manque de référence ? C'est pas malin.
L'IA qui joue aux échecs mieux que tout le monde est nulle aux dames, celle qui a appris à partir de clichés de grains de beauté (big data) à détecter les signes pathologiques, début de mélanome, ne sait rien faire d'autre mais rend service dans ce domaine, comme aide aux dermatos, mais c'est peut-être pas "excitant" au niveau recherche de ne gérer que des choses pointues.
Quand ils toucheront au but, leur machine les fera sortir de la pièce en déclarant savoir se débrouiller toute seule, maintenant, fini le développeur humain, pas si malin que ça, même s'il le croit. :-)
a écrit le 25/08/2019 à 9:28 :
Les faillites ne peuvent que se multiplier, l'IA a besoin de R et D et ne pourra jamais être rentable avant plusieurs décennies puisque l'IA n'existe toujours pas et n'est pas prêtre de l'être, et vendre des placebos ne donne pas de crédibilité.
a écrit le 24/08/2019 à 13:30 :
c'est un labo de r&d
la r&d, c'est un cout, alors forcement ils ne sont pas rentables
c'est leurs applications qui le sont
a écrit le 24/08/2019 à 13:21 :
C'est ironique, voila une entreprise philanthrope qui se fait racheter par Google sans y voir le moindre problème. Maintenant DeepMind n'a pas à être rentable, il fait partie du service R&D de Google. La philanthropie c'est terminé.
a écrit le 24/08/2019 à 12:03 :
Ce n'est pas spécialement DeepMind qui a un problème, c'est tout le système capitaliste dont le développement est basé sur la dette infinie, c'est pareil pour Tesla, pour Uber, et tant d'autres.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :