La startup de la semaine : Sanilea, l'abeille ouvrière qui gère les flottes d'ambulances

 |   |  758  mots
SpeedCall, plateforme de gestion automatisée des transports sanitaires, est utilisée par 2.300 sociétés de transports et 700 établissements de santé dans toute la France.
SpeedCall, plateforme de gestion automatisée des transports sanitaires, est utilisée par 2.300 sociétés de transports et 700 établissements de santé dans toute la France. (Crédits : Capture d'écran / Sanilea)
Toutes les semaines, La Tribune braque les projecteurs sur une pépite méconnue de la French Tech. Cette semaine, Sanilea. Lancée en 2013 à Limoges, la startup développe une plateforme de gestion automatisée des demandes de transports sanitaires (ambulances, taxis...) à destination des établissements de santé. Sanilea espère débuter son internationalisation courant 2020.

Faire gagner du temps aux patients et au personnel soignant. Lancée en 2013 à Limoges, Sanilea développe une plateforme de gestion automatisée des demandes de transports sanitaires. Le but : améliorer le parcours de soin du patient en simplifiant la commande de transports (ambulances, taxis...) pour les établissements de santé, comme les hôpitaux. "Très souvent, la commande de transport se fait encore par téléphone, avec des prescriptions et des factures sur papier", affirme Fabien Soares, président et cofondateur de Sanilea.

"Selon les besoins, le personnel soignant doit appeler plusieurs compagnies de transports, parfois sans réponse. Tout en lui mobilisant beaucoup de temps. Il y a donc très peu de visibilité, que ce soit pour les patients ou pour les établissements de santé", poursuit le cofondateur.

C'est pourquoi la jeune pousse a lancé "SpeedCall", une plateforme permettant de mettre en relation les établissements de santé, les sociétés de transports et les patients. Elle est disponible sur smartphone (iOS et Android), tablettes et ordinateurs. Actuellement, le service revendique 2.300 sociétés de transports utilisatrices (pour environ 6.000 véhicules) et 700 établissements de santé dans toute la France.

Réduire les transports à vide

Concrètement, le personnel soignant se connecte à l'application pour effectuer en ligne une commande de transport sanitaire pour la sortie d'un patient. SpeedCall dresse alors automatiquement une liste chronologique de compagnies de transports à appeler. La demande de transport, intégralement dématérialisée, est envoyée à la première société figurant sur la liste. Et ainsi de suite, de manière automatisée, jusqu'à ce qu'une compagnie accepte la commande. Une fois la prise en charge validée, le centre de santé reçoit automatiquement une notification. Pour un service hospitalier, l'application permettrait de gagner environ 80% de temps dans la prescription et la commande d'un transport sanitaire, selon Sanilea.

"Notre service permet une dématérialisation complète de la prescription et de la facturation. Cela améliore la fluidité des paiements et la sortie des patients, tout en libérant du temps pour le personnel soignant afin de réaliser des taches à valeur ajoutée", explique Fabien Soares.

Sans compter que SpeedCall propose automatiquement de réduire les transports à vide et de mutualiser les trajets. L'idée : assurer davantage de rendement pour les sociétés de transports et permettre des économies aux services publics.

Doubler le chiffre d'affaires en 2020

La plateforme est délivrée en SaaS (logiciel en tant que service, reposant sur une logique d'abonnement et non de licence). Elle est gratuite pour les patients et les sociétés de transports. En revanche, l'abonnement est disponible pour les établissements de santé "à partir de quelques centaines d'euros par mois", selon Fabien Soares. Par exemple, pour les structures types SSR (soins de suite et de réadaptation) il oscille entre 100 à 150 euros par mois, selon la jeune pousse. Sanilea, qui dit être rentable, revendique un chiffre d'affaires de 3,6 millions d'euros en 2019 et table déjà sur 6 millions d'euros pour 2020.

C'est pourquoi la startup, qui dit couvrir 80% du territoire national, veut élargir son maillage territorial. Objectif : organiser le transport de plus d'un million de patients en 2020, contre 400.000 patients transportés l'année dernière.

"Nous voulons nous renforcer en région parisienne car il y a une forte concentration des établissements de santé, qui génèrent donc un flux important de patients", détaille le cofondateur.

La startup souhaite également renforcer sa présence dans la région Rhône-Alpes. En parallèle, elle espère aussi débuter son internationalisation courant 2020. Actuellement, la jeune pousse tente de réaliser un "proof-of-concept" (PoC, preuve de faisabilité) au Maroc. Elle souhaite ensuite attaquer les pays européens francophones, comme la Suisse et la Belgique.

3,7 millions d'euros levés depuis sa création en 2013

Pour financer sa croissance, Sanilea a annoncé fin janvier avoir levé 2,5 millions d'euros auprès du fonds d'investissement Extens, spécialiste de la e-santé, et d'Aquiti Gestion, groupement d'intérêt économique de la région Nouvelle-Aquitaine. L'entreprise avait déjà levé 1,2 million d'euros en 2017 auprès de la région Nouvelle-Aquitaine, de Sofimac Partners et de la BPI.

Grâce à cette rentrée d'argent frais, l'entreprise d'une cinquantaine de personnes vient de recruter une douzaine de salariés, notamment des chargés de relation client et des développeurs (car toute la technologie est développée en interne). Elle souhaite poursuivre l'amélioration de son produit, en proposant notamment de "nouvelles fonctionnalités au cours du premier semestre 2020 pour les patients".

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :